PROBABILITÉ SUBJECTIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion de chance

Les expressions servant à désigner la probabilité subjective recourent fréquemment à l'idée de « chance », celle-ci pouvant être définie comme la possibilité d'obtenir un gain ou de subir une perte. Du point de vue objectif (comme probabilité statistique p) aussi bien que du point de vue subjectif (comme probabilité ψc), la chance peut varier en grandeur et être relativement élevée ou relativement faible. On peut alors poser la question générale suivante : combien de chances relativement faibles (p = 0,01, par exemple) sont subjectivement équivalentes à une chance unique plus grande (p = 0,1, par exemple) de gagner un prix donné ? Une telle question, qui peut donner lieu à une étude expérimentale, est un modèle de nombreuses situations de la vie courante et de la vie professionnelle dans lesquelles, pour la poursuite d'un but dont l'utilité est supposée constante, plusieurs possibilités limitées doivent être pesées et comparées à une possibilité unique plus importante. Un général peut être amené à choisir entre plusieurs petites batailles, présentant chacune une chance de succès relativement faible, et une seule bataille de grande envergure offrant des chances de succès plus étendues. Un chirurgien peut avoir à choisir entre plusieurs opérations mineures, dont les chances de succès sont faibles, et une seule opération plus importante, mais ayant plus de chances de réussir. De même, un gouvernement peut être amené à choisir entre toute une série de réformes secondaires et une réforme unique et fondamentale. Les résultats des recherches expérimentales semblent montrer que la majorité des sujets (60 p. 100 au moins de la population adulte, semble-t-il) ont tendance soit à surestimer, soit à sous-estimer, par rapport à sa valeur mathématique, une chance relativement petite. Les conditions dans lesquelles ces surestimations et ces sous-estimations se produisent sont complexes et un important travail doit encore être accompli pour dégager les hypothèses les plus plausibles permettant d'expliquer ces phénomè [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professor of Psychology and Head of Department, University of Manchester, Royaume-Uni

Classification

Autres références

«  PROBABILITÉ SUBJECTIVE  » est également traité dans :

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Croyance, probabilité, scepticisme »  : […] On peut dire que c'est la grandeur de la philosophie du belief , chez Hume, d'avoir aperçu cette unité profonde de la créance, par-delà l'opposition que les philosophies platoniciennes (et Descartes encore une fois est un platonicien à cet égard) avaient instituée entre l'opinion et la vérité. Le belief humien, c'est d'abord la créance prise dans son sens indivis, comme lorsque, dans le langage o […] Lire la suite

DOUTE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 731 mots

Présent dans les discours les plus divers, le doute n'est pas plus un concept méthodologique qu'un argument pédagogique, à quoi cependant on l'a maintes fois réduit. De Socrate à Descartes, de Montaigne à Lessing et de Kierkegaard à Nietzsche, il transforme le cours d'une réflexion en expérience ; dans un discours en première personne comme dans un dialogue, il ordonne une progression, fait repère […] Lire la suite

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le hasard est-il objectif ou subjectif ? »  : […] Si l'accord est réalisé entre les mathématiciens au sujet du calcul des probabilités, il n'en va pas de même de l'interprétation du hasard : est-il une propriété des relations entre les choses ou de notre relation avec les choses ? Mesure-t-il des aléas et des fréquences observables dans la nature ou l'état de notre savoir et de nos croyances à l'égard des événements ou des phénomènes ? Bref, est- […] Lire la suite

STATISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MORLAT
  •  • 14 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie de la décision dans l'incertain »  : […] Ainsi, la théorie axiomatisée de la décision dans l'incertain, telle que la présente Savage, constitue l'une des meilleures justifications philosophiques de la probabilité subjective. Esquissons les grandes lignes de cette théorie. Une situation de décision dans l'incertain est caractérisée par la donnée d'un ensemble S d'états, d'un ensemble K de conséquences, et les actes sont des applications d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

John COHEN, « PROBABILITÉ SUBJECTIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/probabilite-subjective/