PROBABILITÉ SUBJECTIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Utilisée parfois par les mathématiciens pour désigner la probabilité « bayésienne » (cf. calcul des probabilités), l'expression de probabilité subjective comporte en elle-même une ambiguïté. Elle désigne en effet soit la logique propre de la croyance partiale (en d'autres termes, une théorie normative de la probabilité dans laquelle l'ensemble des jugements portés par un individu hypothétique découle nécessairement des suppositions auxquelles il se livre librement dans des conditions d'incertitude), soit la classe d'estimations, de jugements, de croyances et d'inférences qui guident les individus sans référence obligée à la rigueur et à la cohérence logiques. On n'envisagera ici que la seconde acception, laquelle correspond à l'usage non normatif et recouvre ce que l'on appelle fréquemment la « probabilité psychologique ».

En ce sens, la probabilité subjective ne saurait être définie comme un type particulier de mesure. Il s'agit plutôt d'un domaine de recherche qui recouvre une grande variété d'opérations mentales accomplies dans des conditions d'information incomplète et qui, de ce fait même, sont caractérisées par un certain degré d'incertitude subjective. Ainsi définie, la probabilité subjective est indépendante de toute hypothèse quant à la rationalité de l'individu considéré.

Il est alors nécessaire de disposer de plusieurs sortes de mesures dont certaines sont fondées sur des interprétations non psychologiques de la probabilité. Ainsi, en matière de probabilité classique, on admet qu'il existe une concordance entre les résultats d'événements définis mathématiquement (a priori) et des événements physiques répétables, l'exemple le plus courant étant la concordance entre la fréquence observée de pile et de face dans un jeu de pile ou face, et la fréquence attendue (espérance mathématique), qui suppose une probabilité initiale de 0,5 pour pile comme pour face. La contrepartie subjective de cette situation est définie par la concordance entre l'estimation de la fréquence par un sujet et la fréquence théorique calculée. L'opposition entre l'interprétation « fréquentiste » et sa contrepartie psychologique peut être mise en évidence en montrant la différence entre une extrapolation subjective et une extrapolation statistique, par exemple à partir du taux de la mortalité infantile au cours d'une période définie. Toutes les interprétations normatives qu'on utilise dans les inférences statistiques et dans la décision comportent aussi une contrepartie psychologique.

Une mesure particulière de la probabilité subjective peut être faite en évaluant la quantité d'information dont un individu estime devoir disposer pour sortir de son incertitude. En général, lorsqu'il ne dispose d'aucune information au sujet d'un événement particulier, il peut déterminer son jugement en se référant au « principe d'indifférence ». Ce principe, introduit par James Bernoulli sous le nom de « principe de raison insuffisante », énonce que, si l'on n'a aucune raison connue de prévoir une éventualité plutôt que telle ou telle autre, la même probabilité doit être attribuée à chacune d'elles. Dans des situations expérimentales de cette nature, les sujets ont en effet tendance à attribuer des probabilités subjectives égales aux différents résultats possibles d'un événement. Puis, à mesure que l'information devient disponible et paraît acceptable au sujet, son incertitude se réduit progressivement. On peut, d'autre part, évaluer son incertitude initiale, dans certaines conditions, par le nombre de questions disjonctives (oui-non) dont il estime avoir besoin pour l'écarter. Lorsque le sujet a répondu à la première question oui-non, son incertitude résiduelle peut de nouveau être mesurée par le nombre de questions binaires qu'il estime devoir encore poser, et ainsi de suite. Cette réduction graduelle de l'incertitude se traduit par un gain d'information subjective qui, dans ce cas, peut être exprimée en bits subjectifs. Dans d'autres circonstances, la probabilité subjective peut être évaluée indirectement par le temps que prend un sujet à répondre « oui » ou « non » à la question : « Réussirez-vous cette tâche ou non ? » Pour arriver à une mesure de cette nature, on établit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professor of Psychology and Head of Department, University of Manchester, Royaume-Uni

Classification

Autres références

«  PROBABILITÉ SUBJECTIVE  » est également traité dans :

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Croyance, probabilité, scepticisme »  : […] On peut dire que c'est la grandeur de la philosophie du belief , chez Hume, d'avoir aperçu cette unité profonde de la créance, par-delà l'opposition que les philosophies platoniciennes (et Descartes encore une fois est un platonicien à cet égard) avaient instituée entre l'opinion et la vérité. Le belief humien, c'est d'abord la créance prise dans son sens indivis, comme lorsque, dans le langage o […] Lire la suite

DOUTE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 731 mots

Présent dans les discours les plus divers, le doute n'est pas plus un concept méthodologique qu'un argument pédagogique, à quoi cependant on l'a maintes fois réduit. De Socrate à Descartes, de Montaigne à Lessing et de Kierkegaard à Nietzsche, il transforme le cours d'une réflexion en expérience ; dans un discours en première personne comme dans un dialogue, il ordonne une progression, fait repère […] Lire la suite

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 802 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le hasard est-il objectif ou subjectif ? »  : […] Si l'accord est réalisé entre les mathématiciens au sujet du calcul des probabilités, il n'en va pas de même de l'interprétation du hasard : est-il une propriété des relations entre les choses ou de notre relation avec les choses ? Mesure-t-il des aléas et des fréquences observables dans la nature ou l'état de notre savoir et de nos croyances à l'égard des événements ou des phénomènes ? Bref, est- […] Lire la suite

STATISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MORLAT
  •  • 14 019 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie de la décision dans l'incertain »  : […] Ainsi, la théorie axiomatisée de la décision dans l'incertain, telle que la présente Savage, constitue l'une des meilleures justifications philosophiques de la probabilité subjective. Esquissons les grandes lignes de cette théorie. Une situation de décision dans l'incertain est caractérisée par la donnée d'un ensemble S d'états, d'un ensemble K de conséquences, et les actes sont des applications d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

John COHEN, « PROBABILITÉ SUBJECTIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/probabilite-subjective/