PRIX NOBEL DE CHIMIE 2018

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Frances Arnold

Frances Arnold
Crédits : HO/ Caltech/ AFP

photographie

George P. Smith

George P. Smith
Crédits : Bill Greenblatt/ AFP

photographie

Gregory P. Winter

Gregory P. Winter
Crédits : Chris Williamson/ Getty Images

photographie


Les lauréats

Frances Hamilton Arnold est née le 25 juillet 1956 à Edgewood, en Pennsylvanie (États-Unis). Elle obtient tout d’abord un bachelor of science en génie mécanique et aérospatial de l’université de Princeton en 1979, puis un doctorat en génie chimique de l’université de Californie à Berkeley en 1985. Après un stage postdoctoral en chimie biophysique dans cette même université, elle rejoint en 1986 l’Institut de technologie de Californie (Caltech) où elle est nommée professeur en 1996. Frances Arnold est cofondatrice de deux entreprises : Gevo (2005) qui fabrique des fiouls et des produits chimiques issus de sources renouvelables ; Provivi (2013) qui développe des produits remplaçant les pesticides.

George Pearson Smith est né le 10 mars 1941 à Norwalk, dans le Connecticut (États-Unis). Après avoir obtenu un bachelor of arts du Haverford College en biologie en 1963, il travaille pendant un an comme enseignant de lycée et technicien de laboratoire puis prépare à Harvard un doctorat en bactériologie et immunologie qu’il obtient en 1970. Il effectue alors un stage postdoctoral à l’université du Wisconsin avec le généticien Oliver Smithies, futur lauréat du prix Nobel de physiologie et médecine (2007). George Smith rejoint l’université du Missouri en 1975 comme professeur, poste qu’il occupera jusqu’à sa retraite en 2015. Mais une grande partie de ses travaux concernant le développement du phage display a été menée à l’université de Duke où il a passé une année en 1984.

Gregory Paul Winter est né le 14 avril 1951 à Leicester, au Royaume-Uni. Après avoir obtenu un master of arts en sciences naturelles en 1973 et un doctorat en génétique en 1977 à l’université de Cambridge, il effectue un postdoctorat à l’Imperial College de Londres puis revient à Cambridge où il est professeur depuis 1981. En 2012, il devient président de cette même université. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Wadih GHATTAS, Jean-Pierre MAHY, « PRIX NOBEL DE CHIMIE 2018 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-chimie-2018/