PRINCIPES D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Alfred MarshallFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une théorie de la valeur en équilibre partiel

Les livres I et II sont une introduction à l'objet et aux méthodes de l'économie. L'économie s'intéresse aux désirs d'obtenir des richesses et aux efforts nécessaires pour les obtenir, en tant qu'ils peuvent faire l'objet d'une mesure monétaire. Son sujet d'étude est donc un individu type dont les comportements peuvent être généralisés. Plutôt que de grandes constructions déductives, le théoricien construit des raisonnements partiels, sous l'hypothèse ceteris paribus („toutes choses égales par ailleurs“), qu'il s'efforce ensuite d'assembler en une représentation d'ensemble du système économique.

Dans le livre III, Marshall introduit une loi générale de la demande (inverse), ceteris paribus, qui exprime une relation décroissante entre la quantité d'un bien fournie au marché et le prix auquel elle peut être écoulée. Il la met en œuvre dans deux concepts clés : l'élasticité et le surplus. L'élasticité est une mesure de la sensibilité d'une variable à la variation d'une autre variable. Par exemple, l'élasticité prix de la demande d'un bien est le rapport entre le taux de variation de la demande de ce bien et le taux de variation de son prix. Quant au surplus du et des consommateurs, il est une mesure monétaire de la différence entre ce que l'individu ou le groupe aurait pu payer pour se procurer une certaine quantité de bien et ce qu'il paie effectivement.

Le livre IV, sans doute l'un des plus originaux des Principes, présente les facteurs de la production. Aux facteurs traditionnels que sont la terre, le travail et le capital, Marshall ajoute les connaissances et l'organisation de ces connaissances à tous les niveaux de la vie économique : „l'organisation aide la science ; elle a plusieurs formes, à savoir l'organisation d'une entreprise considérée isolément, l'organisation des diverses entreprises dans la même industrie, l'organisation des diverses industries à l'égard les unes des autres, l'organisation de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PRINCIPES D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Alfred Marshall  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  L'éclosion des chaires d'économie »  : […] L'année 1871 va marquer une rupture. À trois titres. En Angleterre, William Stanley Jevons publie sa Théorie de l'économie politique, où l'essentiel de son propos est assis sur des raisonnements mathématiques. Depuis un an, un Français, Léon Walras, enseigne à Lausanne une économie dont il a trouvé la substance dans les écrits d'Antoine Augustin Cournot, un ancien ami de son père qui a utilisé l […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La révolution marginaliste »  : […] Parallèlement, en Angleterre avec Stanley Jevons (1871, Théorie de l'économie politique ), en Autriche avec Carl Menger (1871, Grundzätze der Volkswirtschaftslehre [ Principes d'économie politique ]) et en France avec Léon Walras (1874, Éléments d'économie politique pure ), on assiste à une révolution dans l'analyse de la valeur. L'utilité marginale du bien, c'est-à-dire l'utilité de la derniè […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 2 032 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trois auteurs, trois traditions »  : […] Rétrospectivement, c'est Jevons qui nous apparaît comme le plus marginaliste des marginalistes. Son système théorique est, de tous, le plus directement relié à la tradition utilitariste et au projet de fonder une théorie des prix à partir des principes de l'utilité marginale décroissante et de la peine marginale croissante (le travail est de plus en plus pénible). Ces caractéristiques se retrouven […] Lire la suite

MARSHALL ALFRED (1842-1924)

  • Écrit par 
  • Jean MATHIOT
  •  • 1 058 mots

La pensée d'Alfred Marshall , fondateur et principal théoricien de l'école néo-classique, premier représentant de l'« école de Cambridge », apparaît comme le trait d'union entre l'économie politique classique (Smith, Ricardo et J. S. Mill) et l'économie contemporaine ; en outre, c'est auprès de Marshall que Keynes commença sa carrière. La diversité de sa formation (après des études de mathématique […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis – Afrique. Tournée du président Bill Clinton en Afrique. 23 mars - 2 avril 1998

Le 23, Bill Clinton entame, au Ghana, une tournée de onze jours en Afrique. Cette visite d'une durée sans précédent est la première d'un président américain sur le Continent noir depuis celle du président Jimmy Carter en 1978. Bill Clinton apporte le soutien de son pays aux grands principes […] Lire la suite

France – Bulgarie. Visite officielle du président François Mitterrand en Bulgarie. 18-19 janvier 1989

les deux Europe. Sitôt après son arrivée, il déjeune avec Todor Jivkov, secrétaire général du Parti communiste et chef de l'État, qui, prônant une « restructuration » de l'économie, n'entend pas étendre celle-ci à la vie politique. Au cours du dîner qui termine la journée, le chef de l'État français […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Sébastien LENFANT, « PRINCIPES D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Alfred Marshall - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/principes-d-economie-politique/