PRICE, TRADE SIZE, AND INFORMATION IN SECURITIES MARKETS, D. Easley et M. O'HaraFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Information, prix et marchés financiers

L'article d'Easley et O'Hara permet d'expliquer le comportement des prix associés aux transactions de blocs sur les marchés. Ces échanges correspondent à des ordres de taille particulièrement élevée (par exemple, sur le New York Stock Exchange, une transaction de plus de 10 000 titres, ou de plus de 200 000 dollars), et sont systématiquement réalisés à des conditions de prix moins favorables que les transactions plus modestes.

Le modèle d'Easley et O'Hara constitue une représentation théorique intéressante du fonctionnement réel des marchés financiers de contrepartie qui sont des marchés dirigés par les prix, comme la Bourse de Londres, sur lesquels les investisseurs se présentent à tout moment et font face à un interlocuteur unique, le teneur de marché : celui-ci leur propose en permanence un prix auquel il est prêt à vendre (prix de vente ou ask) et un prix (inférieur) auquel il est prêt à acheter (prix d'achat ou bid) une certaine quantité d'actifs.

L'existence d'un prix de vente différent du prix d'achat a été justifiée par Jack Treynor (sous le pseudonyme de Walter Bagehot), en 1971, par la présence d'une asymétrie d'information sur l'actif financier. Le teneur de marché fait face, en effet, à deux types d'investisseurs. D'un côté, des agents informés qui possèdent une information sur la réalisation de la valeur future de l'actif ; ils achètent (vendent) si le prix coté est inférieur (supérieur) à la valeur future de l'actif. D'un autre côté, des agents non informés qui interviennent pour des motifs de liquidité. Dans cette configuration, le teneur de marché est certain de faire une perte face à l'agent informé. Il utilise la fourchette de prix pour compenser ces pertes qu'il subit en échangeant avec des agents informés, par des gains sur les transactions avec des investisseurs non informés.

Le modèle d'Easley et O'Hara analyse le processus de formation des prix à travers les modifications successives des cotations du teneur de marché, au fil des transactions (modèle séquentiel). Au départ du jeu, les agents informés reçoivent un signal privé, qui peut être mauvais ou bon, sur la réalisation future de l'actif, et qui implique, dans le premier cas, une faible valeur de l'actif, contre une valeur élevée, dans le second cas. Initialement, pour le teneur de marché, la valeur de l'actif est une moyenne des deux valeurs possibles de l'actif, pondérées par la probabilité d'occurrence de chaque signal. Le teneur de marché modifie ensuite son opinion sur la valeur de l'actif en fonction de la nature des ordres qui se présentent à lui. Si un ordre de vente arrive, il revoit à la hausse la probabilité que la véritable valeur de l'actif soit inférieure à sa propre estimation, et inversement si c'est un ordre d'achat ; et ainsi de suite, pour finalement déterminer la véritable valeur de l'actif.

De plus, les investisseurs ont la possibilité de passer des ordres de différentes tailles. À prix identique, les investisseurs informés, qui cherchent à maximiser leur profit, préfèrent systématiquement passer des ordres pour de grosses quantités. Le teneur de marché observe donc non seulement la nature de l'ordre qui se présente à lui, mais également la quantité associée. La conséquence majeure est que les prix proposés par le teneur de marché dépendent de la quantité offerte ou demandée, et que les plus gros ordres sont satisfaits aux conditions les moins favorables pour l'investisseur, c'est-à-dire à un prix d'achat (de vente) d'autant plus faible (élevé) que la taille de la transaction est importante. Cependant, si la plupart des transactions de blocs sont effectuées par des non-informés, et si la menace de faire face à un informé est faible, le teneur de marché pénalise peu les gros ordres. Les informés peuvent alors compenser le fait qu'ils échangent à des prix moins intéressants par la capacité d'échanger plus de titres. Il leur faut, sinon, répartir leurs transactions entre des ordres de petite et de grande taille.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : adjointe au chef du pôle d'analyse économique du secteur financier, direction générale du Trésor et de la Politique économique, ministère de l'Économie, chercheuse associée au G.A.T.E.-C.N.R.S., université de Lyon-II-Lumière

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Séverine VANDELANOITE, « PRICE, TRADE SIZE, AND INFORMATION IN SECURITIES MARKETS, D. Easley et M. O'Hara - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/price-trade-size-and-information-in-securities-markets/