PRÉVISION ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'élaboration des prévisions économiques

Dans la pratique, de nombreuses techniques sont mobilisées pour concevoir les prévisions économiques. Elles présentent toutes des avantages et des inconvénients selon la variable qu'il s'agit de prévoir et le terme de la prévision. Ces approches résultent néanmoins d'une démarche analytique comparable qui procède en trois étapes. Une première étape consiste à observer et à comprendre la situation économique passée. Elle permet de formuler, en deuxième étape, des représentations plus ou moins simplifiées des relations qui lient les variables économiques entre elles. La prévision est enfin obtenue, en troisième étape, en utilisant ces représentations pour extrapoler les dernières évolutions constatées selon différents scénarios.

De l'observation au diagnostic

La prévision économique étant fondée sur la compréhension des événements passés, l'observation des faits est le préalable naturel à tout exercice d'anticipation. La qualité de l'observation dépend de la capacité à mesurer convenablement le sens et l'ampleur des phénomènes étudiés. Ainsi, la valeur d'une statistique reposera en grande partie sur la stabilité de son processus d'élaboration (définition, méthode de recensement, champs, etc.) et sur le délai nécessaire pour l'obtenir.

Les informations économiques qui sont mobilisées par le praticien peuvent être classées en trois catégories. Un premier ensemble comprend un grand nombre de variables qui partagent la propriété d'être connues bien avant celle qui intéresse le praticien, tout en étant liées plus ou moins étroitement à cette dernière. Les commandes de biens intermédiaires (papier carton, matériaux de construction, etc.) ou l'évolution du marché du travail (nombre d'heures supplémentaires, publication d'offres d'emplois, etc.) sont, par exemple, utilisées pour anticiper l'évolution de la production, alors que les premiers indices correspondants ne seront connus que bien plus tard. Pour cette raison, ces indicateurs sont dits « rapides » ou « avancés ». Ils ont en outre l'ava [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences économiques, chercheur associé au C.A.T.T., université de Pau-et-des-Pays-de-l'Adour
  • : économiste

Classification


Autres références

«  PRÉVISION ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

ACTUARIAT & ACTUAIRES

  • Écrit par 
  • Georges BLUMBERG
  •  • 157 mots

L'activité appelée actuariat, accomplie par des actuaires, consiste à faire des calculs de probabilités à partir de renseignements statistiques. Ces calculs sont le plus souvent destinés à établir des taux de primes d'assurance en tenant compte de la fréquence des risques courus : mortalité, maladie, accidents, incendies, naufrages, vols. La plupart des actuaires sont au service des compagnies d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actuariat-et-actuaires/#i_2930

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nature et mesure des anticipations »  : […] La distinction suggérée par Gunnar Myrdal (1933) entre l' ex ante (a priori) et l' ex post (a posteriori) est au cœur de la dynamique économique : il n'y a aucune raison pour que les prévisions coïncident exactement avec les variations effectives ; de l'écart constaté par les agents entre les deux types de grandeurs découlent des adaptations des comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticipations-economie/#i_2930

BOURSE - Marchés de valeurs mobilières

  • Écrit par 
  • Daniel GOYEAU, 
  • Amine TARAZI
  •  • 8 114 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'approche fondamentaliste »  : […] L' approche fondamentaliste considère que tout actif financier a une valeur intrinsèque égale à la valeur actualisée (c'est-à-dire exprimée en unités monétaires d'aujourd'hui) de la chronique de flux futurs anticipés procurés par cet actif. La valeur « vraie » ou intrinsèque d'un actif financier repose donc sur des prévisions subjectives, établies à partir des informations économiques disponibles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourse-marches-de-valeurs-mobilieres/#i_2930

BUDGET DE L'ÉTAT

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI, 
  • Paul GAUCHER
  •  • 6 937 mots

Dans le chapitre « Budget et planification pluriannuelle »  : […] La seconde grande difficulté à laquelle se heurte le principe de l'annualité réside dans l'existence de plans pluriannuels. Les finances publiques furent le levier essentiel de la réalisation du plan, qu'il ait été obligatoire, comme dans les pays communistes, ou qu'il se soit agi d'une planification souple, comme en France. À première vue, une liaison idéale entre le plan et le budget aurait exi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/budget-de-l-etat/#i_2930

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « L'énigme de l'imprévisibilité »  : […] Du point de vue des théories des taux de change, les années 1980 ont marqué un véritable tournant. En effet, un article de Richard Meese et Kenneth Rogoff paru en 1983 a jeté le discrédit sur les théories macroéconomiques du taux de change (théories monétaires, de choix de portefeuille) en montrant que les modèles issus de ces théories étaient incapables de prévoir les variations de change. Depui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-les-theories-du-change/#i_2930

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 451 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La planification »  : […] La planification centrale est souvent considérée comme le principal critère d'une économie socialiste, notamment lorsqu'on désigne ce type de système comme une « économie centralement planifiée ». En ce sens, la planification apparaît comme un mécanisme de coordination opposé au marché. On peut en effet la définir, en théorie, comme un ensemble de techniques de prévision d'une série d'actions éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire-economique-des-pays-communistes/#i_2930

COMPTABILITÉ - Analyse financière

  • Écrit par 
  • Elie COHEN
  •  • 3 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les principaux courants en analyse financière »  : […] Deux courants majeurs s'opposent en analyse financière. Ils diffèrent quant à leur objet et à leur outillage analytique. L'analyse fondamentale qui sera principalement développée ci-dessous cherche à comprendre, de l'intérieur, le modèle économique des entreprises qu'elle étudie. En examinant la composition du patrimoine (d'après le bilan) et la structure des activités (d'après le compte de résul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comptabilite-analyse-financiere/#i_2930

CONJONCTURE

  • Écrit par 
  • Philippe NASSE
  •  • 4 565 mots

Le mot conjoncture désigne à la fois l'ensemble des faits constitutifs de la situation économique du proche passé et du proche avenir et la méthode d'analyse de ces faits. Le mot évoque en même temps les faits économiques concrets qui résultent des états donnés de la nature ou du libre comportement des agents économiques, mais il inclut aussi les faits du hasard ou de l'imprévisible. Le mot conjon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conjoncture/#i_2930

ÉCONOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FLORENS
  •  • 7 369 mots
  •  • 2 médias

L'économétrie est l'étude des phénomènes économiques à partir de l'observation statistique des grandeurs pertinentes pour décrire ces phénomènes. Son objectif est d'exprimer des relations entre les variables économiques sous une forme permettant la détermination de ces dernières à partir des données observées. On supposera par exemple que la relation entre la dépense de logement D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/econometrie/#i_2930

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

Dans le chapitre « Théorie économique et autoréalisation  »  : […] Le discours des économistes, leurs prévisions, leurs spéculations se révèlent souvent erronés. Mais ils exercent aussi une influence plus ou moins grande sur les personnes auxquelles ils sont destinés, et dont l'action façonne la vie économique. Aux facteurs relativement stables que sont les goûts, les techniques disponibles, la répartition des ressources viennent s'ajouter, au moment de la décisi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-une-science-trop-humaine/#i_2930

ÉCONOMIE MONDIALE - 1997 : la crise asiatique

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 706 mots

La conjoncture mondiale s'est rapprochée en 1997 des conditions nécessaires à une croissance durable. Malgré une révision en baisse des projections dans le courant de l'année, le dynamisme de la reprise s'est affirmé. Il a été entretenu par un accroissement des échanges internationaux évalué à 7,7 p. 100 (contre 5 p. 100 en 1996), tandis que les politiques d'ajustement budgétaire, le maintien à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1997-la-crise-asiatique/#i_2930

ÉCONOMIE MONDIALE - 1994 : l'assainissement à mi-parcours

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 5 984 mots

Dans le chapitre « Le Tiers Monde et l'instabilité des capitaux »  : […] La croissance moyenne des pays en développement a été estimée pour 1994 à quelque 5,5 p. 100, un niveau proche de celui de l'année précédente. Ce chiffre recouvrait toujours des situations fort contrastées. L'accroissement spectaculaire des apports de capitaux privés, amorcé en 1989, a continué de se manifester, en faveur des pays ayant su assurer un environnement de stabilité macroéconomique. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1994-l-assainissement-a-mi-parcours/#i_2930

ÉLASTICITÉ, économie

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre RODET
  •  • 667 mots

Notion qui fut cernée par Léon Walras (1834-1910) et Alfred Marshall (1842-1924), et mise en lumière par l'économiste français Augustin Cournot (1801-1877). Ce dernier conteste le théorème de base des auteurs classiques, lesquels considéraient une fois pour toutes que « le prix des choses est en raison inverse des quantités offertes et en raison directe des quantités demandées ». Cournot s'attache […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elasticite-economie/#i_2930

ENGLE ROBERT F. (1942- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 881 mots

Professeur de finance américain, Robert Engle a partagé le prix Nobel d'économie 2003 avec le Britannique Clive W. Granger, avec qui il avait publié nombre d'articles sur les séries chronologiques tout au long des années 1980 et 1990. Robert Engle est né en novembre 1942 à Syracuse (État de New York). Il obtient avec la plus haute distinction une licence de physique au Williams College de New York […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-f-engle/#i_2930

ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 6 736 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Équilibre et conjectures »  : […] Les valeurs prises par les variables économiques – prix, quantités produites et consommées ou investies, etc. – sont le résultat des choix faits par les ménages et les entreprises ; elles dépendent donc en bonne partie de leur psychologie, de ce que chacun pense que les autres vont faire – de ses conjectures concernant leurs décisions. Ainsi, avant de proposer un prix ou d'of […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-economique/#i_2930

KLEIN LAWRENCE ROBERT (1920-2013)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 360 mots

Après avoir étudié à l'université de Berkeley, puis au célèbre Massachusetts Institute of Technology avec Samuelson, Lawrence Robert Klein, né le 14 septembre 1920 à Omaha (Nebraska) devient professeur à la Wharton School de l'université de Pennsylvanie, puis conseiller du président Carter. Il obtient le prix Nobel d'économie en 1980, récompense qui consacre ses recherches dans le domaine des mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lawrence-robert-klein/#i_2930

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « À quoi sert l'économie mathématique ? »  : […] L'économie mathématique ne s'est pas imposée parce qu'elle répondait mieux que d'autres à certaines questions fondamentales, concernant par exemple la nature de la valeur d'échange ou l'essence du système capitaliste. Elle s'est imposée parce qu'elle seule donnait des réponses quantitatives à des questions posées par des institutions qui en avaient besoin. Le calcul économique offre un exemple de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-economique-mathematique/#i_2930

PÉTROLE - Économie pétrolière

  • Écrit par 
  • Jean-Marie BOURDAIRE
  •  • 7 217 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Que peut-on faire ? »  : […] De la même façon que durant la précédente décennie où l'augmentation de la demande mondiale a d'abord été satisfaite par les surcapacités existant dans le golfe Arabo-Persique, puis par l'écrémage de la demande en raison des prix plus élevés, avant que le choc de 2008 et l'explosion des prix ne provoquent une récession qui fasse tomber la demande (et les prix à moins de 40 $/b). Si l'offre ne peut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-economie-petroliere/#i_2930

RÉCESSION

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Le diagnostic par indicateurs »  : […] Pour diagnostiquer une récession, un certain nombre d'indicateurs peuvent être retenus ; ils seront disposés en séries chronologiques dont on étudiera les variations dans le temps par comparaison de données rapprochées (par exemple : séries mensuelles, trimestrielles, annuelles), après avoir éliminé l'effet des fluctuations saisonnières sur les données observées. Les indicateurs les plus courammen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recession/#i_2930

SERVICES ÉCONOMIE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN
  •  • 12 731 mots

Dans le chapitre « La société postindustrielle : une vision positive »  : […] En 1969, Alain Touraine analysait les mutations sociales propres à La Société postindustrielle . Quatre ans plus tard, Daniel Bell ( The Coming of Post-Industrial Society. A Venture in Social Forecasting , 1973) associait étroitement la société postindustrielle à l'économie de services en voie d'émergence aux États-Unis : « La société postindustrielle es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-de-services/#i_2930

TRANSPORTS - Transports et économie

  • Écrit par 
  • Rémy PRUD'HOMME
  •  • 9 150 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une demande très compartimentée »  : […] En quoi consiste la demande de transport et comment se modifie-t-elle ? Le tableau 1 présente une décomposition de la demande de transport en une dizaine de segments. Il est construit en valeur, c'est-à-dire qu'il est fondé sur ce que les utilisateurs, ménages et entreprises, payent effectivement pour le bien transport qu'ils consomment. Les chiffres sont des estimations assez fragiles mais ils fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transports-transports-et-economie/#i_2930

Voir aussi

Pour citer l’article

Arnaud BILEK, Jacques PLASSARD, « PRÉVISION ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prevision-economique/