PRÉVISION ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'élaboration des prévisions économiques

Dans la pratique, de nombreuses techniques sont mobilisées pour concevoir les prévisions économiques. Elles présentent toutes des avantages et des inconvénients selon la variable qu'il s'agit de prévoir et le terme de la prévision. Ces approches résultent néanmoins d'une démarche analytique comparable qui procède en trois étapes. Une première étape consiste à observer et à comprendre la situation économique passée. Elle permet de formuler, en deuxième étape, des représentations plus ou moins simplifiées des relations qui lient les variables économiques entre elles. La prévision est enfin obtenue, en troisième étape, en utilisant ces représentations pour extrapoler les dernières évolutions constatées selon différents scénarios.

De l'observation au diagnostic

La prévision économique étant fondée sur la compréhension des événements passés, l'observation des faits est le préalable naturel à tout exercice d'anticipation. La qualité de l'observation dépend de la capacité à mesurer convenablement le sens et l'ampleur des phénomènes étudiés. Ainsi, la valeur d'une statistique reposera en grande partie sur la stabilité de son processus d'élaboration (définition, méthode de recensement, champs, etc.) et sur le délai nécessaire pour l'obtenir.

Les informations économiques qui sont mobilisées par le praticien peuvent être classées en trois catégories. Un premier ensemble comprend un grand nombre de variables qui partagent la propriété d'être connues bien avant celle qui intéresse le praticien, tout en étant liées plus ou moins étroitement à cette dernière. Les commandes de biens intermédiaires (papier carton, matériaux de construction, etc.) ou l'évolution du marché du travail (nombre d'heures supplémentaires, publication d'offres d'emplois, etc.) sont, par exemple, utilisées pour anticiper l'évolution de la production, alors que les premiers indices correspondants ne seront connus que bien plus tard. Pour cette raison, ces indicateurs sont dits « rapides » ou « avancés ». Ils ont en outre l'avantage d'être le produit d'opérations comptables ou administratives simples, réalisées de manière courante. Ils sont donc relativement fiables et peu coûteux, même s'il leur arrive d'être défaillants lorsqu'un changement de réglementation (fiscale par exemple) modifie les règles à partir desquelles ils sont établis.

Un deuxième groupe d'indicateurs se compose des données d'enquêtes dites de conjoncture. Différents offices statistiques interrogent directement de manière périodique des ménages et des entreprises sur leurs intentions dans les mois à venir ou sur leur perception de la situation économique. Ces enquêtes permettent ainsi de compléter et de devancer les données quantitatives et de mieux éclairer le praticien sur le jugement et les anticipations des agents. En cas de résultats contradictoires, il est cependant difficile d'interpréter ces enquêtes, ce qui en limite parfois la portée.

Une dernière catégorie d'indicateurs se compose des statistiques économiques d'ensemble élaborées dans le cadre de la comptabilité nationale. La comptabilité nationale est une représentation d'ensemble rigoureuse de l'économie d'un pays. Elle permet de s'assurer de la cohérence comptable des informations économiques provenant de sources différentes. L'indice des prix, celui de la production industrielle, ou encore le produit intérieur brut (P.I.B.) en sont issus. Toutefois ces indicateurs présentent l'inconvénient de ne pas être rapidement disponibles. Il faut attendre plusieurs mois, voire plusieurs années, pour qu'ils soient définitivement connus. Entre temps, des estimations peuvent être produites, mais elles sont systématiquement corrigées pour tenir compte des dernières informations disponibles, de sorte que leur utilisation pour des prévisions de court terme requiert une grande prudence.

La phase d'observation ne se limite pas à l'obtention et au suivi de l'information. Elle comprend également une part d'interprétation afin de donner une signification économique à l'information recueillie. Or, l'interprétation des faits n'est pas immédiate et nécessite de soumettre les données brutes à différents traitements statistiques pour distinguer dans l'évolution des données ce qui est dû à des phénomènes saisonniers, ce qui l'est aux évolutions à long terme, ce qui est purement aléatoire. Ainsi, un grand nombre de transformations mathématiques séparent généralement la série ori [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : docteur ès sciences économiques, chercheur associé au C.A.T.T., université de Pau-et-des-Pays-de-l'Adour
  • : économiste

Classification

Autres références

«  PRÉVISION ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

ACTUARIAT & ACTUAIRES

  • Écrit par 
  • Georges BLUMBERG
  •  • 157 mots

L'activité appelée actuariat, accomplie par des actuaires, consiste à faire des calculs de probabilités à partir de renseignements statistiques. Ces calculs sont le plus souvent destinés à établir des taux de primes d'assurance en tenant compte de la fréquence des risques courus : mortalité, maladie, accidents, incendies, naufrages, vols. La plupart des actuaires sont au service des compagnies d'a […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nature et mesure des anticipations »  : […] La distinction suggérée par Gunnar Myrdal (1933) entre l' ex ante (a priori) et l' ex post (a posteriori) est au cœur de la dynamique économique : il n'y a aucune raison pour que les prévisions coïncident exactement avec les variations effectives ; de l'écart constaté par les agents entre les deux types de grandeurs découlent des adaptations des comportements et les mouvements économiques. Plus […] Lire la suite

BOURSE - Marchés de valeurs mobilières

  • Écrit par 
  • Daniel GOYEAU, 
  • Amine TARAZI
  •  • 8 114 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'approche fondamentaliste »  : […] L' approche fondamentaliste considère que tout actif financier a une valeur intrinsèque égale à la valeur actualisée (c'est-à-dire exprimée en unités monétaires d'aujourd'hui) de la chronique de flux futurs anticipés procurés par cet actif. La valeur « vraie » ou intrinsèque d'un actif financier repose donc sur des prévisions subjectives, établies à partir des informations économiques disponibles […] Lire la suite

BUDGET DE L'ÉTAT

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI, 
  • Paul GAUCHER
  •  • 6 937 mots

Dans le chapitre « Budget et planification pluriannuelle »  : […] La seconde grande difficulté à laquelle se heurte le principe de l'annualité réside dans l'existence de plans pluriannuels. Les finances publiques furent le levier essentiel de la réalisation du plan, qu'il ait été obligatoire, comme dans les pays communistes, ou qu'il se soit agi d'une planification souple, comme en France. À première vue, une liaison idéale entre le plan et le budget aurait exi […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « L'énigme de l'imprévisibilité »  : […] Du point de vue des théories des taux de change, les années 1980 ont marqué un véritable tournant. En effet, un article de Richard Meese et Kenneth Rogoff paru en 1983 a jeté le discrédit sur les théories macroéconomiques du taux de change (théories monétaires, de choix de portefeuille) en montrant que les modèles issus de ces théories étaient incapables de prévoir les variations de change. Depui […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 454 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La planification »  : […] La planification centrale est souvent considérée comme le principal critère d'une économie socialiste, notamment lorsqu'on désigne ce type de système comme une « économie centralement planifiée ». En ce sens, la planification apparaît comme un mécanisme de coordination opposé au marché. On peut en effet la définir, en théorie, comme un ensemble de techniques de prévision d'une série d'actions éc […] Lire la suite

COMPTABILITÉ - Analyse financière

  • Écrit par 
  • Elie COHEN
  •  • 3 634 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les principaux courants en analyse financière »  : […] Deux courants majeurs s'opposent en analyse financière. Ils diffèrent quant à leur objet et à leur outillage analytique. L'analyse fondamentale qui sera principalement développée ci-dessous cherche à comprendre, de l'intérieur, le modèle économique des entreprises qu'elle étudie. En examinant la composition du patrimoine (d'après le bilan) et la structure des activités (d'après le compte de résul […] Lire la suite

CONJONCTURE

  • Écrit par 
  • Philippe NASSE
  •  • 4 565 mots

Le mot conjoncture désigne à la fois l'ensemble des faits constitutifs de la situation économique du proche passé et du proche avenir et la méthode d'analyse de ces faits. Le mot évoque en même temps les faits économiques concrets qui résultent des états donnés de la nature ou du libre comportement des agents économiques, mais il inclut aussi les faits du hasard ou de l'imprévisible. Le mot conjon […] Lire la suite

ÉCONOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FLORENS
  •  • 7 370 mots
  •  • 2 médias

L'économétrie est l'étude des phénomènes économiques à partir de l'observation statistique des grandeurs pertinentes pour décrire ces phénomènes. Son objectif est d'exprimer des relations entre les variables économiques sous une forme permettant la détermination de ces dernières à partir des données observées. On supposera par exemple que la relation entre la dépense de logement D d'un ménage et […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

Dans le chapitre « Théorie économique et autoréalisation  »  : […] Le discours des économistes, leurs prévisions, leurs spéculations se révèlent souvent erronés. Mais ils exercent aussi une influence plus ou moins grande sur les personnes auxquelles ils sont destinés, et dont l'action façonne la vie économique. Aux facteurs relativement stables que sont les goûts, les techniques disponibles, la répartition des ressources viennent s'ajouter, au moment de la décisi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

La liberté de circulation est restaurée, l’activité économique reprend et les écoles rouvrent progressivement leurs portes. Les bars, les cinémas et les discothèques restent toutefois fermés, les rassemblements sont encadrés et le contrôle des frontières est maintenu. Le 21, l’Institut Pasteur, Santé publique France et l’INSERM publient une étude qui prévoit que 5,7 p. […] Lire la suite

12 septembre 2019 Union européenne. Assouplissement de la politique monétaire de la BCE.

La prévision de croissance de la BCE pour la zone euro est de 1,1 p. 100 pour 2019 et de 1,2 p. 100 en 2020, et celle du taux d’inflation est de 1,2 p. 100 en 2019 et de 1 p. 100 en 2020.  […] Lire la suite

5-14 août 2013 Union européenne. Reprise économique fragile

Le rapport constate un début de reprise économique, mais confirme sa prévision d'une récession de l'activité de 0,2 p. 100 en 2013. Le 6, le rapport annuel du F.M.I. sur l'Allemagne note pour la première fois les effets de la récession européenne sur l'activité du pays et met en garde Berlin contre la poursuite d'une « surperformance budgétaire », préconisant une politique de soutien à la croissance par le renforcement des investissements publics et des dépenses sociales. […] Lire la suite

2-28 septembre 2007 France. Débat entre relance économique et rigueur

Le 2, la ministre de l'Économie Christine Lagarde évoque le «plan de rigueur» que l'État applique à la fonction publique à travers sa décision de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Le secrétaire général de l'Élysée Claude Guéant corrige aussitôt l'expression en préférant évoquer un «plan de revalorisation» de la fonction publique. […] Lire la suite

4-11 juillet 1990 États-Unis. Débats sur l'U.R.S.S. et sur l'agriculture au sommet de Houston

Le 4, Mikhaïl Gorbatchev envoie un message à George Bush en prévision de la tenue du seizième sommet annuel des sept pays les plus industrialisés à Houston (Texas), à partir du 9. Il lui demande l'octroi, en plus d'une assistance technique, d'une aide économique à sa politique de réformes durant la période de « transition vers l'économie de marché ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Arnaud BILEK, Jacques PLASSARD, « PRÉVISION ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prevision-economique/