PREUVE JUDICIAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rôle du juge est d'appliquer la loi aux faits de la cause qui lui est soumise. La loi étant censée connue de tous, particulièrement du juge, il n'est pas nécessaire de la prouver : les parties peuvent se borner à l'invoquer, quitte à en discuter la portée. Il en est autrement du fait, que le juge ne connaît, en principe, que par la preuve administrée en justice : la preuve vise surtout à établir la vérité ou la fausseté de faits antérieurs allégués par les parties à l'appui de leurs prétentions.

En dépit de certains traits communs, la preuve judiciaire diffère de la preuve philosophique ou logique et de la preuve scientifique ou expérimentale. Elle s'en distingue tant par l'objet que par la méthode. En effet, la première cherche à démontrer la vérité d'une proposition actuelle, considérée comme découlant d'une autre proposition déjà démontrée ou tenue pour telle (méthode déductive) tandis que la seconde s'efforce de découvrir une loi naturelle permettant de prévoir l'effet futur d'une future cause en observant ou expérimentant la régularité avec laquelle la même cause est suivie du même effet (méthode inductive). La tâche de la preuve judiciaire est de reconstituer quelque événement passé de telle sorte que le juge puisse lui appliquer les normes du droit positif.

Une telle entreprise ne forme-t-elle pas l'objet même des sciences historiques ? Le rapprochement est légitime. À la différence de l'historien, le juge ne choisit ni le sujet ni l'étendue de son enquête ; il est tenu de se prononcer sans retard ; il doit se satisfaire des seuls éléments qui lui sont présentés de part et d'autre par les parties intéressées ; il doit trancher en faveur d'une thèse, la tenir pour vraie, et non simplement dire les chances qu'elle a de l'être ; la « vérité » qu'il aura ainsi atteinte, et qui s'accompagne souvent d'un jugement de valeur, possédera une autorité définitive, celle de la chose jugée, de sorte que, sauf cas exceptionnels, elle ne sera plus susceptible de révision ; finalement, de multiples présomptions sont admises par le droit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancien doyen de la faculté de droit de l'université de Jérusalem

Classification


Autres références

«  PREUVE JUDICIAIRE  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 962 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Organisation judiciaire »  : […] La justice babylonienne fut sans doute exercée d'abord par des prêtres. Mais dès le code d'Hammourabi, la prépondérance d'une justice royale laïque s'affirme. Celle-ci est confiée à des professionnels et, en dernière instance, au roi. Certaines affaires sont jugées par les notables des villes. Peut-être s'agit-il là d'une survivance d'une antique juridiction des hommes libres qui aurait précédé la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-le-droit-antique/#i_35122

SUSPECTS APPARENCE DES, psychologie

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 1 564 mots

Les jugements que nous portons à l’égard de celles et ceux avec qui nous interagissons au quotidien ne reposent parfois que sur de simples associations entre des traits physiques et des traits de caractère. L’utilisation de ces heuristiques (raccourcis mentaux) par les acteurs judiciaires pour sceller le sort de suspects dans des affaires criminelles a naturellement fait l’objet de débats controv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apparence-des-suspects-psychologie/#i_35122

ARCHIVAGE NUMÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Claude HUC
  •  • 4 763 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  La mise en pratique de l'archivage numérique »  : […] Les solutions pratiques envisagées pour mettre en œuvre l'archivage numérique s'articulent autour de quatre points essentiels : – Assurer la conservation durable des séquences de bits contenant les informations à préserver. Ce sont généralement des ensembles de fichiers organisés au sein de dossiers, dont il faut garantir l'intégrité au cours du temps. La moindre erreur de bits peut causer la pert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archivage-numerique/#i_35122

AVEU

  • Écrit par 
  • Robert VOUIN
  •  • 3 139 mots

Le terme « aveu » (du latin advocare , appeler ou avoir recours) désignait, à l'époque féodale, l'acte par lequel le serviteur reconnaissait son maître et le maître son serviteur. Il a pris ensuite le sens général d'approbation ou consentement et, dans la langue judiciaire, celui de reconnaissance, par une partie au procès, d'un élément favorable à la thèse de la partie adver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aveu/#i_35122

BREVET D'INVENTION

  • Écrit par 
  • Jacques AZÉMA, 
  • Bernard EDELMAN, 
  • Michel VIVANT
  •  • 10 726 mots

Dans le chapitre « L'action en contrefaçon »  : […] La contrefaçon de brevet constitue tout à la fois un délit correctionnel et une faute civile. Les peines édictées par le Code de la propriété intellectuelle sont sévères (deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende). Ces maximums ne sont jamais prononcés et, au surplus, les poursuites pénales en la matière sont rarissimes. Les titulaires de brevets se contentent généralement d'agir sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brevet-d-invention/#i_35122

COMMON LAW

  • Écrit par 
  • Alain POTTAGE
  •  • 6 467 mots

Dans le chapitre « Sclérose du système »  : […] À partir du xiii e  siècle, les justiciables commencent à se plaindre de la justice royale. Les efforts de création et d'adaptation des writs marquent le pas, et les cours royales imposent progressivement un nouvel esprit de formalisme. On insiste, par exemple, sur le fait que tout writ doit être rédigé et correctement orthographié dans le latin, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/common-law/#i_35122

CONTREFAÇON

  • Écrit par 
  • Alain BLANCHOT, 
  • Albert CHAVANNE, 
  • Daniel HANGARD
  •  • 9 772 mots

Dans le chapitre «  La poursuite en contrefaçon »  : […] L'action en contrefaçon soulève certains problèmes de compétence et de procédure qui sont différents selon l'organisation judiciaire de chaque pays. En principe, l'action en contrefaçon, au pénal tout au moins, est une action d'intérêt général et le représentant du parquet pourrait prendre l'initiative de la poursuite sauf texte contraire (comme par exemple, en France, en matière de brevet). Mais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contrefacon/#i_35122

DISCRIMINATION

  • Écrit par 
  • Gwénaële CALVÈS
  •  • 4 040 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les politiques répressives »  : […] Un certain nombre d'avancées ont permis, au cours des dernières années, de faciliter l'accès à la justice des victimes de discrimination. L'effort du législateur français a consisté, d'une part, à rendre plus aisée la preuve de la discrimination, et à développer, d'autre part, un dispositif d'assistance aux personnes estimant avoir été l'objet d'une discrimination. S'agissant de l'administration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/discrimination/#i_35122

DIVORCE

  • Écrit par 
  • Claude COLOMBET, 
  • Adeline GOUTTENOIRE
  •  • 8 620 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Règles spécifiques à chacun des divorces contentieux »  : […] Divorce accepté. L'acceptation du principe de la rupture du mariage peut intervenir à tout moment de la procédure : lors de la tentative de conciliation, entre la tentative de conciliation et la demande en divorce, après la demande introductive d'instance, et même au stade de l'appel. L'acceptation prend la forme d'une déclaration émanant de chacun des époux et signée de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/divorce/#i_35122

DROIT - Théorie et philosophie

  • Écrit par 
  • Jean DABIN
  •  • 20 060 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La réceptivité à la preuve des faits soumis à règle »  : […] Un deuxième facteur de la praticabilité du droit consiste dans la réceptivité à la preuve des faits érigés en conditions d'application des règles. À défaut d'exécution spontanée, la nécessité apparaît d'une preuve objective de l'existence, en l'espèce, de ces conditions, sous peine d'aboutir à une justice impressionniste. Or tous les faits ne sont pas également aptes à la preuve : il en est, parmi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-theorie-et-philosophie/#i_35122

PÉNALE PROCÉDURE

  • Écrit par 
  • Jean DANET
  •  • 6 483 mots

Dans le chapitre « Les garanties procédurales »  : […] C'est ici que la distance peut être la plus grande entre les principes du procès équitable et les réalités concrètes de la procédure pénale. Le droit absolu au respect de la dignité humaine, la prohibition absolue de la torture et des traitements inhumains ou dégradants constituent des droits substantiels dans la procédure pénale. La publicité, la célérité, qui ne se confond pas avec la précipitat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/procedure-penale/#i_35122

PRÉSOMPTION

  • Écrit par 
  • Yvan BARBIN
  •  • 424 mots

Conséquence que la loi ou le magistrat tire d'un fait connu à un fait inconnu, la présomption légale dispense de toute preuve celui au profit duquel elle existe ; elle peut également être un véritable procédé de preuve que le juge reste libre d'apprécier souverainement. La présomption légale la plus connue, en droit français, est la présomption de paternité : « L'enfant conçu pendant le mariage a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presomption/#i_35122

PSYCHOLOGIE ET JUSTICE

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 4 415 mots

Dans le chapitre « Les informations délivrées pendant le procès : entre crédibilité et fiabilité »  : […] La décision finale à l’issue d’un procès repose notamment sur la qualité des s et sur les rapports d’expertises présentés. Au regard des enjeux, les jurés devraient ici favoriser un traitement approfondi de ces informations. Pourtant, en plus de la fatigue cognitive, des éléments propres aux témoins comme à tout communicant pourraient contribuer à ce qu’ils favorisent un examen plus superficiel d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-et-justice/#i_35122

RESPONSABILITÉ (droit) - Responsabilité pénale

  • Écrit par 
  • Luc VILAR
  •  • 3 314 mots

Dans le chapitre « L'acte interdit »  : […] Si la notion de responsabilité est liée à celle de faute, celle-ci consiste à violer une règle de droit. Le droit pénal a pour objet la définition de l'acte interdit et de la peine applicable. L'étude des conditions de la responsabilité pénale en est un développement relatif à la constitution de l' infraction en trois éléments (légal, matériel et moral) et à l'imputabilité de l'acte. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite-droit-responsabilite-penale/#i_35122

RESPONSABILITÉ (droit) - Responsabilité administrative

  • Écrit par 
  • Michel LÉVY
  •  • 2 742 mots

Dans le chapitre « Des fautes prouvées »  : […] Toute faute doit être judiciairement établie pour permettre la mise en jeu de la responsabilité publique. Mais la victime, confrontée à l'obligation procédurale d'administrer la charge de la preuve de la faute qu'elle allègue, peut être désarmée par sa méconnaissance des arcanes administratifs. Viennent alors à son secours les pouvoirs reconnus au juge par la procédure inquisitoriale qui permette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite-droit-responsabilite-administrative/#i_35122

TÉMOIGNAGE, droit

  • Écrit par 
  • Joël GREGOGNA
  •  • 1 188 mots

Sous l'Ancien Régime, le témoignage n'était pas, comme l'aveu, la probatio probatissima , mais seulement une demi-preuve ( probatio semiplena ), alors qu'un adage du droit romain énonçait « un seul témoin, aucun témoin » ( testis ullus, testis nullus ). Deux témoignages constituaient cependant une preuve entière ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temoignage-droit/#i_35122

TORTURE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 3 441 mots

Dans le chapitre « De l'Inquisition à l'abolition »  : […] Le concile de Vérone de 1184 donne pour la première fois ordre aux évêques de rechercher eux-mêmes les hérétiques ; il fait appel aux princes et aux seigneurs pour lutter contre l'hérésie sous peine d'excommunication. Il crée une « constitution » qui fait des évêques les premiers inquisiteurs et qui livre aux bras séculiers clercs et laïcs coupables d'hérésie (l'Église condamnant toute effusion de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/torture/#i_35122

Voir aussi

Pour citer l’article

Shalev GINOSSAR, « PREUVE JUDICIAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-judiciaire/