PREMIER TEST DE LA RELATIVITÉ GÉNÉRALE AUTOUR D'UN TROU NOIR SUPERMASSIF

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Trajectoire de l’étoile S2, lors de son passage au plus près (péricentre) du trou noir massif de la Voie lactée

Trajectoire de l’étoile S2, lors de son passage au plus près (péricentre) du trou noir massif de la Voie lactée
Crédits : ESO/ MPE/ GRAVITY Collaboration ; traduction : EUF

dessin

Émission infrarouge autour du trou noir

Émission infrarouge autour du trou noir
Crédits : ESO/ MPE/ GRAVITY Collaboration

dessin

Instrument Gravity

Instrument Gravity
Crédits : Courtesy of MPE

photographie


Un trou noir supermassif au centre de notre galaxie

Le cœur de nombreuses galaxies contient un trou noir supermassif. C’est également le cas pour notre galaxie, la Voie lactée. L’existence d’un trou noir situé exactement au centre de celle-ci et s’observant dans la direction de la constellation du Sagittaire fut envisagée dès les années 1980, après la découverte d’une radiosource appelée Sagittarius A* (SgrA*). Cette hypothèse est reprise en 1996 par Reinhard Genzel, astrophysicien de l’Institut Max-Planck à Garching (Allemagne) lorsqu’il étudie le mouvement des étoiles dans cette région.

Depuis 2010, la présence d’un trou noir supermassif apparaît comme la meilleure interprétation des effets gravitationnels observés. La masse de cet objet ultradense, déterminée par Genzel, atteint 4,1 millions de fois celle du Soleil (4,1 × 106 MSoleil). Situé à une distance de 26 000 années-lumière du Soleil – donc très proche de celui-ci par rapport à l’immense distance qui nous sépare d’autres trous noirs supermassifs – et coïncidant précisément avec la radiosource SgrA*, ce probable trou noir et les phénomènes se déroulant dans son voisinage sont, du fait de cette proximité, accessibles à des observations directes et détaillées.

Les conséquences de la relativité générale ont été vérifiées avec succès et à plusieurs reprises dans des situations où la courbure de l’espace, provoquée par la présence de masses relativement modestes (de l’ordre de la masse de la Terre ou du Soleil), est peu importante. Citons ainsi : la déviation de la trajectoire de la lumière frôlant le Soleil (mise en évidence lors de l’éclipse de 1919) ou des amas de galaxies (effet dit de lentille gravitationnelle observé pour la première fois en 1979) ; la précession de l’orbite de la planète Mercure ; le décalage vers le rouge de la lumière lorsqu’elle s’extrait de la gravitation de la Terre ( [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Paris-VII-Denis-Diderot, membre de l'Académie des sciences

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LÉNA, « PREMIER TEST DE LA RELATIVITÉ GÉNÉRALE AUTOUR D'UN TROU NOIR SUPERMASSIF », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/premier-test-de-la-relativite-generale-autour-d-un-trou-noir-supermassif/