PRÉHISTOIRELa taille expérimentale des roches dures

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grandes lignes de la taille des roches dures

Deux mots viennent d'apparaître qui représentent les deux grands modes de taille : percussion et pression. On peut détacher un éclat en frappant ou en pressant. Ce geste de base impose, pour la percussion par exemple, le contrôle de nombre d'éléments : choix de la matière première, choix du marteau (le percuteur, qui peut être minéral – galet, petit bloc –, animal ou végétal – corne, os, ivoire, bois de renne ou bois dur), choix du plan de frappe, choix de l'emplacement exact du futur point d'impact, détermination de la trajectoire et de la vitesse du percuteur.

Partant de ce geste de base, un nombre infini de combinaisons, de méthodes sont possibles, dont trois principales.

Soit on sculpte un bloc (ou un gros éclat) par enlèvements successifs pour obtenir un outil ou une arme ; les éclats qui en tombent sont a priori des déchets, mais peuvent être utilisés ou transformés en outils. C'est le cas des bifaces du Paléolithique inférieur et moyen, des feuilles de laurier du Solutréen, des pointes de flèche néolithiques.

Soit on détache d'un bloc des éclats quelconques qui seront ensuite retouchés, transformés en armes et outils par de nouveaux enlèvements. Le bloc d'où ont été tirés ces éclats, le nucléus, est alors un déchet de taille.

Soit enfin on détache d'un bloc un ou plusieurs éclats dont la forme aura été prédéterminée par une préparation spéciale du nucléus avant le détachement. Quand il s'agit d'un seul éclat, c'est le cas, au Paléolithique inférieur et moyen, de l'éclat dit Levallois. Quand il s'agit de formes obtenues à répétition sur le même bloc, de « lames » (éclat allongé à bords parallèles), chacune prépare une des suivantes. Ces supports sont nombreux à partir du Paléolithique supérieur, transformés ensuite par retouche en grattoirs, burins, couteaux, pointes. Le nucléus est débité soit au percuteur dur, soit au percuteur tendre par percussion directe ou indirecte. Dans ce dernier cas, on utilise une pièce intermédiaire posée sur le bord du nucléus, sur laquelle [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRÉHISTOIRE  » est également traité dans :

PRÉHISTOIRE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 820 mots

On appelle classiquement « préhistoire » l'étude des sociétés humaines anciennes qui ne nous ont pas laissé de textes écrits, puisqu'elles ne disposaient pas de l'écriture. Celle-ci fut inventée indépendamment dans plusieurs régions du monde par des sociétés dont le niveau de complexité ne permettait plus la gestion par la seule mémoire – c'est-à-dire des sociétés devenues urbaines et étatiques. L […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Alimentation

  • Écrit par 
  • Hervé BOCHERENS
  •  • 1 940 mots
  •  • 1 média

Reconstituer l'alimentation des hommes préhistoriques est un exercice difficile et pourtant indispensable pour comprendre l'histoire de notre espèce. Les vestiges archéologiques ne reflètent qu'indirectement l'alimentation, notamment par les ossements fossiles des animaux consommés, rarement par des restes végétaux, beaucoup plus fragiles. Depuis les années […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Méthodologie

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe RIGAUD, 
  • Jacques TIXIER
  •  • 3 936 mots

Nous entendons le terme préhistoire dans son acception la plus stricte : depuis l'origine de l'homme jusqu'à la veille des « révolutions néolithiques ». Nous traiterons des méthodes d'étude des peuples chasseurs-cueilleurs, des prédateurs (Paléolithique, Épipaléolithique, Mésolithique) et non des producteurs (Néolithique). Datant de plus d'un siècle, la préhistoire doit en partie à sa jeunesse une […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - L'homme et le feu

  • Écrit par 
  • Catherine PERLÈS
  •  • 3 263 mots
  •  • 1 média

Les mythes traditionnels des contrées les plus éloignées affirment tous combien est profondément vécue la relation entre l'homme et le feu : sans maîtrise du feu, il n'y a pas d'humanité véritable. Mais le feu, sortant l'homme de l'animalité, le conduit aussi au divin ; et jamais le feu n'est simplement découvert, il est toujours volé et l'humanité entière doit payer le prix de ce vol. Domestiqué, […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Industrie de l'os

  • Écrit par 
  • Danielle STORDEUR
  •  • 4 132 mots

L'homme a très vite compris que l'os, à l'image de la pierre (et certainement des matériaux périssables comme le bois) pouvait lui servir de matière première. L'industrie de l'os accompagne toutes les cultures préhistoriques, elle s'intègre dans le faisceau des vestiges de toute nature qui nous renseignent sur le mode de vie, les habitudes, le niveau conceptuel de ceux qui les animaient. Comme il […] Lire la suite

ABRI-SOUS-ROCHE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse BOINAIS
  •  • 625 mots

Parmi les divers types de gisements préhistoriques, les abris-sous-roche, sites d'habitat installés au pied des falaises et simplement protégés par un surplomb rocheux, sont extrêmement nombreux dans toutes les régions du globe, non seulement en Europe, notamment dans la région dite franco-cantabrique, mais également en Afrique et en Amérique, là où de telles structures naturelles ont existé. Cont […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 306 mots
  •  • 3 médias

La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent présente la plus longue séquence archéologique du monde, des débuts incertains de l'humanité jusqu'à la périod […] Lire la suite

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Dans le chapitre « Grandes classifications »  : […] Toutefois, le temps biblique reste l'ultime référence, et le Déluge, en particulier, constitue l'une des bornes temporelles de référence : peut-on, se demandent les savants, retrouver les restes d'un homme « antédiluvien » ? C'est en ces termes que l'un des fondateurs de la préhistoire, Boucher de Perthes, publie en 1847 et 1857 ses Antiquités celtiques et antédiluviennes , définitivement reconnu […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 077 mots
  •  • 2 médias

Il y a dix mille ans, au début du Néolithique, les quelque cinq millions d'êtres humains, généralement nomades, qui peuplaient la Terre se nourrissaient des produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Cependant, dans quelques rares régions du monde, certaines communautés sédentarisées ont commencé de cultiver des plantes et d'élever des animaux et se sont transformées, très lentement […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'environnement arctique au Pléistocène. Les voies de migration »  : […] Dans la mesure où la plupart des préhistoriens s'accordent aujourd'hui pour faire venir du nord-ouest, c'est-à-dire de Sibérie, les premiers occupants de l'Amérique, il est alors essentiel de pouvoir reconstituer l'environnement nordique américain et de connaître l'importance et le moment des transformations ayant, depuis une centaine de milliers d'années, affecté la région. C'est en effet de cet […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques TIXIER, « PRÉHISTOIRE - La taille expérimentale des roches dures », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-la-taille-experimentale-des-roches-dures/