e siècle"/ >

SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les recherches sociales concrètes et quantifiées aux XVIIe et XVIIIe siècles

Les trois courants

C'est seulement dans la seconde moitié du xviie siècle que les conceptions apparues en France, au xvie siècle, ont été mises en application. On verra finalement comment se nouent des relations changeantes et s'effectuent des interpénétrations entre ces trois grands courants de la recherche sociale : la statistique descriptive d'inspiration aristotélicienne principalement implantée en Allemagne, le souci français de recherches quantitatives exhaustives, enfin l'arithmétique politique d'origine anglaise qui connaît de très nombreux adeptes sur le continent. Ce ne sont donc pas deux sources (l'une qualitative, l'autre quantitative) de la recherche sociale empirique qu'il faut distinguer avec l'essai capital de P. Lazarsfeld (1961 ; traduction française B.-P. Lécuyer, 1970) mais bien trois. Le principal mérite de Lazarsfeld a été d'exhumer entièrement les grandes lignes de cette préhistoire de la recherche sociale (qu'il aimait appeler malicieusement « l'envers de l'histoire des sciences sociales ») et de rétablir la continuité de la tradition allemande de statistique descriptive. Il en a même pressenti, sans pouvoir l'argumenter plus avant, l'influence sur la France qu'il situait vers la fin du xviiie siècle. Nous savons aujourd'hui, grâce notamment aux travaux de J.-C. Perrot, que cette influence s'est exercée sensiblement plus tard, sous le premier Empire. Mais Lazarsfeld n'a pu saisir la position médiane de la France entre les courants britannique et allemand ni les multiples interférences qui en ont résulté (la France abandonnant vers 1740 l'idée des recensements sous l'influence, précisément, des arithméticiens politiques, alors que la Suède la mettait effectivement en pratique sans que l'on puisse affirmer clairement si ce fut de façon indépendante ou non).

L'école de la statistique descriptive allemande

La tradition de Munster, Sansovino, Botero, d'Avity et des Elzevier fut reprise après une interruption due à la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 27 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES  » est également traité dans :

CONDORCET MARIE JEAN ANTOINE NICOLAS CARITAT marquis de (1743-1794)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La science sociale mathématique »  : […] Dans la dernière partie de l' Esquisse (neuvième et dixième époques), Condorcet est cependant revenu avec insistance sur ce qui lui paraissait être essentiel : l'application du « calcul des combinaisons et des probabilités » aux sciences politiques et, d'une façon plus générale, l'union des sciences physiques et des sciences morales, qui avait été le thème de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-jean-antoine-nicolas-condorcet/#i_81441

MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

  • Écrit par 
  • Georges BENREKASSA
  •  • 7 177 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le monde moral et le monde physique : intelligences de l'histoire »  : […] Au retour des voyages, voici Montesquieu retranché dans sa province pour deux ans, voué au travail intellectuel et à son état de gentilhomme vigneron. C'est de là que date la mise au point de l'inventaire de sa riche bibliothèque largement héritée de parlementaires cultivés. Ses instruments personnels de culture, les Pensées et le Spicilège , ont déjà d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-montesquieu/#i_81441

PETTY sir WILLIAM (1623-1687)

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 598 mots

Tour à tour marin, chirurgien, membre du Parlement, homme public et homme d'affaires, sir William Petty est surtout connu pour ses écrits économiques. L'ensemble de son œuvre permet de le situer comme l'un des plus notables auteurs de transition entre les mercantilistes et les libéraux. Sa théorie de la valeur, qu'il fonde à la fois sur le travail et sur la terre, annonce à certains égards les thé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petty-sir-william/#i_81441

STATISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MORLAT
  •  • 14 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] On attribue souvent la création du terme « statistique » à un professeur de Göttingen, G. Achenwall, qui aurait en 1746 créé le mot Statistik , dérivé de la notion Staatskunde . En fait, l'activité correspondante de recueil de données permettant de connaître la situation des États remonte à une fort lointaine antiquité. On cite, d'une part, l'empereur ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/statistique/#i_81441

SÜSSMILCH JOHANN PETER (1707-1767)

  • Écrit par 
  • Jacqueline HECHT
  •  • 1 071 mots

Considéré comme le père de la démographie allemande, Johann Peter Süssmilch est l'auteur du premier traité théorique et pratique de démographie en toutes langues, publié une première fois en 1741 à Berlin sous le titre : Die göttliche Ordnung in den Veranderungen des menschlichen Geschlechts aus der Geburt, Tod und Fortpflanzung des selben erwiesen ... ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-peter-sussmilch/#i_81441

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard-Pierre LÉCUYER, « SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-des-sciences-sociales/