PRÉHISTOIREAlimentation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nous sommes ce que nous mangeons

L'os se forme à partir des éléments chimiques apportés par la nourriture, notamment le carbone et l'azote, qui serviront à la synthèse du collagène. Cette protéine fibreuse très stable constitue la matrice organique de l'os, et représente environ 20 p. 100 de son poids sec à l'état frais. Tous les collagènes contiennent à peu près les mêmes quantités de carbone et d'azote mais, selon les aliments consommés, les teneurs en isotopes stables de ces éléments varient de façon mesurable et prévisible. Les éléments chimiques carbone et azote présentent chacun deux isotopes stables (non radioactifs), de propriétés chimiques globalement similaires mais de masses légèrement différentes : 13C et 12C, 15N et 14N. Les isotopes lourds (13C et 15N), peu abondants dans la nature, ne se comportent pas tout à fait de la même façon lors des réactions chimiques, ce qui entraîne des différences faibles mais mesurables des rapports isotopiques selon le produit analysé. Ces rapports sont exprimés par rapport à des références internationales sous la notation δ13C et δ15N.

Le rapport 13C/12C du carbone d'un organisme est similaire à celui du carbone contenu dans les aliments consommés. Donc, dans un type de chaîne alimentaire, tous les consommateurs, herbivores et carnivores, présentent un rapport 13C/12C déterminé, similaire à celui des plantes situées au départ de cette chaîne. Ces plantes se distinguent en différents groupes selon leur rapport 13C/12C, selon le type de photosynthèse utilisé et selon les conditions environnementales. Ainsi, les rapports les plus bas sont mesurés sur des plantes de forêts denses, tandis que les plantes herbacées de savane présentent des rapports nettement plus élevés. Les autres plantes terrestres, arbres et plantes herbacées de milieux tempérés présentent des rapports intermédiaires. Qu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRÉHISTOIRE  » est également traité dans :

PRÉHISTOIRE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 820 mots

On appelle classiquement « préhistoire » l'étude des sociétés humaines anciennes qui ne nous ont pas laissé de textes écrits, puisqu'elles ne disposaient pas de l'écriture. Celle-ci fut inventée indépendamment dans plusieurs régions du monde par des sociétés dont le niveau de complexité ne permettait plus la gestion par la seule mémoire – c'est-à-dire des sociétés devenues urbaines et étatiques. L […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Méthodologie

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe RIGAUD, 
  • Jacques TIXIER
  •  • 3 936 mots

Nous entendons le terme préhistoire dans son acception la plus stricte : depuis l'origine de l'homme jusqu'à la veille des « révolutions néolithiques ». Nous traiterons des méthodes d'étude des peuples chasseurs-cueilleurs, des prédateurs (Paléolithique, Épipaléolithique, Mésolithique) et non des producteurs (Néolithique). Datant de plus d'un siècle, la préhistoire doit en partie à sa jeunesse une […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - L'homme et le feu

  • Écrit par 
  • Catherine PERLÈS
  •  • 3 263 mots
  •  • 1 média

Les mythes traditionnels des contrées les plus éloignées affirment tous combien est profondément vécue la relation entre l'homme et le feu : sans maîtrise du feu, il n'y a pas d'humanité véritable. Mais le feu, sortant l'homme de l'animalité, le conduit aussi au divin ; et jamais le feu n'est simplement découvert, il est toujours volé et l'humanité entière doit payer le prix de ce vol. Domestiqué, […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - La taille expérimentale des roches dures

  • Écrit par 
  • Jacques TIXIER
  •  • 3 003 mots
  •  • 1 média

La reproduction moderne d'outils préhistoriques en pierre dure est née avec la science préhistorique. Au milieu du xixe siècle, les ouvriers des carrières du bassin de la Somme taillaient des bifaces qu'ils vendaient à l'archéologue Boucher de Perthes.Après les précurseurs des expériences de taille – Breuil, Muller au début du xx […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Industrie de l'os

  • Écrit par 
  • Danielle STORDEUR
  •  • 4 132 mots

L'homme a très vite compris que l'os, à l'image de la pierre (et certainement des matériaux périssables comme le bois) pouvait lui servir de matière première. L'industrie de l'os accompagne toutes les cultures préhistoriques, elle s'intègre dans le faisceau des vestiges de toute nature qui nous renseignent sur le mode de vie, les habitudes, le niveau conceptuel de ceux qui les animaient. Comme il […] Lire la suite

ABRI-SOUS-ROCHE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse BOINAIS
  •  • 625 mots

Parmi les divers types de gisements préhistoriques, les abris-sous-roche, sites d'habitat installés au pied des falaises et simplement protégés par un surplomb rocheux, sont extrêmement nombreux dans toutes les régions du globe, non seulement en Europe, notamment dans la région dite franco-cantabrique, mais également en Afrique et en Amérique, là où de telles structures naturelles ont existé. Cont […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 306 mots
  •  • 3 médias

La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent présente la plus longue séquence archéologique du monde, des débuts incertains de l'humanité jusqu'à la périod […] Lire la suite

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Dans le chapitre « Grandes classifications »  : […] Toutefois, le temps biblique reste l'ultime référence, et le Déluge, en particulier, constitue l'une des bornes temporelles de référence : peut-on, se demandent les savants, retrouver les restes d'un homme « antédiluvien » ? C'est en ces termes que l'un des fondateurs de la préhistoire, Boucher de Perthes, publie en 1847 et 1857 ses Antiquités celtiques et antédiluviennes , définitivement reconnu […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 077 mots
  •  • 2 médias

Il y a dix mille ans, au début du Néolithique, les quelque cinq millions d'êtres humains, généralement nomades, qui peuplaient la Terre se nourrissaient des produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Cependant, dans quelques rares régions du monde, certaines communautés sédentarisées ont commencé de cultiver des plantes et d'élever des animaux et se sont transformées, très lentement […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'environnement arctique au Pléistocène. Les voies de migration »  : […] Dans la mesure où la plupart des préhistoriens s'accordent aujourd'hui pour faire venir du nord-ouest, c'est-à-dire de Sibérie, les premiers occupants de l'Amérique, il est alors essentiel de pouvoir reconstituer l'environnement nordique américain et de connaître l'importance et le moment des transformations ayant, depuis une centaine de milliers d'années, affecté la région. C'est en effet de cet […] Lire la suite

ANATOLIENNE PRÉHISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jacques CAUVIN, 
  • Marie-Claire CAUVIN
  •  • 2 339 mots
  •  • 3 médias

La région anatolienne, qu'occupe l'actuelle Turquie d'Asie, constitue une sorte de promontoire avancé de l'Asie occidentale que les historiens ont coutume de considérer comme un passage naturel entre ce continent et l'Europe. En effet, bien qu'il s'agisse d'un pays essentiellement montagneux, sa plus grande partie est constituée par un haut plateau de 1 000 à 1 200 mètres d'altitude, parsemé de la […] Lire la suite

ARCHAÏQUE, Amérique du Nord

  • Écrit par 
  • Patrick PLUMET
  •  • 2 387 mots
  •  • 3 médias

Le concept de « stade archaïque » ( Archaic Stage ) a été introduit en 1932 dans la préhistoire de l'Amérique du Nord par l'archéologue William A. Ritchie pour rendre compte d'une phase précéramique découverte dans l'État de New York et de ses points communs avec des phases équivalentes dans l'est du continent et jusqu'en Californie. Adapté en 1952 à l'évolution des connaissances par l'archéologu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Archéologie et nouvelles technologies

  • Écrit par 
  • Bruno DESACHY, 
  • François DJINDJIAN, 
  • François GILIGNY
  •  • 3 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du site archéologique au territoire, du territoire à la société »  : […] La mission de l'archéologue ne s'arrête pas à la fouille d'un site archéologique, aussi longue ou coûteuse soit-elle, – plusieurs millions d'euros et/ou plusieurs décennies pour les sites majeurs. Le site n'est qu'un élément parmi d'autres des vestiges laissés par une société disparue. Reconstituer tous les aspects de cette société dans le temps (chronologie), dans l'espace (son territoire de peu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie et enjeux de société

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 667 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le peuple et la race »  : […] Lorsque commencent à se constituer, à partir du début du xix e  siècle et du mouvement romantique, les États-nations au sens moderne du terme, ceux-ci se fondent d'abord sur une communauté de territoire et de langue, et plus profondément encore sur ce qui est perçu comme une communauté de destin, sinon « de sang », et bientôt « de race ». Cette dernière notion ne fait son apparition progressive qu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN, 
  • Jean-François REYNAUD
  •  • 5 938 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un musée de site exceptionnel, le Musée national de préhistoire des Eyzies »  : […] À sa mort, le préhistorien Denis Peyrony (1869-1954) donna à l'État les collections qu'il avait réunies à partir des gisements préhistoriques classiques de la vallée de la Vézère, collections qui constituent le fonds du musée des Eyzies, installé dans le château du xvi e  siècle. Les deux conservateurs successifs, J. Guichard et J.-J. Cleyet-Merle ont considérablement accru ces collections. Un nou […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Histoire de l'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 5 382 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Progrès des méthodes et des techniques »  : […] Après la constitution de ce socle de connaissances et de méthodes, le xx e  siècle sera marqué, singulièrement durant son deuxième tiers, par de nombreuses avancées qui déboucheront sur une nouvelle définition de l'archéologie. Jusque-là simple « auxiliaire de l'histoire », elle devient peu à peu une science autonome qui étudie les sociétés humaines à travers leurs traces matérielles – tout comme […] Lire la suite

ARCHITECTURE MÉGALITHIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

Au cours du V e  millénaire, la façade atlantique de l'Europe se couvre, depuis le Danemark jusqu’au Portugal, de monuments mégalithiques ou dolmens. Il s'agit de chambres funéraires construites en gros blocs de pierre, pesant souvent plusieurs tonnes, et recouvertes d'un tertre, ou tumulus, de terre et de pierres. Les dolmens permettent d'honorer des morts importants ; on pouvait y placer de nou […] Lire la suite

ARCY-SUR-CURE, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Dominique BAFFIER
  •  • 1 239 mots

Le site d'Arcy-sur-Cure (Yonne), site majeur pour l'étude du Paléolithique moyen et supérieur de la France du Nord, se situe, au sud du Bassin parisien, entre Auxerre et Avallon. Il est constitué par un ensemble de cavernes creusées par la Cure dans un massif calcaire corallien émergé à la fin du Secondaire. Onze « grottes préhistoriques », dont la première fut explorée il y a 150 ans, conservent […] Lire la suite

ART DU PALÉOLITHIQUE SUPÉRIEUR (Europe)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 192 mots

Les plus anciens objets d'art, au sens traditionnel du terme, ne remontent qu'à l'apparition de l'homme moderne ( Homo sapiens sapiens ) en Europe au Paléolithique supérieur, il y a environ 30 000 ans, avec la civilisation aurignacienne. On ne connaît, en effet, pas d'œuvres d'art antérieures, alors que l'homme moderne est attesté au Proche-Orient depuis environ 100 000 ans. Les formes données à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé BOCHERENS, « PRÉHISTOIRE - Alimentation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-alimentation/