PRÉCOLOMBIENSAmérique du Nord et Arctique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le développement des connaissances et des concepts

L'élaboration de l'archéologie préhistorique en Amérique du Nord

Dans leur ouvrage classique sur l'histoire de l'archéologie américaine, Gordon R. Willey et Jeremy A. Sabloff distinguent cinq grandes périodes marquant l'évolution de cette discipline. Nous les réduirons ici à quatre.

La période spéculative

Elle commence avec l'arrivée des Européens et s'achève en 1840. Les objets comme les observations d'intérêt archéologique sont recueillis au hasard des explorations et constituent des curiosités de collectionneurs, servant de support à des explications alimentées plutôt par l'imagination que par des raisonnements scientifiques. C'est alors que sont créés les principaux musées et les grandes institutions au sein desquels se constitueront les collections et s'amorceront les réflexions sur le passé de l'Amérique. Un précurseur se distingue malgré tout dès la fin du xviiie siècle, en la personne de Thomas Jefferson (1743-1826), qui allait être le troisième président des États-Unis. La fouille d'un tumulus de Virginie, qu'il entreprit en 1784, était déjà orientée vers la vérification d'hypothèses concernant la fonction et l'origine de ces constructions qui fascinaient les Américains. Elle ne fut pas menée au hasard, mais selon une stratégie qui permit d'observer une succession de strates et d'enregistrer ces observations.

La période de classification et de description des vestiges

La deuxième période, la plus longue, commence en 1840, et voit se diffuser en Amérique du Nord les idées de la préhistoire européenne et les œuvres de Charles Robert Darwin (1809-1882) ; elle s'achève vers 1914. Après qu'elle eut suscité un premier engouement, la théorie évolutionniste de Darwin, difficile à vérifier sur les sociétés amérindiennes dont la profondeur diachronique n'apparaissait pas, fut rejetée par l'influent ethnologue Franz Boas (1858-1942). L'archéologie américaine se développa d'abord autour des vestiges les plus spectaculaires, comme les tumulus de l'Ohio et du Mississippi, mais en tant que prolongement de l'anthropologie.

Les premiers débats s'élevèrent au sujet de la grande ancienneté possible du peuplement de l'Amérique, alimentés par la ressemblance générale de la culture matérielle traditionnelle des Amérindiens avec les industries préhistoriques de l'Europe. Mais l'absence de contemporanéité bien établie entre des objets fabriqués par l'homme et des témoins de l'époque glaciaire, en particulier avec la faune disparue à la fin du Pléistocène (quand s'achève la dernière glaciation), firent longtemps douter que l'Amérique ait pu être occupée il y a plus de 6 000 ans. L'autorité dogmatique du célèbre anthropologue Ales Hrdlička (1869-1943), qui rejetait comme insuffisamment fondée toute découverte semblant attester la présence d'un Early Man en Amérique, marqua pour longtemps d'une sorte de tabou les discussions concernant l'ancienneté de l'homme américain. Progressivement, les analyses, essentiellement descriptives, des résultats de fouilles entreprises un peu partout en Amérique du Nord et dans l'Arctique américain conduisirent aux premières classifications culturelles et chronologiques, puis à des interprétations anthropologiques. Dans la foulée, furent définis les concepts et les méthodes de l'archéologie nord-américaine.

La période de classification historique

De 1914 jusque vers 1940, se développa la sériation des objets en fonction des couches stratigraphiques, permettant les premières grandes synthèses régionales. Un nombre croissant de recherches abordèrent le passé en partant de la période documentée par les archives écrites, avant de continuer par l'archéologie. C'est l'« approche historique directe », propre à l'archéologie américaine, qui s'est maintenue jusqu'à aujourd'hui.

En 1926-1927, la première brèche est ouverte dans la théorie dominante d'une arrivée récente de l'homme en Amérique. Des pointes de jet foliacées à cannelure basale sont alors découvertes à Folsom, au Nouveau-Mexique. Les principaux archéologues d'Amérique du Nord furent conviés à constater sur le site même l'association de ces pointes avec la cage thoracique d'un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Canada préhistorique: extension des calottes glacières et sites paléo-indiens

Canada préhistorique: extension des calottes glacières et sites paléo-indiens
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pointes lancéolées à cannelures

Pointes lancéolées à cannelures
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pointes lancéolées sans pédoncule

Pointes lancéolées sans pédoncule
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Outils et fragments de céramique, tradition archaïque, États-Unis

Outils et fragments de céramique, tradition archaïque, États-Unis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 18 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur d'État de l'université de Paris-I-Sorbonne, archéologue, professeur honoraire au département des sciences de la Terre et de l'atmosphère, université du Québec à Montréal

Classification

Autres références

«  PRÉCOLOMBIENS  » est également traité dans :

PRÉCOLOMBIENS - Le peuplement initial des Amériques

  • Écrit par 
  • Danièle LAVALLÉE
  •  • 3 068 mots
  •  • 2 médias

La ressemblance physique entre les aborigènes américains et les Asiatiques (Mongols, Tartares, Chinois), que les Européens s'attendaient à rencontrer, suscita dès le xvie siècle l'hypothèse que les Amérindiens étaient venus d'Asie, avant même que l'on sache si l'Amérique était un prolongement de ce continent. Cette hypothèse s'est maintenue et étayée […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Méso-Amérique

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Brigitte FAUGÈRE, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Éric TALADOIRE
  • , Universalis
  •  • 17 165 mots
  •  • 24 médias

L'Amérique moyenne a fait l'objet, sous le nom de Mesoamerica, d'une proposition de définition de la part de l'ethno-historien Paul Kirchhoff en 1943. Cette proposition s'appuie sur les similitudes d'un ensemble de traits culturels, répartis sur un vaste territoire et identifiés depuis la Conquête. Au centre et au sud du Mexique, une grande partie de l'Améri […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Sud

  • Écrit par 
  • Jean-François BOUCHARD, 
  • André DELPUECH, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Dominique LEGOUPIL, 
  • Stéphen ROSTAIN
  • , Universalis
  •  • 23 166 mots
  •  • 10 médias

L'Amérique du Sud précolombienne recouvre une vaste aire géographique composée de l'aire andine centrale (le Pérou et la Bolivie), l'aire intermédiaire (le Venezuela, la Colombie et l'Équateur) et l'aire périphérique, qui comprend notamment les îl […] Lire la suite

AGUADA CULTURE

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 372 mots

Développée dans le nord-ouest de l'Argentine, dans la région qui s'étend depuis la vallée Calchaqui jusqu'au nord de la province de San Juan, la culture aguada se situe, chronologiquement, dans la période céramique moyenne, entre 650 et 850. L'économie aguada était basée sur l'agriculture qui utilisait probablement des techniques d'irrigation ; elle était complétée par l'élevage du lama. L'artisan […] Lire la suite

AMÉRINDIENS - Hauts plateaux andins

  • Écrit par 
  • Carmen BERNAND
  •  • 4 680 mots

Dans le chapitre « Les Indiens, une invention coloniale »  : […] Avant l'arrivée des Espagnols, les vallées d'altitude de la Cordillère des Andes étaient habitées par des groupes ethniques qui reconnaissaient des lignées ancestrales spécifiques, possédaient leurs propres sanctuaires et lieux sacrés désignés sous le nom générique huacas , portaient des vêtements distinctifs et parlaient des dialectes divers dont les plus répandus étaient ceux issus du quechua o […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les plus anciens gisements archéologiques »  : […] Examinons maintenant les faits archéologiques et les différentes hypothèses qu'ils étayent avec plus ou moins de bonheur. Actuellement, trois thèses s'affrontent. Quelques chercheurs suggèrent une arrivée très ancienne, antérieure à la première crue froide du Wisconsin vers — 70 000 ou durant cette crue, entre — 70 000 et — 60 000 ; mais cela ne repose que sur des spéculations – généralement les a […] Lire la suite

ANDES CORDILLÈRE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELER, 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 10 949 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les modalités de l'occupation du sol »  : […] Les Andes tropicales sont le plus ancien foyer de peuplement humain actuellement connu de l' Amérique du Sud. Elles ont été le cadre de certaines des civilisations précolombiennes les plus élaborées. Aujourd'hui encore, on y trouve des densités rurales particulièrement élevées. Mais elles sont, pour les États andins, des secteurs en perte de vitesse. […] Lire la suite

ARCHAÏQUE, Amérique du Nord

  • Écrit par 
  • Patrick PLUMET
  •  • 2 388 mots
  •  • 3 médias

Le concept de « stade archaïque » ( Archaic Stage ) a été introduit en 1932 dans la préhistoire de l'Amérique du Nord par l'archéologue William A. Ritchie pour rendre compte d'une phase précéramique découverte dans l'État de New York et de ses points communs avec des phases équivalentes dans l'est du continent et jusqu'en Californie. Adapté en 1952 à l'évolution des connaissances par l'archéologu […] Lire la suite

ARTS DU NIGERIA (exposition)

  • Écrit par 
  • Vincent BOULORÉ
  •  • 1 554 mots

Réputés pour leur ancienneté et leur extrême diversité stylistique, les arts du Nigeria occupent une place de choix dans l'histoire de l'art africain. Les terres cuites de Nok (600 av.-250 apr. J.-C.), l'art d'Ifè ( ix e - xv e  siècle) et celui, palatial, du Bénin ( xiv e - xix e  siècle) sont ainsi désormais parmi les plus célèbres d'Afrique noire. Très appréciée des collectionneurs, la sculptu […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  Le Mexique avant les Aztèques »  : […] Pour tenter de comprendre l'aventure aztèque, il faut rappeler brièvement le passé mexicain, où l'on peut très sommairement distinguer quatre grandes périodes : Époque précéramique. Dans une première phase, que l'on peut dater de 15 000 à 1 500 avant J.-C., le pays a sans doute été peuplé de tribus nomades de chasseurs-collecteurs, à l'outillage lithique très restreint, suivant les migrations du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick PLUMET, « PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Nord et Arctique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/precolombiens-amerique-du-nord-et-arctique/