PRÉCESSION ET NUTATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Calcul de la précession

Les forces d'attraction gravitationnelle du Soleil, de la Lune et des planètes qui s'exercent sur toutes les particules constituant la Terre se décomposent ainsi :

– une force appliquée au centre de gravité de la Terre, qui engendre le mouvement de cette planète dans le système solaire (les forces d'origine planétaire provoquent en particulier le mouvement de l'écliptique) ;

– les forces s'exerçant de façon différentielle sur des particules qui ne sont pas rigidement liées produisent des déformations du globe (marées terrestres ou océaniques) ou des mouvements des pôles sur notre planète ;

– un couple qui crée la précession, la nutation et qui est partiellement responsable du mouvement des pôles ; les composantes de ce couple perturbateur dépendent des positions relatives de la Terre, de la Lune et du Soleil, données par la mécanique céleste ; ce sont des expressions trigonométriques des périodes de révolution de ces astres, de la période du nœud de l'orbite de la Lune, etc.

Admettons que la Terre soit un corps de révolution dont les moments principaux d'inertie par rapport aux axes choisis sont A, B et C (A = B si l'ellipsoïde terrestre est supposé de révolution) et prenons comme système de référence celui des axes principaux d'inertie, la direction portant C étant orientée vers le pôle Nord. Soit p, q, r les composantes du vecteur vitesse de rotation de la Terre, donc de son axe, et L, M, N celles du couple perturbateur. Le mouvement de précession est régi par les équations d'Euler :

Jusqu'en 1983, les expressions de la nutation utilisées étaient tirées de la théorie de Edgar W. Woolard, qui supposait que la Terre était rigide. À compter du 1er janvier 1984, l'Union astronomique internationale (U.A.I.) a recommandé l'utilisation des résultats de la théorie de John Wahr, fondée sur un modèle de structure interne de la Terre dû à F. Gilbert et A. M. Dziewonski. Celui-ci prend en compte l'élasticité de la croûte et du manteau et l'existence d'un noyau liquide et d'une graine solide au centre de la Terre.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Mouvement des planètes

Mouvement des planètes
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Décomposition du mouvement

Décomposition du mouvement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Plans parallèles aux équateurs moyens

Plans parallèles aux équateurs moyens
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Équateurs vrai et moyen

Équateurs vrai et moyen
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences, astronome émérite à l'Observatoire de la Côte d'Azur

Classification


Autres références

«  PRÉCESSION ET NUTATION  » est également traité dans :

ASTROMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean KOVALEVSKY
  •  • 6 502 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mouvement des repères »  : […] Les repères que nous avons définis, équateur et point vernal, ne sont fixes qu'en première approximation. L'équateur se déplace dans l'espace par suite des couples exercés par la Lune et le Soleil sur le bourrelet équatorial terrestre. L'écliptique, lui, varie par suite des perturbations des planètes sur le mouvement de la Terre. L'ensemble constitue la précession et la nutation. Le nom de préces […] Lire la suite

CINÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Michel CAZIN, 
  • Jeanine MOREL
  •  • 5 734 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Cinématique du solide »  : […] Étudier le mouvement d'un solide, c'est être en mesure d'indiquer la trajectoire, la vitesse et l'accélération de tous les points qui lui sont liés. Le premier de ces trois objectifs n'admet pas de réponse générale : sauf cas particuliers, les trajectoires des différents points liés à un solide n'ont aucun rapport simple ; ainsi, dans le mouvement „en ligne droite“ d'une bicyclette, un point lié à […] Lire la suite

GYROSCOPES & GYROMÈTRES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RADIX
  •  • 3 459 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le phénomène gyroscopique »  : […] Considérons une toupie t (synonyme de rotor) portée par un anneau A . Le comportement et les réactions de cette toupie lorsqu'elle est en rotation rapide autour de son axe Δ peuvent être assez facilement compris en admettant les approximations suivantes : – son moment cinétique H est parallèle à Δ, en raison de la grande vitesse de rotation de t autour de Δ (plusieurs centaines de tours par seco […] Lire la suite

HIPPARQUE DÉCOUVRE LA PRÉCESSION DES ÉQUINOXES

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 239 mots

Hipparque de Nicée (ou Hipparque de Rhodes, premier quart du ii e  siècle-après 127 avant J.-C.) est sans conteste le plus grand astronome de l'Antiquité. Parmi ses nombreuses découvertes, la plus importante est celle de la précession des équinoxes (déjà entrevue par les Chaldéens), c'est-à-dire de la dérive lente – d'est en ouest par rapport aux étoiles, considérées comme fixes – du point vernal […] Lire la suite

MARS, planète

  • Écrit par 
  • Éric CHASSEFIÈRE, 
  • Olivier de GOURSAC, 
  • Philippe MASSON, 
  • Francis ROCARD
  •  • 18 406 mots
  •  • 65 médias

En s'éloignant du Soleil, Mars est la quatrième planète du système solaire . Presque deux fois plus petite que la Terre (le tableau 1 présente les caractéristiques physiques et orbitales comparées de ces deux objets), la planète rouge est un corps solide différencié qui posséderait une croûte de 50 kilomètres d'épaisseur moyenne, une lithosphère assez épaisse – de 150 à 200 kilomètres – et un noy […] Lire la suite

MÉCANIQUE CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 6 163 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mouvement d'un astre autour de son centre de gravité »  : […] Cette étude est particulièrement intéressante pour la Terre, dont la rotation est à l'origine de la définition de l'échelle de temps dite temps universel . La Terre étant considérée comme un corps solide, soit A , B , C ses moments d'inertie par rapport à trois axes rectangulaires ayant pour origine le centre de la Terre et liés à celle-ci. Soient p , q , r les composantes dans ce système d'axes […] Lire la suite

MILANKOVIĆ MILUTIN (1879-1958)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 371 mots

L' astronome et mathématicien serbe Milutin Milanković, né à Dajl (auj. en Croatie) en 1879, est mort à Belgrade en 1958. Milanković est surtout connu pour sa Théorie astronomique du climat , qu'il publia en 1941, selon laquelle les fluctuations à terme du climat sont liées à des variations cycliques de trois paramètres orbitaux de la Terre. Il s'agit d'abord de l'inclinaison de l'axe de rotatio […] Lire la suite

TERRE - La planète Terre

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean KOVALEVSKY, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 12 049 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Rotation de la Terre »  : […] La Terre tourne autour de son axe de rotation en 23 h 56 min 4,09 s. L'axe de rotation n'est pas fixe ; son mouvement dans l'espace est la précession. Ses déplacements par rapport à la Terre constituent le mouvement des pôles (cf. infra , Mouvement du pôle ). On repère cette rotation par rapport à l' équinoxe (point γ), et l'angle horaire du point γ en un lieu donné est le temps sidéral local , q […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean KOVALEVSKY, « PRÉCESSION ET NUTATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/precession-et-nutation/