PRAGMATISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les pragmatistes

Le mouvement pragmatiste est né et s'est développé en Amérique du Nord à la fin du xixe siècle et au début du xxe. L'idée en est venue à Charles S. Peirce (1839-1914) entre 1865 et 1872. Il l'exposa à quelques amis, parmi lesquels se trouvait James, au cours de réunions d'un « Club métaphysique » qui avait ses assises à Cambridge, dans le Massachusetts. Il la rendit publique dans un article intitulé « Comment rendre nos idées claires », qu'il écrivit en français pour la Revue philosophique et qui parut en janvier 1879. Peirce y énonce le principe du pragmatisme : « Considérer quels sont les effets pratiques que nous pensons pouvoir être produits par l'objet de notre conception. La conception de tous ces effets est la conception complète de l'objet. » William James (1842-1910) appliqua d'abord ce principe à la religion et à la philosophie, en 1898, avant de le transformer en théorie de la vérité, en 1906, au cours de conférences qu'il publia l'année suivante dans le livre qui devait donner naissance au mouvement : Le Pragmatisme. Dès 1896, John Dewey (1859-1952) élaborait de son côté à Chicago une théorie instrumentaliste de l'idée qu'il fit connaître en 1903 dans un ouvrage collectif de ce qu'on appela l'école de Chicago : Studies in Logical Theory. Après la publication du livre de James, quelques philosophes et écrivains européens se rallièrent au pragmatisme tel que James le concevait : l'Anglais Ferdinand C. S. Schiller (1881-1937), les Italiens Giovanni Papini (1881-1956) et Giuseppe Prezzolini (1882-1982). D'autres philosophes, tous logiciens, se réclamèrent de Peirce : l'Anglais F. P. Ramsay (1903-1930) et les Italiens Giovanni Vailati (1863-1909) et Mario Calderoni (1879-1914).

Le pragmatisme américain étant, comme il apparaîtra, l'expression d'une méthode plus qu'un corps de doctrines, les pragmatistes ne sont pas que des théoriciens. Peirce [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie à l'université de Perpignan, secrétaire général de l'Association internationale de sémiotique

Classification


Autres références

«  PRAGMATISME  » est également traité dans :

BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « Les valeurs liées à l'expérience »  : […] On trouve dans les Essays on Truth and Reality toute une polémique, dirigée, d'une part, contre James, d'autre part, contre Russell ; ni le pragmatisme ni l' empirisme radical ne peuvent contenter Bradley. Il montre les ambiguïtés du pragmatisme. Si l'on parle d'expérience immédiate, que fait-on des expériences passées et des expériences à venir ? Aucun des deux philosophes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-herbert-bradley/#i_27282

BRANDOM ROBERT (1950- )

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 372 mots

Philosophe américain, professeur à l'université de Pittsburgh, Robert Brandom est l'un des représentants les plus significatifs des voies dans lesquelles la philosophie pragmatiste s'est engagée après le « tournant linguistique », dans le contexte actuel des discussions en philosophie de l'esprit. Il est notamment l'auteur de deux livres : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-brandom/#i_27282

COMETTI JEAN-PIERRE (1944-2016)

  • Écrit par 
  • Jacques MORIZOT
  •  • 908 mots

Né à Marseille le 22 mai 1944, fils d’émigrés italiens, Jean-Pierre Cometti a d’abord été un guitariste de jazz. Il entreprend assez tardivement des études de philosophie, avant d’enseigner dans des lycées, en France, notamment à Millau, et surtout à l’étranger, au Maroc, en Allemagne et à La Haye. En 1992, il intègre l’enseignement supérieur à l’université d’Aix-Marseille où il enseigne l’esthéti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cometti-jean-pierre-1944-2016/#i_27282

DEWEY JOHN (1859-1952)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 897 mots

La vie et l'œuvre de John Dewey sont étroitement liées à l'histoire intellectuelle, sociale et politique américaine de la première moitié du xx e  siècle. Auteur d'une œuvre immense, par ses idées, ses initiatives et ses engagements, Dewey, né le 20 octobre 1859 à Burlington, a joué un rôle prépondérant dans des domaines aussi divers que la philos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-dewey/#i_27282

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La croyance chez Kant et chez Hume »  : […] Or ce concept de croyance, qui permet d'anticiper pas à pas les possibilités de l'expérience, est justement ce qui va disparaître chez Kant au profit d'une anticipation globale des possibilités de l'expérience en général. Dans l'introduction à la Critique de la raison pure (2 e  éd.), Kant écrit : « Si toute connaissance débute avec l'expérience, cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_27282

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 074 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme expérimentation »  : […] Liée à un sujet, l'expérience fait d'abord problème parce que la subjectivité qui est censée l'éprouver risque d'être labile, de se dérober et de faire défaut. C'est ce que révèle déjà l'étymologie allemande : Erfährung contient le verbe fahren , « voyager ». Ainsi que l'a formulé le musicologue Carl Dahlhaus, s'il est normal que l'interprète désireux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-l-experience-esthetique/#i_27282

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renouveau du pragmatisme »  : […] Cette situation ne serait guère compréhensible si l'on ne tenait pas compte des contestations et des désaccords qui se sont manifestés dans le champ philosophique et scientifique dès les années 1960. Ils se présentent, à côté d'autres facteurs évoqués plus loin, sous deux aspects concernant respectivement la philosophie du langage et la philosophie de l'esprit via la linguistique. Au sein de la ph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-philosophie/#i_27282

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « L'intelligence de la foi »  : […] Le 16 avril 1905, le philosophe Édouard Leroy avait publié dans les Cahiers de la Quinzaine un article intitulé : « Qu'est-ce qu'un dogme ? » Cet article engendra des controverses qui jouèrent un rôle central au cours de la crise moderniste. En 1907, sous le titre « Dogme et critique », l'auteur publiait de nouveau cet article en le faisant suivre de ses réponses aux object […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foi/#i_27282

JAMES WILLIAM (1842-1910)

  • Écrit par 
  • Louise LAMBRICHS
  •  • 1 434 mots

Psychologue nord-américain, philosophe, leader du mouvement connu sous le nom de pragmatisme, William James était le fils d'Henry James, le disciple de Swedenborg, et le frère aîné d'Henry James, romancier célèbre, renommé pour la finesse de ses analyses psychologiques et de son style. Les aïeux de James étaient des émigrants irlandais enrichis. Ses grands-parents étaient des agriculteurs ou des c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-james/#i_27282

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vers une « philosophie de l'esprit » »  : […] Dans les années 1990, au sein de la philosophie analytique, le paradigme dominant a ainsi été diversement abandonné, et le « tournant linguistique » a débouché sur un « tournant cognitif ». Au prix d'un renversement qui permet de se demander, comme l'a suggéré Pascal Engel, si la « philosophie de l'esprit » n'est pas un autre nom pour la « philosophie du langage » poursuivie par d'autres moyens, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_27282

ŒUVRES PHILOSOPHIQUES, Charles Sanders Peirce - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 015 mots

Charles Sanders Peirce (1839-1914), fondateur du pragmatisme, est au nombre des esprits les plus originaux et inventifs des deux derniers siècles. Son œuvre, qui a donné naissance à un large courant d'idées dans le contexte américain, reste aujourd'hui présente dans la discussion philosophique contemporaine par les éclairages qu'elle continue d'apporter sur toutes sortes de questions. En dépit de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-philosophiques/#i_27282

PEIRCE CHARLES SANDERS

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 3 101 mots

Dans le chapitre « Le sémioticien »  : […] Peirce est un des fondateurs de la science des signes en tant que tels. La réflexion sur le signe occupe une place privilégiée dans son œuvre, mais inséparable de la phanéroscopie. La sémiotique analyse le signe à la lumière des trois catégories du sentiment, de l'existence et de la médiation. Il n'est pas possible de donner ici plus que quelques indications. Le signe est un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-sanders-peirce/#i_27282

PEIRCE CHARLES SANDERS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 249 mots

10 septembre 1839 Naissance de Charles Sanders Peirce à Cambridge (Massachusetts). Il est le fils de Benjamin Peirce, mathématicien et astronome à Harvard. 1859 Diplôme à Harvard. 1861 Entre au Service géodésique des États-Unis. Il y restera jusqu’en 1891. 1867 Entre à l’American Academy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peirce-reperes-chronologiques/#i_27282

PEIRCE CHARLES SANDERS, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 180 mots

Les apports de la pensée de l’Américain Charles Sanders Peirce à la philosophie, en logique des mathématiques et en sémiotique ont longtemps été méconnus en France. Ils n’en sont pas moins considérables, même si son influence ne fut en rien directe : il publia peu (un livre et des articles), et ses écrits ne furent rassemblés que bien après sa mort. Parallèlement à Frege, Peirce invente une « logi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peirce-c-s-en-bref/#i_27282

PRAGMATIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 6 532 mots

Dans le chapitre « Genèse et développement »  : […] Les termes de « pragmatisme » et de « pragmatique » n'ont pas la même portée. Le premier désigne une position philosophique d'ensemble : c'est une théorie de la rationalité en tant que liée aux intérêts humains fondamentaux. Quelque chose de l'usage kantien du terme pragmatisch survit chez C. S. Peirce : « en relation avec quelque intention, projet humain défini ». Mais l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatique/#i_27282

PRATIQUE ET PRAXIS

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 6 693 mots

Dans le chapitre « Le pragmatisme et le problème kantien du sens »  : […] Le pragmatisme, au nom significatif, en tire les conséquences : les spéculations des métaphysiciens, que ceux-ci soient dogmatiques ou critiques, sont dénuées de sens, étant donné qu'aucun prolongement concret n'est donné à leurs thèses, qu'on les accepte ou qu'on les nie ; qu'il n'y ait qu'un monde ou qu'il y en ait plusieurs n'importe pratiquement à personne, de même qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pratique-et-praxis/#i_27282

PUTNAM HILARY (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Christiane CHAUVIRÉ
  •  • 944 mots

Né le 31 juillet 1926 à Chicago, professeur à Princeton, puis au M.I.T. de 1961 à 1965, et enfin à Harvard jusqu'à sa retraite, Hilary Putnam fut, entre les années 1970 et 1990, un protagoniste majeur des débats qui eurent lieu en philosophie des sciences, du langage, de la logique et de l'esprit. Sa principale contribution en philosophie de l'esprit est l'invention du fonctionnalisme ; il a renou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hilary-putnam/#i_27282

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le débat contemporain »  : […] La situation contemporaine est caractérisée, d'une part, par la persistance d'une tradition qui remonte à Platon, Aristote, Kant et Hegel ; d'autre part, par celle d'une protestation contre les prétentions d'une raison qui se veut autonome et irréductible, d'une critique qui est aussi ancienne que la thèse qu'elle combat : la sophistique, l'empirisme, le scepticisme (mondain ou religieux) sont aus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_27282

RECONSTRUCTION EN PHILOSOPHIE, John Dewey - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 891 mots

John Dewey (1859-1952) est l'auteur d'une œuvre abondante dont un seul de ses livres ne suffit pas à se faire une idée. S'il fallait toutefois en citer un, ce serait certainement Reconstruction en philosophie , livre publié en 1920 et écrit au lendemain de la Première Guerre mondiale. On n'y trouve pas seulement l'expression d'une réflexion particulièrement ample, qui s'étend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reconstruction-en-philosophie/#i_27282

RITUEL

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 5 523 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'approche « pragmatique » : ce que « fait » le rituel »  : […] L'approche qui ne voit dans la communication rituelle que des valeurs expressives, des symboles assimilables à un langage, à un code digital dont le sens provient des paires contrastées se trouve précisément mise en question par les auteurs qui estiment que le rituel « fait » quelque chose et ne peut être comparé à un code verbal de communication. Il faut l'analyser dans la totalité de la situatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rituel/#i_27282

RORTY RICHARD (1931-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 536 mots

Dans le chapitre « Une pensée de la solidarité »  : […] Le pragmatisme est une philosophie de la contingence. Pour Rorty, il n'y a de « nécessité » que celle de nos choix en faveur du bien commun et de l'accomplissement individuel – autrement dit des perspectives qui nous sont offertes dans la double dimension publique et privée de notre existence. Cette dernière distinction, mobilisée dans Irony, Contingency and Solidarity (198 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-rorty/#i_27282

SANTAYANA GEORGE (1863-1952)

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 573 mots

Philosophe américain né à Madrid en 1863, George Santayana meurt à Rome en 1952. Son père était castillan ; sa mère, d'origine catalane et née à Glasgow, était veuve d'un Américain : George Sturgis, épousé en premières noces. George Santayana suivit d'abord ses parents à Ávila en 1866, puis sa mère à Boston en 1872. Son enfance à Ávila le marqua très profondément. S'il s'adapta fort bien à la Nouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-santayana/#i_27282

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La dérive pragmatique de la science »  : […] La séparation de la science et de la philosophie n'a pas seulement désuni ce qui était autrefois indissociable, mais a modifié de fond en comble le sens même du projet scientifique. Coupée de ses racines philosophiques, la science n'a plus pour ambition première de connaître le monde, mais de le transformer. « La science, écrit le mathématicien René Thom, a oublié sa vocation première, celle qui f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_27282

WIND EDGAR (1900-1971)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 1 129 mots

Dans le chapitre « À l'école de Warburg »  : […] Edgar Wind est né à Berlin en 1900. Il commença par former son goût à l'étude des classiques et s'orienta ensuite vers la philosophie et l'histoire de l'art à Berlin, Fribourg, Vienne. En 1922, il obtint sa thèse de doctorat à Hambourg, sous la direction d'Erwin Panofsky (1892-1968), avec un travail sur les rapports entre l'expérience esthétique et les faits historiques. Toujours à Hambourg, il su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-wind/#i_27282

ZEVI BRUNO (1918-2000)

  • Écrit par 
  • Bruno QUEYSANNE
  •  • 733 mots

Né à Rome le 22 janvier 1918 dans une grande famille de la communauté juive, Bruno Zevi y meurt le 9 janvier 2000. Il commence ses études d'architecture en 1936 tout en s'engageant dans la lutte antifasciste. L'antisémitisme croissant du régime de Mussolini le force à quitter l'Italie pour Londres en 1939, où il poursuit ses études à l'Architectural Association, avant de rejoindre New York en 1940 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruno-zevi/#i_27282

Pour citer l’article

Gérard DELEDALLE, « PRAGMATISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatisme/