e siècle, la nouvelle renaissance" />

POUILLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Renaissance et baroque

En cinq cents ans, la politique des rois de Naples, Angevins, Aragonais ou Bourbons, ne varie guère à l'égard de cette région, exclue des grandes voies de communication désormais tournées vers l'Occident après la chute de Constantinople et la découverte de l'Amérique. Les habitants des Pouilles réagissent par une attitude de méfiance à l'égard de la capitale à laquelle ils préfèrent, pour le commerce comme pour les arts, Venise et les cités des deux bords de l'Adriatique. De Venise, ils font venir, jusqu'à la fin du xvie siècle, des peintures de prix pour les églises et les couvents : œuvres de Vivarini, de Giovanni Bellini, de Palma le Jeune, de Pâris Bordone. Architectes et sculpteurs dalmates élèvent la cathédrale de Mola et reconstruisent celle de Gravina ; le long de l'Adriatique descendent des peintres tels que Constantin de Forli dit de Monopoli et Jean Charlier, surnommé Giovanni di Francia, qui demeurent de longues années dans les Pouilles. De la basse Adriatique, d'Orient arrivent enfin les derniers peintres byzantins qui ont fui de Crète devant les Turcs et qui installent leurs ateliers dans certaines villes, telles Otrante ou Barletta : ce sont Giovanni Maria Scupula, Donato et Angelo Bizamano.

Dans ce contexte, le séjour en terre de Bari de peintres provenant d'autres régions, tels Gaspar Hovic, Flamand, le Romain Andrea Bordone, et cette figure mystérieuse qui se cache sous le monogramme ZT, peut être considéré comme un fait isolé au xvie siècle.

Les liens avec la capitale sont entretenus par les religieux franciscains ou dominicains et leurs protecteurs napolitains fixés sur leurs terres des Pouilles, qui se comportent en véritables mécènes. C'est le cas des Orsini de Galatina qui, entre la fin du xive siècle et les premières décennies du xve siècle, font construire et décorer de fresques l'église Sainte-Catherine ; des De Balzo de Andria qui appelèrent à leur cour, au xve siècle, [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  POUILLES  » est également traité dans :

APENNIN

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean DEMANGEOT
  •  • 2 774 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Géologie »  : […] Il faut séparer de l'Apennin la zone de flyschs et de calcaires de la Lucanie, ou Basilicate, et le massif cristallin de Calabre (l'ensemble se rattachant par la Sicile aux structures de l'Afrique du Nord), ainsi que les grandes masses calcaires des Pouilles et du Monte Gargano, qui représentent l'avant-pays commun à l'Apennin et aux Dinarides ( zone d'Apulie ). Les montagnes de Campanie et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apennin/#i_29740

BARI

  • Écrit par 
  • Robert BERGERON
  •  • 690 mots
  •  • 2 médias

Capitale de la Pouille. Située sur un éperon séparant le vieux port et le nouveau, la cité de Barium est peu importante dans l'Antiquité. Siège d'un gastald lombard, elle est occupée en 847 par des musulmans qui en font la capitale d'un petit émirat. L'empereur franc Louis II les chasse et, en 875, Bari passe sous la domination de Byzance : elle est la résidence du stratège de Langobardie, puis d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bari/#i_29740

BRINDISI

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 522 mots

La ville de Brindisi est le chef-lieu de la province du même nom, dans la région des Pouilles (Apulie), dans le sud-est de l'Italie. Elle est située sur la côte Adriatique, au fond d'une anse en forme de Y qui peut accueillir des navires de haute mer, au sud-est de Bari. La légende attribue la fondation de la ville à Diomède, un compagnon d'Ulysse. Son nom grec, Brentesion (changé par les Romain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brindisi/#i_29740

ITALIE - Géographie

  • Écrit par 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 9 054 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les marges : la « question méridionale » »  : […] Si les intérêts nationaux italiens passent donc pour l'heure essentiellement par le Nord, le décrochage persistant du Sud, reste la limite majeure de ce modèle. Le Sud, ou Mezzogiorno, compte, avec les îles, environ 20 millions d'habitants, soit 35 p. 100 de la population italienne, mais il ne représente qu'un quart du PIB. Certes, les termes de cette « question méridionale » ont changé : autrefo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie/#i_29740

MEZZOGIORNO

  • Écrit par 
  • Pierre GABERT
  •  • 2 369 mots

Dans le chapitre « L'évolution de la politique d'intervention »  : […] L'évolution de la politique d'intervention en faveur du Sud apparaît à travers les diverses orientations qui ont commandé les investissements considérables faits sur 43,5 p. 100 du territoire italien par la Cassa, qui est soumise aux directives des Conseils des ministres depuis plus de trente ans. En 1950, il lui faut assurer le succès de la réforme agraire et des bonifications. Jusqu'en 1957, 77 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mezzogiorno/#i_29740

ROBERT GUISCARD (1015 env.-1085)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARTIN
  •  • 358 mots

Fils aîné du second mariage de Tancrède, seigneur de Hauteville-la-Guichard (Cotentin). Plusieurs des demi-frères de Robert Guiscard sont partis dans les années 1030 faire fortune en Italie méridionale : Guillaume Bras-de-Fer (1042-1046), puis Dreu (1046-1051) et Onfroy (1051-1057) ont pris la tête des bandes normandes qui, à partir de Melfi, conquièrent les territoires byzantins d'Italie du Sud. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-guiscard/#i_29740

TARENTE

  • Écrit par 
  • Robert BERGERON
  •  • 240 mots
  •  • 1 média

Port de la mer Ionienne (200 000 hab. en 2001), Tarente est le troisième pôle du triangle industriel qui a surgi dans les Pouilles — avec Bari et Brindisi. Les transformations ont été spectaculaires. Vieille fondation grecque contrôlant le goulet reliant le Mare Piccolo à la pleine mer, Tarente présente une dualité de plan semblable à celle de Bari : la vieille ville à l'ouest du goulet et la vill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarente/#i_29740

Voir aussi

Pour citer l’article

Pina BELLI D'ELIA, « POUILLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pouilles/