POTERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poterie siliceuse

La technique

Les poteries siliceuses sont caractérisées par la prépondérance de la silice dont la proportion peut varier entre 96 et 50 p. 100. Lorsque la proportion de silice et d'argile s'équilibre aux environs de 50 p. 100, on parle, selon leur pourcentage respectif, de poterie silico-argileuse ou de poterie argilo-siliceuse. Ces poteries sont constituées par un squelette de grains siliceux cimentés après cuisson par un liant qui peut être silico-calcaire, ou silico-alcalino-calcaire (fritte), ou mixte : à fritte et argileux. La fritte marque une évolution et un progrès dans la technique de la céramique. On appelle fritte une glaçure alcaline (un verre : mélange de sable et de soude) qui, après fusion à peu près complète et broyage à l'eau, est utilisée comme liant. Dans l'Antiquité, les potiers utilisaient vraisemblablement une fritte préparée préalablement. On utilise de préférence des glaçures fortement alcalines qui facilitent l'adhérence de la glaçure à la pâte et augmentent la brillance des pièces. Les pâtes peuvent être engobées avant l'application des glaçures. L'état de cuisson des pâtes poreuses est obtenu à des températures pouvant varier de 750 à 1 050 0C, et qui, d'une manière générale, sont inférieures à celles que nécessitent les pâtes vitrifiées.

Chaque objet céramique résulte de l'action combinée du potier et du feu. Les pâtes siliceuses étant peu plastiques, malgré l'adjonction d'une petite quantité d'argile, les potiers ajoutaient parfois un liant temporaire organique : miel, sucre, mélasse, colle, gomme ou résine. La pâte peut devenir une pièce de forme ou une plaque de revêtement ; elle est estampée, moulée, modelée ou montée au tour. Le feu agit sur la pâte et sur les émaux et glaçures. À la pâte il donne sa cohésion et sa résistance (cuisson biscuit). Aux émaux et aux glaçures, il donne la beauté et la qualité dense du coloris (deuxième cuisson ou cuisson émail). Le décorateur plus encore que le potier doit savoir utiliser toutes les possibilités que lui offre le feu : four à flamme directe ou indirecte, atmosphère oxydante ou réductrice selon les effets décoratifs recherchés. Le feu est un auxiliaire difficile, et Brongniart a pu avec raison parler du « jugement du feu ».

Aperçu historique

L'Égypte

L'Égypte des pharaons témoigne d'une puissante unité de création artistique, spécifique, liée à un essor exceptionnel. Sous l'Ancien Empire, les potiers égyptiens découvrent les possibilités céramiques des pâtes siliceuses et utilisent des pâtes à liant silico-calcaire et à fritte. Les pièces sont petites : coupes, vases globulaires de couleur violet-manganèse, turquoise de cuivre, bleu lapis. Sous le Moyen Empire, la fabrication des vases se poursuit, et apparaissent des statuettes à représentations humaine et animale qui sont célèbres, ainsi que celles du Nouvel Empire, pour la qualité du matériau, la beauté des formes et leur couleur bleu turquoise vif. Outre les procédés communs aux autres céramiques, les pièces étaient obtenues au noyau perdu, ébauchées plus que sculptées en pâte pleine et montées à la tournette (ancêtre du tour, Ancien Empire). L'émaillage n'est qu'un pseudo-émaillage : c'est la pâte elle-même qui est colorée et qui, sous l'effet d'une haute température, se vitrifie et forme une couche très dure. Avant l'enfournage, les céramiques étaient enrobées d'une pâte protectrice qui, après la cuisson, était grattée et laissait apparaître la pièce brillante et entièrement émaillée sans aucune trace de support.

Hippopotame, art égyptien

Diaporama : Hippopotame, art égyptien

ART ÉGYPTIEN, Moyen Empire, XIIe dynastie, Hippopotame - Décor d'oiseau et de plantes aquatiques, fritte glaçurée. Kunsthistorisches Museum, Vienne. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

Le rayonnement de l'Égypte sur tout le Proche-Orient amena des transformations dans tous les domaines, y compris celui de la céramique. Le pays le plus apte à recevoir ces enseignements était la Perse.

La Perse

L'ancienne Perse est un pays au « génie pathétique » où se succédèrent de terribles conquérants comme Gengis Khān et de brillantes civilisations comme celles des Parthes et des Sassanides. De nombreuses missions archéologiques ont mis au jour un important matériau céramique, et les poteries siliceuses trouvées à Suse nous intéressent aussi bien du point de vue de la technique que de l'histoire. On a retrouvé des briques de revêtement mural à liant silico-calcaire ornées de couleurs vives, vestiges de la civilisation élamite. Sur ce même site, le revêtement architectonique du palais de Darius est constitué par des briques au décor moulé, dont la célèbre frise des Archers vêtus de long [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Poterie et vases, Nagada, Égypte

Poterie et vases, Nagada, Égypte
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Vase à décor marin, art minoen

Vase à décor marin, art minoen
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Pichet, art minoen

Pichet, art minoen
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Vase à étriers, art mycénien

Vase à étriers, art mycénien
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 26 médias de l'article


Écrit par :

  • : diplômée de l'École du Louvre, chargée de missions au musée de Narbonne
  • : conservateur honoraire des Musées nationaux
  • : ingénieur de l'École nationale supérieure de céramique industrielle de Sèvres, professeur technique honoraire de céramique industrielle

Classification

Autres références

«  POTERIE  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La préhistoire et la protohistoire »  : […] Depuis les années 1950, on découvre des nuclei , des « coups de poing », des burins et des grattoirs, dans des abris sous roche ou dans des grottes, à Kara-kamar près de Haibak (C. S. Coon, 1951-1954), à Ak-kupruk (L. Dupree, 1959-1966), et à Ghar-i-mordeh-gusfand (L. Dupree et autres auteurs, 1970) dans la région de Balkh ; à Dara-i-kur au Badakshan (L. Dupree, 1966) et au Dasht-i-Nāwur sur les r […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Émergence et expansion des économies de production »  : […] La phase de réchauffement, qui marque le début de l'Holocène, facilite le repeuplement du Sahara et la recolonisation forestière de l'Afrique équatoriale. De multiples innovations se produisent au cours de cette brève période. Des traces de contrôle en captivité des mouflons à manchettes ont été mises au jour à Uan Afuda, dans le Tadrart Acacus, en Libye du Sud-Ouest. La production de poterie ap […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 828 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'art dans la vie quotidienne »  : […] Tous les objets usuels, si humbles soient-ils, supportent en général un élément décoratif destiné à les enjoliver, mais aussi à signifier quelque chose, leur appartenance à quelqu'un, leur fonction ou leur importance. La poterie est l'apanage des femmes. En Afrique occidentale, la potière est l'épouse du forgeron. Le décor est pratiqué par incision, modelage ou peinture. L'Afrique ignore le tour, […] Lire la suite

AFRIQUE ROMAINE

  • Écrit par 
  • Noureddine HARRAZI, 
  • Claude NICOLET
  •  • 9 559 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Un artisanat dynamique »  : […] Mais l'agriculture et l'urbanisme ne peuvent suffire à expliquer et à exprimer le caractère brillant de la civilisation romano-africaine. Lorsque nous en passons en revue les témoignages archéologiques, du plus humble comme la céramique, au plus prestigieux comme la mosaïque, nous sommes frappés par la diversité des produits « industriels » offerts par cette région de l'Empire romain et par l'inte […] Lire la suite

AGUADA CULTURE

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 372 mots

Développée dans le nord-ouest de l'Argentine, dans la région qui s'étend depuis la vallée Calchaqui jusqu'au nord de la province de San Juan, la culture aguada se situe, chronologiquement, dans la période céramique moyenne, entre 650 et 850. L'économie aguada était basée sur l'agriculture qui utilisait probablement des techniques d'irrigation ; elle était complétée par l'élevage du lama. L'artisan […] Lire la suite

AMÉRINDIENS - Amérique centrale

  • Écrit par 
  • Georgette SOUSTELLE
  • , Universalis
  •  • 7 493 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Poterie et vannerie »  : […] La fabrication de la poterie de type traditionnel est en voie de régression. Dans de nombreuses régions, comme le Michoacán ou l'État de Guadalajara, on ne trouve plus sur les marchés que des poteries faites au tour. Cependant, les communautés indiennes encore attachées à leurs traditions ont conservé la technique de la poterie façonnée sans l'aide d'un tour, comme à l'époque précolombienne. Les […] Lire la suite

AMPHORES (commerce)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves EMPEREUR
  •  • 1 449 mots

Les amphores sont des vases de transport en terre cuite munis de deux anses, utilisés depuis le milieu du II e  millénaire jusqu'à la fin de l'Antiquité (leur usage subsiste encore dans certaines régions, comme l'Égypte moderne). D'une capacité qui variait de 3 ou 4 litres à une trentaine de litres (la moyenne se situant autour de 25 litres), leurs contenus étaient variés : vin, huile, poisson en […] Lire la suite

ARAKAWA TOYOZO (1894-1985)

  • Écrit par 
  • Christine SHIMIZU
  •  • 658 mots

Le céramiste japonais Arakawa Toyozō fut honoré de la récompense suprême, le titre de « trésor national vivant » en 1955. Ses recherches lui ont permis de retrouver les techniques de fabrication des céramiques anciennes utilisées pour la cérémonie du thé à l'époque de Momoyama (fin du xvi e s.) et réalisées à Mino (préfecture de Gifu). Arakawa Toyozō naquit, en 1894, dans une famille d'agriculte […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Helmut LOOFS-WISSOWA
  •  • 3 590 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'âge des métaux et la protohistoire »  : […] Les dates et les circonstances de l'apparition des premiers métaux en Asie du Sud-Est sont encore enveloppées d'une brume épaisse. Jusqu'à il y a un peu plus de vingt ans, la civilisation de Dongson, au nord du Vietnam, dont la naissance était datée de 800 à 300 avant J.-C. suivant les chercheurs différents, était généralement considérée comme la civilisation utilisant le bronze la plus ancienne […] Lire la suite

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 712 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le Moyen-Orient antique »  : […] L'Antiquité n'a pas seulement retenu de l'animal le dynamisme des luttes paroxystiques. L' art égyptien nous offre des images de plénitude tranquille et assurée. L'art funéraire tout d'abord inclut l'animal familier dans le cortège des êtres sauvegardés dans l'au-delà, image et essence, pour le seul plaisir d'un défunt prestigieux. Reproduits dans leur vérité spécifique, canonisés en quelque sort […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Colette CROUZET, Jeanne GIACOMOTTI, Henri MORISSON, « POTERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/poterie/