POSTCOLONIALES FRANCOPHONES (LITTÉRATURES)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers le « tout-monde »

La même évolution s'est produite au Maghreb. Une première génération d'écrivains francophones (Mouloud Feraoun, Mohammed Dib, Mouloud Mammeri en Algérie ; Driss Chraïbi au Maroc) publie dans la mouvance des combats de libération nationale, pour un public extérieur qu'il fallait sensibiliser à la cause de l'indépendance. L'inscription aux programmes scolaires les a rendus familiers aux jeunes élèves maghrébins. Kateb Yacine impose dans son roman Nedjma (1956), œuvre hors norme, passionnée et exaltante, une « anthropologie poétique » de l'Algérie qui a été reçue comme le mythe fondateur de la nation retrouvée.

En Haïti, indépendant dès 1804 et où une abondante littérature en français s'était développée depuis le début du xixe siècle, les romans de Jacques Roumain (Gouverneurs de la rosée, 1944) et Jacques-Stephen Alexis (Compère Général Soleil, 1956) affichent un « réalisme magique » qui associe thématique populaire, inspiration animiste et interférences langagières du créole et du français. Aux Antilles, la poésie est le genre majeur : Gilbert Gratiant ose écrire en créole ; Aimé Césaire proclame l'avènement de la négritude ; son ami guyanais Léon-Gontran Damas en module la version douloureuse. Joseph Zobel donne le chef-d'œuvre du roman d'apprentissage antillais avec La Rue Cases-Nègres (1950), tandis que Simone Schwarz-Bart interroge le destin des femmes guadeloupéennes (Pluie et vent sur Télumée Miracle, 1972).

Les indépendances obtenues, vient le temps des désillusions. Le Devoir de violence (1968), roman iconoclaste du Malien Yambo Ouologuem, met en pièces les mythologies de la négritude. Les Soleils des indépendances de l'Ivoirien Ahmadou Kourouma (roman d'abord refusé par les éditeurs français et publié au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Aimé Césaire

Aimé Césaire
Crédits : Sergio Gaudenti/ Sygma/ Getty Images

photographie

Léopold Sédar Senghor au Conseil de l'Europe (Strasbourg, 1949)

Léopold Sédar Senghor au Conseil de l'Europe (Strasbourg, 1949)
Crédits : Felix Man/ Picture Post/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis JOUBERT, « POSTCOLONIALES FRANCOPHONES (LITTÉRATURES) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/postcoloniales-francophones-litteratures/