POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les spécificités des littératures postcoloniales

Une implication forte

Nombre d'écrivains postcoloniaux refusent l'idée de l'art pour l'art, à l’instar du Nigérian Ken Saro-Wiwa (1941-1995) qui affirme que l’écrivain doit être un homme engagé. Dans ses romans et nouvelles, il met en scène des personnages marginalisés et opprimés, victimes du pouvoir politique et économique. Après avoir dénoncé les abus commis par des compagnies pétrolières sur les terres du peuple ogoni, il sera arrêté par le régime militaire et exécuté en 1995. Qu'il s'agisse de l’écrivain australien Mudrooroo (1938-2019), du Ghanéen Ayi Kwei Armah (né en 1939) ou du Barbadien George Lamming, tous partagent l'idée que la littérature a non seulement un certain rapport avec la « réalité », mais que les auteurs doivent aussi faire connaître et apprécier les cultures minoritaires. Les revendications féministes sont d'autant mieux représentées dans le domaine postcolonial (avec des romancières comme Jean Rhys, Buchi Emecheta, Bessie Head, Margaret Atwood, Erna Brodber, Jamaica Kincaid, Keri Hulme...) que les femmes y ont souvent subi une double aliénation, en raison de leur sexe et de leur statut de colonisées.

Un fort contenu allégorique marque les œuvres publiées à l'époque des indépendances. Comme le Samoan Albert Wendt (né en 1939) dans ses romans faulknériens Leaves of the Banyan Tree (1979 ; Les Feuilles du banian, 2009) et The Mango's Kiss (2003 ; Le Baiser de la mangue, 2006), la plupart des grands écrivains dépassent les simplifications du didactisme grâce à des stratégies narratives ou des points de vue multiples, qui font miroiter les diverses facettes de la réalité interculturelle. D'autres, comme le Trinidadien Samuel Selvon (1923-1994), l'auteur de Moses Ascending (1975 ; L'Ascension de Moïse, 1987), pratiquent un hu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Orlando Power Station (Afrique du Sud)

Orlando Power Station (Afrique du Sud)
Crédits : Emilie Chaix/ Photononstop

photographie

Nadine Gordimer

Nadine Gordimer
Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Getty Images

photographie

Wole Soyinka

Wole Soyinka
Crédits : Keystone-France/ Getty Images

photographie

Zadie Smith

Zadie Smith
Crédits : Beowulf Sheenan/ Opale/ Leemage/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite, université de Bourgogne, Dijon
  • : professeure des Universités en littérature britannique contemporaine et en littératures postcoloniales à l'École normale supérieure de Lyon, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre DURIX, Vanessa GUIGNERY, « POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/postcoloniales-anglophones-litteratures/