POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une culture du syncrétisme

À la fin des années 1950, la production postcoloniale prend véritablement son essor. Pour des raisons de stratégies colonialistes, les territoires de l'anglophonie et de la francophonie donnent naissance à des phénomènes culturels nettement différents. Sans doute le discours sur la négritude, les écrits de Frantz Fanon et les théories tiers-mondistes ont-ils influencé davantage les littératures des colonies britanniques qu'on ne le pense habituellement. Quoi qu'il en soit, la littérature africaine anglophone s'affirme dès l'abord comme l'une des plus productives.

Dès sa parution en 1952, The Palm Wine Drinkard (L'Ivrogne dans la brousse, 1953) du Nigérian Amos Tutuola (1920-1997), mélange de tradition orale et de quête allégorique, attire l'attention de Raymond Queneau. Chinua Achebe (1930-2013), un autre Nigérian, publie en 1958 Things Fall Apart (Le monde s'effondre, 1975), roman qui inspirera nombre d'écrivains postcoloniaux. Dans ce texte devenu un classique, Achebe recrée une communauté ibo à l'orée du xxe siècle. À cette époque, les premiers missionnaires britanniques apportaient dans le delta du Niger le christianisme et les prémisses de la colonisation qui allaient profondément bouleverser l'ordre traditionnel. Le protagoniste de No Longer at Ease (1960 ; Le Malaise, 1974) est déchiré entre l'éducation acquise en Angleterre et les valeurs traditionnelles de sa société lorsqu'il rentre au pays.

Ces premiers romans d'Achebe préfigurent de nombreuses œuvres postcoloniales telles que The Crocodile (1970) du Néo-Guinéen Vincent Eri (1936-1993). On va même jusqu'à parler d'un nouveau « sous-genre », le village novel (littéralement « roman villageois »), dont les héros, transformés par leur contact avec l'Occident, demeurent cependant enracinés dan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Orlando Power Station (Afrique du Sud)

Orlando Power Station (Afrique du Sud)
Crédits : Emilie Chaix/ Photononstop

photographie

Nadine Gordimer

Nadine Gordimer
Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Getty Images

photographie

Wole Soyinka

Wole Soyinka
Crédits : Keystone-France/ Getty Images

photographie

Zadie Smith

Zadie Smith
Crédits : Beowulf Sheenan/ Opale/ Leemage/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite, université de Bourgogne, Dijon
  • : professeure des Universités en littérature britannique contemporaine et en littératures postcoloniales à l'École normale supérieure de Lyon, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre DURIX, Vanessa GUIGNERY, « POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/postcoloniales-anglophones-litteratures/