POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance d'une littérature

Seul un examen détaillé de chaque littérature nationale pourrait rendre justice à la variété des œuvres concernées. Pourtant, un survol diachronique permet de mettre en évidence de nombreuses caractéristiques communes.

Les premières œuvres publiées par des colons australiens, canadiens ou néo-zélandais, émigrés ou transportés de force, racontent leur expérience sur une terre qui leur paraît à la fois exotique et inhospitalière. Souvent peu préparés à leur nouvelle existence, les auteurs projettent sur leur environnement des représentations fortement ethnocentriques. Ainsi, la correspondance de Catharine Parr Trail, publiée sous le titre The Backwoods of Canada (1836), fourmille de conseils visant à préparer les émigrants potentiels à la réalité qui les attend sur le nouveau continent. Dans Roughing it in the Bush (1852), sa sœur Susanna Moodie Strickland porte sur le paysage canadien un regard empreint de rousseauisme et influencé par l'esthétique du sublime. Le récit dickensien de Marcus Clarke intitulé For the Term of his Natural Life (1870 ; La Justice des hommes, 1986) décrit l'existence d'un bagnard dans la colonie pénitentiaire australienne. Sur un ton nettement plus optimiste, son compatriote Charles Harpur, inspiré par le romantisme, célèbre dans The Bushrangers and Other Poems (1853) la grandeur d'une nature vierge.

Au tournant du siècle, dans Sketches of a Little Town (1912), l'humoriste Stephen Leacock (1869-1944) ironise sur le provincialisme et les prétentions d'une communauté de l'Ontario. En Australie, « Banjo » Paterson (1864-1941) et Henry Lawson (1867-1922), l'auteur de While the Billy Boils (1896), posent les fondements d'une tradition nationaliste qui s'appuie sur la culture naissante d'un peuple formé à la rude école du bagne, de la lutte contre la nature et les grands propriétaires terriens. À l'aube du xxe siècle, il n'est pas encore question de rendre leur vraie place aux Aborigènes.

C [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Orlando Power Station (Afrique du Sud)

Orlando Power Station (Afrique du Sud)
Crédits : Emilie Chaix/ Photononstop

photographie

Nadine Gordimer

Nadine Gordimer
Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Getty Images

photographie

Wole Soyinka

Wole Soyinka
Crédits : Keystone-France/ Getty Images

photographie

Zadie Smith

Zadie Smith
Crédits : Beowulf Sheenan/ Opale/ Leemage/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite, université de Bourgogne, Dijon
  • : professeure des Universités en littérature britannique contemporaine et en littératures postcoloniales à l'École normale supérieure de Lyon, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre DURIX, Vanessa GUIGNERY, « POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/postcoloniales-anglophones-litteratures/