PORCELAINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Extrême-Orient

Chine

L'époque Yuan (1280-1368) inaugure l'âge classique de la porcelaine chinoise (cf. chine -  Arts, chap. 14). L'essentiel est dès lors découvert : corps blanc et translucide, décors peints (sur et sous couverte), gravés, ajourés, en relief. Les dynasties Ming (1368-1644) et Qing (1644-1911) se signaleront par la variété des procédés, des formes, des décors, et par des recherches techniques inédites. La diversité des réalisations permet de suivre l'évolution de la porcelaine du xive au xixe siècle et de la dater.

Les grands « bleu et blanc » du xive siècle, vases et plats, sont surtout destinés à l'exportation vers l'Asie occidentale (importantes collections à Istanbul et à Téhéran). Au début du xve siècle, la matière devient plus fine, le décor s'allège ; désormais, une grande part de la production, strictement contrôlée, sera destinée à la cour, et ces pièces impériales porteront les marques des règnes successifs (nianhao). De styles très divers, ces bleu et blanc domineront la production des Ming, avec une période très brillante encore au milieu du xviie siècle et au début des Qing. Une autre couleur de grand feu, le rouge de cuivre, plus difficile à manier, sera moins utilisée.

Vase en porcelaine, «bleu et blanc» Chine

Photographie : Vase en porcelaine, «bleu et blanc» Chine

Photographie

Grâce à l'introduction du cobalt, les porcelaines chinoises adoptent, dès le XIVe siècle, un décor «bleu et blanc». Vase datant du règne de Wanli (1573-1620). Collection privée. 

Crédits : Paul Freeman, Bridgeman Images

Afficher

Le bleu sous couverte sera, à partir du xve siècle, rehaussé d'émaux de petit feu, combinaison qui donnera naissance aux wucai, « cinq couleurs », et aux doucai, où les contours seuls sont bleus. Sous Kangxi (1662-1722), la découverte d'un émail bleu conduit aux effets plus homogènes de la « famille verte », dont la vogue se substitue à celle des bleu et blanc. La palette (rouge, vert, jaune, noir) se transforme vers 1720 par l'emploi d'un rose rubis : le xviiie siècle sera celui de la « famille rose », d'une grande délicatesse sous Yongzheng (1723-1735), plus chargée et composite sous Qianlong (1736-1796).

Vase de la "famille verte"

Photographie : Vase de la "famille verte"

Photographie

Vase de la "famille verte". La couleur plus homogène de ces porcelaines fut obtenue grâce à la découverte d'un nouvel émail. Époque Xangxi (1662-1722), dynastie Qing (1644-1911). Lady Lever Art Gallery, Port Sunlight, Merseyside, Grande-Bretagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Les « biscuits », dont les émaux sont posés non sur la couverte mais sur le corps nu, ont des tons plus sourds ; leur apogée se situe sous Kangxi (vases à fonds noirs, statuettes, etc.). Émaux e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Vase en porcelaine, «bleu et blanc» Chine

Vase en porcelaine, «bleu et blanc» Chine
Crédits : Paul Freeman, Bridgeman Images

photographie

Vase de la "famille verte"

Vase de la "famille verte"
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Figurine en porcelaine de Meissen

Figurine en porcelaine de Meissen
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie


Écrit par :

  • : bibliothécaire du musée de la Céramique, Sèvres
  • : conservateur au musée national de la Céramique, Sèvres
  • : chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet
  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet
  • : conservateur en chef du patrimoine, chargée des archives de la Manufacture nationale de Sèvres

Classification

Autres références

«  PORCELAINE  » est également traité dans :

ARCANISTES

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET
  •  • 104 mots

Peu usité en France, le terme d'arcanistes désigne en Allemagne les chimistes qui connaissent la composition des couleurs pour la porcelaine et qui les préparent. Par extension, l'arcaniste est le détenteur des secrets qui concernent l'élaboration de la pâte à porcelaine et de sa couverte, la fabrication des cazettes (étuis protecteurs en terre réfractaire), ainsi que la conduite des cuissons de g […] Lire la suite

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 3 776 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les arts décoratifs au service d'un genre »  : […] Mais cette diffusion passe aussi par d'autres voies, et Boucher est sans doute, au xviii e  siècle, le premier artiste, sinon le seul, à avoir connu de son vivant, et depuis ses débuts, une aussi prodigieuse diffusion de ses modèles et de ses inventions par la gravure de reproduction. Dès 1733, Gérard Jean Baptiste Scotin grave la Naissance et la Mort d'Adonis , l'année suivante Bernard Lépicié pr […] Lire la suite

CÉRAMIQUE

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET, 
  • Jeanne GIACOMOTTI, 
  • André PECKER
  •  • 2 876 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Céramiques dures (grès, porcelaines et faïences fines) »  : […] Si, dès l'époque de la pierre polie, les hommes de la vallée du fleuve Jaune pratiquaient l'art de la poterie ornée, l'apport essentiel de l' Extrême-Orient (Chine, Corée, Japon) à la céramique est la pâte dure, imperméable, cuite à haute température. Les recherches pour les grès opaques et « proto-porcelaines », qui remonteraient aux premières dynasties chinoises, plus de mille ans avant notre è […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Les arts de la vie quotidienne »  : […] À la différence des villes où, jusqu'au début du xx e  siècle, les maisons populaires et, avec plus d'ostentation, les échoppes s'enrichissaient volontiers de décors sculptés et n'excluaient pas la couleur, dans les campagnes le cadre de la vie quotidienne, sans être austère, paraît des plus sobres. L'expérience plus récente des peintres-paysans de Huxian (Shaanxi) ornant les parois extérieures de […] Lire la suite

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 958 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « De la collection à la création »  : […] En effet, la collection n'est pas simplement le lieu profane où un acheteur rassemble, selon ses propres désirs, des œuvres achevées. Par les regards et les lectures qu'elle suscite, elle donne une nouvelle vie à l'objet et constitue, au même titre que la gravure ou la critique, une des composantes fondamentales de la réception d'une œuvre ou d'un artiste. En outre, collection et création entretie […] Lire la suite

HELLOT JEAN (1685-1766)

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET
  •  • 346 mots

Chimiste français, né et mort à Paris. Voué à l'état ecclésiastique, Jean Hellot a la révélation de la chimie en découvrant des notes dans les papiers de son aïeul, le docteur Hellot. Ses études le mettent en relation avec le savant Claude-Joseph Geoffroy. Il devient même son parent en 1729. Reçu à l'Académie des sciences dès 1735, il devient plus tard membre de l'Académie royale de Londres. En pl […] Lire la suite

INVENTION DE LA PORCELAINE

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 173 mots

L'invention de la porcelaine en Chine au vii e  siècle fait suite à une longue série d'innovations dans le domaine de la céramique. Il fallait en effet réunir plusieurs conditions pour fabriquer des céramiques à la fois dures, blanches et translucides. La pâte doit être parfaitement pure, qu'il s'agisse de kaolin en Chine du Nord ou de pierre à porcelaine en Chine du Sud. À Jingdezhen (Jiangxi), […] Lire la suite

IVOIRE

  • Écrit par 
  • Eugen von PHILIPPOVICH
  •  • 3 095 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Du Moyen Âge au XXe siècle »  : […] En Occident, la période carolingienne apporte un nouvel épanouissement ; la sculpture sur ivoire est alors utilisée dans un but religieux pour orner les reliures des manuscrits . On peut citer comme exemple une série d'ivoires appelés le groupe Ada  : les miniatures donnent leur style à la sculpture sur ivoire. Cette action de la miniature, montrant la voie aux chefs-d'œuvre de l'ivoirerie, sera […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Naissance de la porcelaine »  : […] L'histoire de la naissance et de l'évolution de la porcelaine dans la province de Hizen n'est pas encore parfaitement élucidée. De nombreux emplacements de fours ont été fouillés. Au début du xvii e  siècle, le Coréen Risampei, ayant découvert dans les environs d'Arita (Kyūshū) des gisements de kaolin, avait donné naissance à la porcelaine japonaise. Celle-ci s'inspira d'abord des modèles coréens […] Lire la suite

LAQUE BURGAUTÉ

  • Écrit par 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT
  •  • 269 mots

Ce terme, qui provient de burgau , nom vulgaire de diverses coquilles nacrées, désigne des laques unis, ou des porcelaines laquées, incrustés de nacre. Il a été créé par Jacquemart et Le Blant ( Histoire artistique commerciale et industrielle de la porcelaine , Paris, 1862) à propos de porcelaines chinoises ainsi ornées. Il n'est employé actuellement que pour les pièces de la dynastie Qing, parmi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcelle BRUNET, Antoinette FAŸ-HALLÉ, Daisy LION-GOLDSCHMIDT, Madeleine PAUL-DAVID, Tamara PRÉAUD, « PORCELAINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/porcelaine/