POP ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pop art américain

Berceau de la société de consommation, les États-Unis sont la véritable patrie du pop ; c'est là qu'il se développa sous sa forme la plus pure et survécut le plus longtemps, influençant durablement les jeunes générations d'artistes. Le pop américain prend ses racines dans l'art populaire des peintres d'enseignes des xviiie et xixe siècles, dans le cubisme et les objets quotidiens de Stuart Davis. Mais il a aussi des sources européennes par le biais, dans les années cinquante, du néo-dadaïsme, préfiguration du pop art qui doit beaucoup à la présence à New York de Marcel Duchamp – le premier à avoir remis en cause les définitions traditionnellement idéalistes de l'art – et à l'assemblage, hérité à la fois du collage cubiste et de l'objet trouvé surréaliste, qui permet à de jeunes artistes de se démarquer de l'académisme de la New York School.

En Californie, le Funk(y) Art – Edward Kienholz, Bruce Conner – récupère les déchets de la société moderne pour en faire des assemblages volontairement repoussants ou macabres. À New York, le Junk Art exploite le rebut de la société industrielle et de consommation. Robert Rauschenberg assemble des matériaux de récupération (carton, métaux, vieux meubles) en les intégrant parfois à des compositions – mi-peinture, mi-sculpture – qu'il baptise combine paintings. Influencé par les théories aléatoires d'inspiration zen de son ami le musicien John Cage, rencontré au Black Mountain College, il compose aussi de nombreuses œuvres à partir d'images de journaux et de magazines qu'il reporte sur toile (Retroactive I, 1964), car pour lui ni « la vie ni l'art ne peuvent se fabriquer », et le peintre doit « agir dans le fossé entre les deux ».

Jasper Johns réintroduit le figuratif dans la peinture (Flag, 1954-1955). Drapeaux, cibles, cartes, plat [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

James Rosenquist

James Rosenquist
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Andy Warhol et le Velvet Underground

Andy Warhol et le Velvet Underground
Crédits : Herve Gloaguen/ Gamma-Rapho/ Getty

photographie

TwentySix Gasoline Stations, E. Ruscha

TwentySix Gasoline Stations, E. Ruscha
Crédits : Edward Ruscha/ service de presse/ Musée du Jeu de Paume

photographie





Écrit par :

  • : agrégé, docteur de troisième cycle, maître de conférences à l'université de Pau, directeur du Centre intercritique des arts du domaine anglophone

Classification


Autres références

«  POP ART  » est également traité dans :

LES ANNÉES POP 1956-1968 (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 1 140 mots

En 1962, la Boutique de Ben ou The Store de Claes Oldenburg troublaient à leur manière la mince frontière qui séparait encore galerie et commerce, commerçant et artiste et, finalement, objet d'art et produit de consommation. Depuis lors, ce nouvel évangile de la consommation de masse s'est propagé jusqu'à nous […] Lire la suite

ALLOWAY LAWRENCE (1926-1990)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 735 mots

Conservateur et critique d'art américain d'origine britannique, Lawrence Alloway a publié de nombreux essais sur l'art populaire. Il est à l'origine dans les années 1950 du terme « pop art » désormais commun, qui désigne aujourd'hui l'« art concernant la culture populaire » et non, comme il le suggérait, l'« art de la culture populaire ». De l'exposition This is tomorrow à la Whitechapel Gallery […] Lire la suite

ANDY WARHOL, PEINTRE DE L'ÈRE POST-ATOMIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 429 mots

6 et 9 août 1945 Des bombes atomiques sont larguées par les Américains sur Hiroshima et Nagasaki au Japon. En 1997, le mémorial aux victimes d'Hiroshima comptait plus de deux cent mille noms. 1962 Andy Warhol peint 129 Die (Plane Crash) [129 victimes (catastrophe aérienne)], acrylique sur toile, 254 cm × 183 cm, Museum Ludwig Cologne, d'après la première page du New York Mirror du 4 juin 1962. […] Lire la suite

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « L'anti-art et ses avatars »  : […] Le destin de l'anti-art ne traduit pas, depuis, cette violence extrême. Au fur et à mesure que l'art d' avant-garde a été accepté, classé, valorisé financièrement par les critiques, les musées et les marchands, l'anti-art est devenu l'épiphénomène de l'art. Si Breton n'y a jamais fait appel, s'il a même contribué à perpétuer à sa manière la vocation subversive de l'art proprement dit, son ami Mar […] Lire la suite

ANTONIO ANTONIO LOPEZ dit (mort en 1986)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 813 mots

Américain né d'une famille d'immigrés espagnols, Antonio passe son enfance à Puerto Rico et à New York où, fasciné par le luxe des grands magasins, séduit par les publicités de la ville, il trouve sa voie dans l'illustration publicitaire et dans le dessin de mode. Car le caractère tapageur et éphémère de la mode, l'atmosphère de perpétuel renouvellement du monde publicitaire le stimulent. Dessinan […] Lire la suite

CASTELLI LEO (1907-1999)

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 660 mots
  •  • 1 média

Né en 1907 à Trieste, le marchand d'art Leo Castelli a vécu en Europe jusqu'en 1941, année de son exil aux États-Unis. Installé à New York, il fréquente assidûment le musée d'Art moderne et la galerie de Peggy Guggenheim Art of this Century. Proche des artistes surréalistes réfugiés à New York, Castelli rencontre aussi de jeunes peintres américains comme Jackson Pollock, Willem De Kooning, Franz […] Lire la suite

COCA-COLA PLAN (R. Rauschenberg)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 220 mots

D'emblée, le côté comique de Coca-Cola Plan (1958) de Robert Rauschenberg est frappant. Flanquées des ailes de l'aigle américain, trois bouteilles de Coca y sont exposées surmontant une boule d'escalier en bois qui évoque immanquablement un petit globe terrestre. À une époque où se développe rapidement une société de consommation toute-puissante, l'observateur de ce petit retable moderne est ains […] Lire la suite

COLLAGE

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 227 mots

Dans le chapitre « De l'autonomie à la dissémination »  : […] Véritable laboratoire de l'imaginaire moderne durant la première moitié du xx e  siècle, le collage s'impose ensuite comme un ressort essentiel du renouveau esthétique. Il est au cœur des tentatives de redéfinition des concepts et des enjeux de l'art, nécessitées non seulement par l'éclatement des formes, mais par celle du champ artistique proprement dit. Dès la fin des années 1940, un retour du c […] Lire la suite

DINE JIM (1935- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 957 mots

Un peintre américain, on le savait depuis Pollock, n'est pas forcément un homme sûr de sa supériorité, nationaliste et anti-Européen : Jim Dine (comme un James Rosenquist) est là pour le prouver. Né en 1935 dans l'Ohio, petit-fils de charpentier, arrivé à New York en 1958 et ayant participé activement, par ses happenings ( The Smiling Workman de 1959 et Car Crash de 1960) et par ses premiers ta […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT, art

  • Écrit par 
  • François LOYER
  • , Universalis
  •  • 3 220 mots

Dans le chapitre « Rendre le réel à l'état brut »  : […] Environnement, en effet, est emprunté au vocabulaire du «  pop art » : le jeu de l'environnement consiste à réunir des objets d'usage courant, voire des déchets, dont la simple agglomération constitue l'œuvre d'art. En 1959, le pop art était encore un phénomène typiquement américain, étroitement relié à ses antécédents dadaïstes – notamment Duchamp, et Schwitters avec ses Merzbau . En 1960, lors […] Lire la suite

ERRÓ GUNDMUNDUR GUNDMUNSSON dit (1932- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 1 054 mots

Après avoir étudié la peinture à l'Académie de Reykjavik et contribué au sauvetage des passagers d'avions qui s'écrasent parfois sur les sommets de l'Islande ou récupéré la cargaison des bateaux qui font naufrage sur ses rives, Gundmundur Gundmunsson, peintre islandais né le 19 juillet 1932 à Olafsvik, dit Ferró, puis Erró, devenu professeur d'art en 1951, a d'abord peint des fresques à l'Académie […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « De l'influence de l'art conceptuel »  : […] Ces mêmes principes d'unicité, d'indivisibilité, de symétrie et de clarté, souvent teintés de revendications nihilistes, se retrouvent en partie dans le pop art, qui constitue une autre des échappatoires au récit moderniste. Bien que d'origine britannique, le phénomène pop va connaître une expansion et une notoriété sans équivalents aux États-Unis. Ses représentants, plus ou moins dissidents, ceu […] Lire la suite

FAHLSTRÖM ÖYVIND (1928-1976)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 894 mots

Né à S ao Paulo de parents suédois et norvégien, revenu en Suède en 1939 et redevenu suédois en 1947, Fahlström ne peut être considéré seulement ni comme un peintre ni comme un Suédois. Enclin par nature et par expérience à l'universalité, il fut l'un des rares esprits encyclopédiques du xx e siècle. De 1961 à sa mort, il a vécu, comme Marcel Duchamp, entre New York et l'Europe, échappant du même […] Lire la suite

FIGURATION NARRATIVE, Paris 1960-1972 (exposition)

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 1 032 mots
  •  • 1 média

Depuis l'exposition de 1965 présentée à la galerie Creuze, à Paris, qui accompagna la naissance de la figuration narrative, aucune rétrospective au niveau national n'avait permis de prendre la mesure de ce courant qui, en affirmant une nouvelle « imagerie », inventa un langage pictural. Longtemps considérée comme une réponse française au formalisme du pop art, la figuration narrative souffrit qu […] Lire la suite

GERHARD RICHTER, PANORAMA (exposition)

  • Écrit par 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Héritier d'une tradition »  : […] C'est plus précisément en 1962, après son exil en Allemagne de l'Ouest (Gerhard Richter est né en 1932 à Dresde et y résidera jusqu'en 1961) et son inscription à l'école des Beaux-Arts de Düsseldorf, que l'artiste pose les bases officielles de l'œuvre à venir, reniant par la même occasion sa production antérieure (le catalogue raisonné ne tient pas compte de sa période est-allemande). L'œuvre la p […] Lire la suite

HAMILTON RICHARD (1922-2011)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 1 702 mots

Dans le chapitre « Le « Big Daddy of Pop » (M.G. McNay) ? »  : […] À partir de 1966, Hamilton abandonne ses différentes charges d'enseignement, ainsi que ses fonctions de designer d'exposition, pour se consacrer entièrement à la création. L'ampleur de ses activités de diffusion et de pédagogue ne doit pas éclipser l'importance de son œuvre picturale. Après avoir entamé, au début des années 1950, une réflexion sur l'abstraction géométrique, Hamilton réagit rapide […] Lire la suite

HOCKNEY DAVID (1937- )

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 1 722 mots

La participation de David Hockney à l'exposition « Young Contemporaries » (Londres, R.B.A. Galeries, 1961) ainsi que ses sources d'inspiration d'alors, puisées dans la vie quotidienne, les graffiti ou encore les dessins d'enfants lui valurent d'être associé au pop art ; une association aussi brève que circonstancielle, le peintre se considérant lui-même à l'« extrême périphérie » de ce mouvement. […] Lire la suite

HYPERRÉALISME

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 3 196 mots

Dans le chapitre « Histoire et refus de l'histoire »  : […] L'hyperréalisme aux États-Unis n'est pas né sans histoire. Les peintures de trompe-l'œil dans l'Amérique du xix e  siècle, les tableaux de l' Ash Can School (« école de la poubelle ») dans les premières années du xx e  siècle, ont présidé à la tradition d'un réalisme social, avec la représentation d'usines et de machines. Dans les années 1920-1930, Morton Schamberg, Charles Demuth et Charles Shee […] Lire la suite

IMPERSONNALITÉ EN ART

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 1 119 mots

L'idée d'impersonnalité renvoie d'abord à celle d'anonymat : il arrive qu'on ne sache quel nom mettre sous une toile ; on s'efforce alors de rattacher l'œuvre à un atelier, à une école, à une époque. C'est affaire d'attribution : les experts veillent, ne serait-ce que pour dépister les faussaires. Mais en dehors de ce cas, que l'on peut considérer comme le plus simple, l'impersonnalité peut ne pas […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bertrand ROUGÉ, « POP ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-art/