POLYCHROMIE, histoire de l'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Dame d'Auxerre, art dédalique

Dame d'Auxerre, art dédalique
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Korè de l’Acropole d’Athènes

Korè de l’Acropole d’Athènes
Crédits : A. Grand-Clément

photographie

Aurige de Delphes

Aurige de Delphes
Crédits : T. Schneiders

photographie

Temple de Zeus à Olympie (reconstitution de l'intérieur)

Temple de Zeus à Olympie (reconstitution de l'intérieur)
Crédits : bildagentur-online/ Universal Images Group/ Getty images

photographie

Tous les médias


Traquer les couleurs perdues

De nouvelles méthodes d’analyse

Les recherches sur la polychromie ont considérablement progressé depuis les années 1990, grâce à des programmes de restauration et de recherches mobilisant des moyens d’investigation de plus en plus perfectionnés. Ils permettent de détecter la présence de vestiges de couleur et d’analyser la composition physico-chimique des pigments et colorants employés. On connaît ainsi la richesse de la palette utilisée sur les œuvres antiques : bleu égyptien (un pigment artificiel), goethite, hématite, malachite, noir de carbone, blanc de plomb, cinabre, azurite, laque de garance, terres vertes (surtout chez les Romains)… En recourant à des mélanges, les artisans disposaient d’une gamme étendue – même s’ils devaient l’adapter aux contraintes des supports.

La technique la plus courante consistait à appliquer les pigments à la détrempe, avec un liant organique, directement sur la surface de l’objet ou sur un engobe blanc servant de couverture préalable. La peinture à l’encaustique, documentée par les textes, semble avoir été plus rare, mais on sait que la cire pouvait servir à protéger l’enduit coloré, en particulier sur les statues en marbre. Les analyses ont aussi révélé que la pratique de la dorure était beaucoup plus fréquente que l’on ne le croyait jusque-là.

Des questionnements toujours ouverts

Si l’on ne doute plus aujourd’hui du fait que les Grecs et les Romains ont eu recours aux couleurs sur leurs statues et leurs monuments, des incertitudes subsistent. Dans le cas des temples, on ignore si toutes les parties de l’édifice recevaient un traitement polychrome. Les parois intérieures étaient-elles ornées de panneaux peints et les colonnes recouvertes d’un enduit coloré ?

Un autre point discuté concerne les statues. Les Grecs et les Romains leur donnaient-ils une carnation imitant les couleurs du vivant ? Sur les œuvres en pierre tendre, on distingue encore parfois les traces d’une coloration rosée ou brun-rouge. Mais il est plus difficile de se prononcer pour les statues en marbre. Les vestiges de polychromie observab [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Écrit par :

  • : agrégée d'histoire, maître de conférences en histoire grecque à l'université de Toulouse-II-Le Mirail

Autres références

«  POLYCHROMIE, histoire de l'art  » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 212 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'Acropole classique »  : […] Avant la bataille de Platées, les Grecs, pour cimenter l'union sacrée, avaient, dit-on, fait le serment de ne pas relever les sanctuaires ravagés tant qu'ils n'auraient pas chassé les Perses de Grèce et d'Ionie ; or la lutte devait durer, sporadiquement ranimée, jusqu'en 449-448. De fait, les travaux de construction du Parthénon commencent dès l'année suivante. Tout serait donc simple si le Parth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acropole-d-athenes/#i_41519

ARCHIPENKO ALEXANDRE (1887-1964)

  • Écrit par 
  • Viviane MARKHAM
  •  • 337 mots

Artiste américain d'origine ukrainienne. Après un passage à l'école d'art de Kiev, sa ville natale, où, de 1902 à 1905, il étudie la peinture puis la sculpture, et un séjour à Moscou, où il poursuit ses études, Archipenko s'installe à Paris en 1908. L'enseignement académique de l'École des beaux-arts le rebute très rapidement et il choisit d'étudier seul les antiques du Louvre. Dès 1910, il partic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-archipenko/#i_41519

ART & SCIENCES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 6 154 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques exemples d'études et de recherches réalisées en laboratoire »  : […] L'exploration d'un tableau de chevalet se fait d'abord avec la lumière frisante, qui provoque des ombres à partir des moindres reliefs causés par des craquelures, un décollement de la couche picturale, un empâtement de la matière utilisée dans un repeint ou une pliure de la toile autrefois réduite dans son format. Les ultraviolets émis par une lampe à vapeur de mercure, ou lampe de Wood, provoquen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-sciences/#i_41519

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Portugal »  : […] Même si l'on tient, avec Eugenio d'Ors, l'exubérance du style manuélin ( xv e - xvi e  siècle) pour l'une des réussites d'un baroque à travers les âges, on doit reconnaître qu'en revanche le Portugal n'a pas fourni d'œuvres magistrales au baroque stricto sensu du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_41519

BROKOFF FERDINAND MAXIMILIEN (1688-1731)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 415 mots

Nous trouvons en Brokoff l'un des représentants les plus notables et les plus caractéristiques du baroque tchèque, et tout d'abord par son origine : il est en effet le fils de Johann Brokoff (1652-1718), modeste sculpteur sur bois dont le nom reste attaché à la célèbre statue de saint Jean Népomucène sur le pont Charles, à Prague. Johann est l'un de ces ouvriers d'art qui avaient maintenu les viei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-maximilien-brokoff/#i_41519

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 613 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les émaux »  : […] Les émaux cloisonnés, appliqués généralement sur or ou électrum, occupent une place privilégiée dans les arts somptuaires byzantins. Ils furent, en effet, utilisés avec prédilection pour les objets de parure (bracelets, boucles d'oreilles, insignes du pouvoir), les objets de culte (icônes, croix, reliquaires, reliures, sertissures de calices ou de patènes, ornements des vêtements liturgiques), le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-les-arts/#i_41519

CORÈ & COUROS, sculpture

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 868 mots
  •  • 2 médias

Statue féminine, la korè (plur. k orai ) apparaît au début de la sculpture monumentale grecque (milieu du ~ vii e s.) et se maintiendra jusqu'à la fin de l'archaïsme (~ 480 env.). Ce type, dont l'origine doit être cherchée en Égypte et en Mésopotamie, demeure particulièrement constant. Il représente tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/core-et-couros-sculpture/#i_41519

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sculpture sur papier, assemblage, construction »  : […] À ces sculptures créées par les procédés traditionnels du modelage et de la taille de la pierre s'opposent des œuvres comme la Guitare de Picasso, inventée en carton avant d'être matérialisée en tôle découpée et fil de fer (1912, MoMA, New York) et qui révolutionne l'idée même de la sculpture. La force de cette construction tient à son caractère inédit tant dans le sujet – l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cubisme/#i_41519

HEPWORTH BARBARA (1903-1975)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 625 mots
  •  • 1 média

Considérée, avec son compatriote Henry Moore, comme l'un des sculpteurs les plus importants de sa génération, Barbara Hepworth a inscrit son œuvre dans le langage de la non-figuration. Non-figuration que marquent à la fois une perfection technique absolue et un sens magistral de la matière, que domine une inspiration féconde. Élève au Royal College of Art de Londres, Barbara Hepworth tente de se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barbara-hepworth/#i_41519

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les principaux domaines de la créativité artistique »  : […] Les ouvrages généraux sur l'art islamique font, sans exception, une large place à l'architecture. C'est effectivement autour de la mosquée que gravite la vie de la communauté. Le Coran ne dit rien sur d'éventuels aménagements cultuels spécifiques, et on admet que les premiers édifices religieux de l'Arabie islamique étaient d'une grande austérité. Des édifices semblables à la Kaaba , pièce cubique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-l-art-et-l-architecture/#i_41519

LE MYTHE DE LA GRÈCE BLANCHE. HISTOIRE D'UN RÊVE OCCIDENTAL (P. Jockey) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François QUEYREL
  •  • 1 325 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le blanc, couleur de l’Autre ? »  : […] Le premier chapitre, consacré à l’architecture et aux sculptures grecques, présente clairement quelques résultats obtenus à Délos grâce à la collaboration de Philippe Jockey avec Brigitte Bourgeois, notamment la dorure recouvrant le marbre de la statue du Diadumène (Musée national archéologique, Athènes). Bannissant le blanc, Philippe Jockey en fait chez les Grecs la couleur de l’Autre, les femmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mythe-de-la-grece-blanche-histoire-d-un-reve-occidental/#i_41519

NOTRE-DAME, Paris

  • Écrit par 
  • Arnaud TIMBERT
  •  • 963 mots
  •  • 6 médias

Sur les ruines de la cathédrale Saint-Étienne, les travaux de la cathédrale Notre-Dame de Paris , sur l'île de la Cité, débutent par le chevet peu avant ou dès l’accession de Maurice de Sully à l’évêché en 1160. En 1177, Robert de Torigny constate le bon avancement du chantier que confirme la consécration du maître-autel en 1182. En 1198, les toitures du transept sont posées sous l’épiscopat d’un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notre-dame-paris/#i_41519

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 510 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La sculpture sur bois »  : […] Il convient également de rattacher au décor de l'autel les sculptures sur bois, elles aussi peintes de couleurs vives, qui comprennent essentiellement les représentations de la Vierge en majesté, des saints et du Christ en croix. Cette dernière image, traditionnelle dans les églises, a pris depuis l'âge paléochrétien des aspects bien différents. À l'époque romane, il s'agit le plus communément d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-roman/#i_41519

SAN AGUSTÍN CULTURE

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 478 mots

Cette culture s'est développée près des sources du Magdalena (département du Huila), dans le sud-ouest de la Colombie. Mal connue, elle semble s'être développée entre ~ 500 et 1100 après J.-C.( ?). Les structures funéraires et la statuaire y sont exceptionnelles (environ 300 sculptures connues, parfois hautes de plus de 5 mètres, provenant d'une quarantaine de gisements dispersés sur environ 500  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-san-agustin/#i_41519

SCULPTURE - Matériaux et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 7 455 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les techniques annexes »  : […] L'œuvre sculptée, une fois modelée, moulée, taillée ou fondue et, s'il y a lieu, convenablement polie ou réparée, peut apparaître comme une œuvre achevée. S'il en est bien souvent ainsi aux yeux des modernes, il n'en fut que rarement de même dans le passé. Dans une dernière étape, l'artiste lui-même, ou un autre artiste, s'efforçait de modifier totalement ou partiellement l'apparence du matériau d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-materiaux-et-techniques/#i_41519

Voir aussi

Pour citer l’article

Adeline GRAND-CLÉMENT, « POLYCHROMIE, histoire de l'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/polychromie-histoire-de-l-art/