POLLUTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pollution des océans

Bien que les eaux marines soient exposées aux mêmes catégories de polluants que les écosystèmes dulçaquicoles, la pollution des océans comporte quelques particularités.

Le rejet intempestif de métaux lourds en milieu marin pose des problèmes majeurs. L'affaire du Minamata au Japon, déclenchée dans les années 1950, a présenté des conséquences sanitaires d'une ampleur jusque-là inégalée. D'autres cas de pollution des eaux côtières par des métaux spécifiques se sont manifestés depuis lors. On peut citer ceux qui sont liés à l'usage de composés organostanniques comme le Tributylétain (TBT) et du Triphénylétain (TPT) utilisés dans les peintures anti-salissures des coques des navires. Il a été montré que ces substances étaient toxiques pour les mollusques à des concentrations inférieures à 0,1 μg/l, soit 0,1 ppb. La France a interdit l'emploi du TBT sur les bateaux à partir de 1982.

Les rejets d'hydrocarbures

Le pétrole répandu en mer constitue une pollution encore plus préoccupante à l'échelle globale. Plus du tiers des quelque 3,8 milliards de tonnes de pétrole extraites annuellement emprunte les grandes voies maritimes sous forme brute ou raffinée. En outre, une proportion importante de la production pétrolière mondiale est extraite de gisements offshore. En conséquence, les accidents survenus pendant l'extraction et le transport des hydrocarbures, et, surtout, le lavage des soutes en mer – qui est responsable à lui seul de près de 90 p. 100 de cette pollution – constituent les principales causes de rejets d'hydrocarbures dans les eaux marines. Les plus grandes marées noires d’origine accidentelle furent celles des plates-formes Ixtoc One (ayant déversé, de juin 1979 à février 1980, entre 470 000 tonnes – estimation basse – et 1 500 000 tonnes de brut – estimation haute) et Deepwater Horizon (dont la fuite, qui a débuté le 20 avril 2010 et a duré 86 jours, a officiellement répandu 780 000 tonnes de pétrole), situées toutes les deux dans le golfe du Mexique. La cause majeure de la contamination chronique des océans par les hydrocarbures est donc le « déballastage » des pétroliers. Ces derniers nettoient en effet leurs soutes avec de l'eau de mer après déchargement. Quelque 20 p. 100 des tankers se débarrassent toujours de cette eau souillée de pétrole en la rejetant en haute mer – ce qui est toléré –, ou parfois dans les eaux littorales, mais alors clandestinement. Comme de 1 à 3 p. 100 de la cargaison reste dans les soutes, on estime à plus de 1 million de tonnes par an la pollution océanique qui en résulte dans les principales voies maritimes empruntées par les pétroliers. On peut évaluer à quelque 5 millions de tonnes par an la quantité totale d'hydrocarbures introduite dans l'océan mondial par l'ensemble des activités humaines. Comme une tonne de pétrole peut recouvrir 12 kilomètres carrés d'océan, des surfaces considérables du milieu marin sont de la sorte recouvertes en permanence par un film d'hydrocarbures.

Nettoyage des plages polluées

Photographie : Nettoyage des plages polluées

Nettoyage d'une plage polluée par une marée noire, aux États-Unis, en 1990. 

Crédits : Jonathan Nourok/ Getty Images

Afficher

Lors des marées noires, l'impact de la pollution pétrolière sur les êtres vivants benthiques et pélagiques est considérable cf. marées noires). Les oiseaux de mer paient aussi un lourd tribut. Au cours du xxe siècle, la colonie de macareux des îles Scilly en Cornouailles, par exemple, a connu une régression particulièrement spectaculaire, passant de 100 000 oiseaux au début des années 1900 à 100 individus en 1967, à la suite de la catastrophe du Torrey Canyon, première grande marée noire dans les eaux européennes. Lors du naufrage de l'Erika, on a pu estimer entre 100 000 et 300 000 le nombre d'oiseaux de mer qui ont péri, surtout des guillemots de Troïl (Uria aalge) (L. Laubier et al., 2008). Ce nombre est considérable si l'on songe que la catastrophe de l'Amoco-Cadiz, ayant déversé en Manche quelque 223 000 tonnes de pétrole léger, certes moins toxique que le fuel lourd de l'Erika, avait provoqué la mort de moins de 10 000 oiseaux de mer.

La pollution chronique des océans par le pétrole présente aussi des effets désastreux sur les populations d'oiseaux marins. Ainsi, dans l'ensemble de l'Atlantique nord, on estime que les rejets clandestins ou légaux d'hydrocarbures – hors marée noire –, provoqueraient chaque année la mort de quelque 500 000 individus, les familles les plus atteintes étant les Procellariidés (pétrels, puffins) et les Alcidés (pingouins, guillemots, macareux).

La pollution chronique de l'océan par le pétrole exerce aussi des effets pernicieux sur les ressources vivantes marines. Ainsi, des doses modérées de pétrole diminuent l'activité photosynthétique des algues et du phytoplancton. Les poissons qui vivent dans des zones contaminées accumulent des hydrocarbures dans leurs muscles, ce qui les rend inconsommables.

Enfin, en période de couvaison, le pétrole qui souille les plumes des oiseaux adultes contamine les œufs et provoque la mort des embryons. On a pu montrer, par exemple, que 20 microgrammes de fuel no 2 déposés sur des œufs d'eider cause 90 p. 100 de mortalité chez ces derniers.

Apports telluriques

Les apports telluriques constituent une cause très importante de pollution des eaux marines. Des quantités colossales de matières solides en suspension et de substances dissoutes sont amenées dans l'océan par des rejets d'effluents domestiques et industriels provenant des émissaires d'égout qui se déversent dans des fleuves ou directement dans les eaux littorales. Une autre cause de pollution des milieux néritiques résulte des exploitations minières, des opérations d'endigage et d'autres grands travaux qui mettent en suspension dans l'eau de grandes quantités de particules solides. Un autre facteur majeur est lié à l'érosion des sols cultivés qui est une source importante d'apports terrigènes dans les océans.

Apports terrigènes, Tahiti

Photographie : Apports terrigènes, Tahiti

Apports terrigènes, provenant de l'érosion des sols à la suite de fortes pluies, dans le lagon du récif frangeant à Tahiti. 

Crédits : M. Porcher

Afficher

Rejets d'effluents urbains

Les rejets d'effluents urbains sont constitués par des eaux usées d'origine domestique et industrielle. Ainsi, sur la côte nord-méditerranéenne, depuis Gibraltar jusqu'à la frontière turque, les rejets s'accroissent en permanence sous l'effet conjugué de l'afflux des touristes et de la migration de la population vers le littoral. Pendant la saison estivale, l'activité de ces villes touristiques se surajoute aux rejets des cités plus anciennes, ce qui accroît la pollution des eaux marines par des matières organiques fermentescibles d'autant que, même s'il existe des stations d'épuration, ces dernières sont saturées par les variations de charge intempestives qu'elles subissent.

Les conséquences de la pollution organique engendrée par ces rejets d'eaux usées d'origine urbaine sont catastrophiques pour la quasi-totalité des organismes constituant les peuplements des milieux néritiques. Des études effectuées dans la zone de rejet du grand émissaire de l'agglomération toulonnaise, au cap Sicié, avant que ne soit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 31 pages

Médias de l’article

Déchets

Déchets
Crédits : Chris Thomaidis/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Marée noire : l'Exxon Valdez, 1989

Marée noire : l'Exxon Valdez, 1989
Crédits : Ken Graham, Getty Images

photographie

Principaux types de pollution

Principaux types de pollution
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Pollution

Pollution
Crédits : Rosemary Calvert/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 21 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite d'écologie à la faculté des sciences d'Orsay, université de Paris-Sud-Orsay

Classification

Autres références

«  POLLUTION  » est également traité dans :

SEVESO ACCIDENT CHIMIQUE DE (10 juillet 1976)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 373 mots
  •  • 1 média

Le 10 juillet 1976, des vapeurs toxiques de dioxine – précisément de 2,3,7,8-tétrachlorodibenzo-para-dioxine, cancérigène et tératogène même à faible dose – s'échappent d'un réacteur chimique produisant du chlorophénol de l'usine Icmesa (filiale de Givaudan), près de Milan (Italie). Ce produit, qui était présent comme impureté dans l'agent Orange utilisé comme défoliant par l'armée américaine lor […] Lire la suite

AÉRONOMIE

  • Écrit par 
  • Gaston KOCKARTS
  •  • 4 145 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Formation de nouveaux constituants »  : […] Comme le rayonnement solaire est capable de photodissocier et d'ioniser certains constituants atmosphériques, il est évident que les produits de ces processus peuvent réagir chimiquement avec d'autres composés et donner naissance à toute une chimie aéronomique qui est parfois difficile à réaliser au laboratoire, car les conditions de température et de pression rencontrées dans les diverses régio […] Lire la suite

AÉROPORTS

  • Écrit par 
  • Jean-Yves VALIN
  •  • 6 548 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La qualité de l'air »  : […] Les préoccupations de santé publique conduisent souvent les gestionnaires d'aéroport, en liaison avec les pouvoirs publics, à surveiller la qualité de l'air ambiant et à mettre sous observation les émissions des avions, des véhicules terrestres et des installations industrielles. – Qualité de l'air ambiant : les stations de mesure de la qualité de l'air ambiant implantées sur les aéroports et dan […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 9 956 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Revers écologiques »  : […] Dans les pays développés, les pollutions environnementales ou alimentaires dues à l'usage abusif d'engrais minéraux, de produits de traitement des plantes ou des animaux, ou à de trop fortes concentrations d'animaux dans des ateliers de production hors-sol, sont devenues manifestes à partir des années 1970. La spécialisation des exploitations et des régions dans quelques productions et même quel […] Lire la suite

AGRONOMIE

  • Écrit par 
  • Stéphane HÉNIN, 
  • Michel SEBILLOTTE
  •  • 9 159 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un nouveau problème pour l'agronomie : la protection de l'environnement »  : […] Avec l'intensification des activités humaines, l'accroissement des populations urbaines, il a fallu revoir des solutions anciennes et en rechercher de nouvelles. L'environnement est devenu un nouveau problème pour l'agronomie. On a commencé à demander au xx e  siècle et l'on demande toujours à l'agriculture de contribuer à la lutte contre les pollutions, et, simultanément, on l'accuse de polluer. […] Lire la suite

AIR

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 150 mots
  •  • 2 médias

Le globe terrestre est entouré d'une atmosphère constituée d'un mélange gazeux nommé air, qui s'étend de la surface du sol jusqu'à une altitude d'environ 150 kilomètres. La pression de l'air au niveau de la mer a longtemps servi d'unité de pression (atmosphère) ; elle décroît si l'on s'élève et, vers 130 kilomètres, le vide est comparable à celui que l'on peut obtenir en laboratoire avec les meill […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Contaminations accidentelles »  : […] La présence de produits chimiques nocifs à une concentration élevée dans l'eau de boisson ou les aliments est toujours accidentelle. Citons pour mémoire les contaminations par l'arsenic, le fluor, le sélénium et autres composés minéraux. Un cas particulier, remis en lumière par des intoxications graves, est celui de la contamination mercurielle liée à des déversements en mer de déchets industrie […] Lire la suite

AMOCO CADIZ MARÉE NOIRE DE L' (16 mars 1978)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 469 mots

Le soir du 16 mars 1978, le supertanker Amoco Cadiz s'échoue face au petit port breton de Portsall (Finistère-Nord), libérant, en quinze jours, 223 000 tonnes de pétrole léger et 4 000 tonnes de fioul lourd. Les conséquences en sont lourdes : 300 kilomètres de côtes polluées, entre 19 000 et 37 000 oiseaux morts ainsi que des centaines de millions d'invertébrés et de poissons. Sur une surface tot […] Lire la suite

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 439 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le trou dans la couche d'ozone »  : […] Formé de trois atomes d'oxygène, l'ozone (O 3 ) est un constituant présent dans l'atmosphère en très faible quantité, équivalente à une épaisseur de quelques millimètres dont environ 90 p. 100 entre 20 et 50 kilomètres d'altitude. Son rôle est cependant essentiel, car il absorbe très efficacement le rayonnement solaire ultraviolet, permettant ainsi le maintien de la vie animale et végétale à la su […] Lire la suite

ARCTIQUE (géopolitique)

  • Écrit par 
  • François CARRÉ
  •  • 6 916 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les enjeux environnementaux  »  : […] Les conditions extrêmes, l'inaccessibilité et la rareté des hommes ont longtemps préservé la nature des régions de haute latitude. Mais, depuis les années 1960, les perturbations anthropiques, liées à une mise en valeur croissante et à la militarisation, s'y multiplient. Les écosystèmes terrestres et marins s'en trouvent altérés et les peuples autochtones, qui vivaient en symbiose étroite avec la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25 mars 2021 Canada. La taxe carbone jugée constitutionnelle.

pollution par les gaz à effet de serre, dite « taxe carbone », qui s’impose aux provinces ne disposant pas de programme équivalent. La « menace de la plus haute importance pour le pays » que représente le changement climatique justifie qu’Ottawa invoque la « théorie de l’intérêt national » inscrite dans la Constitution pour intervenir dans ce domaine […] Lire la suite

10 novembre 2020 Union européenne – Italie. Condamnation de Rome pour dépassement des valeurs de particules fines.

pollution au dioxyde d’azote en 2019, a été renvoyée devant la CJUE en octobre pour celle aux particules fines. […] Lire la suite

10 juillet 2020 France. Condamnation de l'État par le Conseil d'État pour pollution de l'air.

pollution de l’air dans huit zones du pays, sous peine d’une astreinte de 10 millions d’euros par semestre. Il s’agit du montant le plus élevé jamais imposé à l’État par une juridiction administrative. En juillet 2017, le Conseil avait exigé la mise en œuvre de plans visant à réduire les émissions de dioxyde d’azote et de particules fines en dessous […] Lire la suite

27 février 2020 France. Mise en examen de la société Lubrizol.

pollution atmosphérique. Placée sous contrôle judiciaire, Lubrizol doit également constituer une sûreté de 4 millions d’euros destinée à garantir les droits des victimes. Le rapport de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Normandie (DREAL) avait relevé plusieurs infractions et manquements en matière de sécurité […] Lire la suite

Pour citer l’article

François RAMADE, « POLLUTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution/