POLLEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pollinisation et fécondation croisée

La fécondation croisée peut être assurée par une distribution de fleurs unisexuées sur deux catégories d'individus, les uns mâles, les autres femelles, mais une seule catégorie d'individus est alors fertile. Au contraire, les divers mécanismes qui rendent obligatoire la pollinisation entre fleurs différentes (allopollinisation) peuvent, plus ou moins sûrement, provoquer la fécondation croisée beaucoup plus économiquement puisque tous les individus, et même toutes les fleurs, sont fertiles. Le moins sûr est l'hercogamie qui, par une certaine dispersion spatiale des anthères et du stigmate, interdit l'autopollinisation directe (orchidées, yucca), sans empêcher absolument l'allopollinisation entre fleurs d'un même individu.

La dichogamie assure presque absolument à la fois allopollinisation et fécondation croisée par un asynchronisme plus ou moins complet de la maturité du pistil et du pollen ; il y a protogynie (Crucifères, Rosacées), lorsque le pistil est en avance, et protandrie (Composées, Labiées, Légumineuses), lorsque le pollen est mûr le premier. Ce décalage dans le temps peut intervenir au cours de la vie du végétal (cocotier), de la saison de végétation (cas le plus fréquent), voire de la journée (avocatier).

L'hétérostylie, reconnue dans au moins dix-sept familles d'Angiospermes, est l'existence de deux (primevères) ou plusieurs (salicaires) catégories d'individus, chacune caractérisée par des fleurs possédant des styles d'une certaine longueur et des grains de pollen d'une taille bien définie, qui ne peuvent germer que sur des styles de fleurs d'une autre catégorie. C'est un mécanisme de fécondation croisée obligatoire.

Il en est de même de l'autostérilité, qui ne s'annonce par aucune particularité morphologique ou physiologique visible.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur à la faculté des sciences de Marseille

Classification

Autres références

«  POLLEN  » est également traité dans :

ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard HALPERN, 
  • Georges HALPERN, 
  • Salah MECHERI, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 12 542 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Asthme et coryza spasmodique »  : […] L' asthme se manifeste par des accès de dyspnée paroxystique du type expiratoire, s'accompagnant de toux, de râles sibilants et d'une expectoration visqueuse et perlée. Le coryza spasmodique est caractérisé par une congestion des muqueuses nasales, sinusiennes, conjonctivales. Le coryza spasmodique et l'asthme sont deux manifestations de la même maladie qui affectent les deux étages des voies res […] Lire la suite

ANGIOSPERMES

  • Écrit par 
  • Sophie NADOT, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 6 118 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Angiospermes et relations avec les autres êtres vivants »  : […] Peu d’Angiospermes vivent de façon totalement autonome, sans interactions avec d’autres êtres vivants au sein de leur écosystème. Ces interactions peuvent être des relations symbiotiques qui impliquent une interaction physique étroite, des relations mutualistes dans lesquelles chaque partenaire tire un bénéfice de l’interaction, ou des relations de parasitisme dans lesquelles l’un des partenaires […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie environnementale

  • Écrit par 
  • Stéphanie THIÉBAULT
  •  • 4 211 mots

Dans le chapitre « Les méthodes de l'archéologie environnementale »  : […] Depuis l'aube de l'humanité, l'environnement de l'homme a profondément varié. Les milieux, les paysages, les écosystèmes dans lesquels les sociétés humaines ont évolué nous sont aujourd'hui connus plus précisément. L'histoire de l'environnement est une entreprise multidisciplinaire qui réunit à la fois l'étude des changements écologiques et les interactions, complexes, entre les hommes et leur mil […] Lire la suite

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 848 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'asthme allergique »  : […] L' asthme pollinique est une des formes cliniques typiques de l'asthme où les symptômes, répondant aux critères classiques du diagnostic, surviennent toujours au même moment, indiqué par les calendriers polliniques pour une même région (au printemps pour les graminées, de décembre à février pour les cyprès, en avril pour les oléacées), au même endroit (exposition aux pollens). En dehors de ces pé […] Lire la suite

ASTHME POLLINIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 766 mots

La majorité des syndromes asthmatiques est provoquée par des substances produites dans l'environnement naturel et dont l'effet est, le cas échéant, amplifié par la pollution atmosphérique. Parmi ces substances, les pollens et les spores de moisissures, jouent un rôle dominant. En effet, l'étude de la fréquence des cas d'asthme dans le temps et en un lieu donné montre que sur un niveau de base, qu […] Lire la suite

BOTANIQUE

  • Écrit par 
  • Sophie NADOT, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 5 627 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Botanique, paléobotanique et palynologie »  : […] La paléobotanique est l'étude des fossiles de plantes . Bien que moins médiatisée que l'étude des fossiles d'animaux (pour laquelle on conserve souvent le terme plus général de paléontologie), elle n'en revêt pas moins un intérêt scientifique primordial et toujours d'actualité. Tout comme l'étude des plantes actuelles (appelée néobotanique), la paléobotanique repose largement sur la systématique […] Lire la suite

CONTINENTALES SÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 1 039 mots

Les séries géologiques continentales impliquent une grande stabilité des conditions de dépôt continentales, mais en même temps un enfoncement plus ou moins continu nécessaire au piégeage des sédiments provenant des secteurs érodés voisins. Sur les plates-formes épicontinentales d'Europe occidentale, ces conditions de dépôt sont de courte durée et n'ont que rarement donné naissance à de véritables […] Lire la suite

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 239 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques des Embryophytes »  : […] Les Embryophytes regroupent les lignées actuelles suivantes : les Hépatiques ou Marchantiophytes, les Anthocérotes ou Anthocérotophytes, les mousses vraies ou Bryophytes stricto sensu, les Lycophytes (regroupant lycopodes, sélaginelles et isoètes), les Monilophytes (fougères, prêles et psilotes) et les Spermatophytes ou plantes à graines (regroupant les Gymnospermes et les Angiospermes) . Les Emb […] Lire la suite

ÉQUATORIAL MILIEU

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Emmanuelle GRUNDMANN
  •  • 6 366 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les relations faune-flore »  : […] Les plantes et les animaux ont établi des « pactes » de solidarité, d'entraide et de coadaptation, résultat d'une lente et fructueuse cohabitation. Si les graminées des vastes steppes et savanes ont opté pour la fécondation anémophile, en forêt tropicale, un seul coup de vent ne suffirait pas à assurer la pollinisation. De ce fait, certaines espèces animales se sont spécialisées dans la distribu […] Lire la suite

FLEUR

  • Écrit par 
  • Louis EMBERGER, 
  • Michel FAVRE-DUCHARTRE, 
  • Georges MANGENOT, 
  • Paul ROLLIN
  •  • 7 636 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Étamines et pollen »  : […] Les étamines comportent habituellement un filet prolongé par un connectif sur lequel s'attachent le plus souvent quatre sacs polliniques (ou microsporanges) ; ceux-ci élaborent et dispersent les grains de pollen. Les étamines, dépourvues de sacs polliniques, donc stériles, sont appelées staminodes ; ceux-ci consistent en un filet non modifié ou prennent l'aspect de pétales ou, au contraire, sont […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Armand PONS, « POLLEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pollen/