POLICE EN FRANCE DE 1814 À 1870

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plaire et contrôler

La République conservatrice (1849-1852) et le second Empire (1852-1870) constituent un temps de fixation dans l’enracinement de ce qui apparaît bien comme un « monde des polices » en France. Le fait est autant lié aux politiques de ces deux régimes qu’aux lents déplacements sociaux, économiques et culturels. Le régime de Napoléon III a longtemps été qualifié d’État policier, non sans raison. La surveillance politique s’intensifie. Elle mobilise tous les fonctionnaires, et les agents chargés de mission de police en particulier. En 1855, le second Empire crée la police des chemins de fer, chargée de surveiller les opposants, légitimistes et surtout républicains, à l’échelle nationale. Bien que leur montant soit insaisissable, les fonds secrets, destinés au financement des espions et des indicateurs, sont augmentés, et l’exercice de la police politique gagne en intensité. Sur le terrain, l’encadrement s’accroît. À Paris, le nombre des sergents de ville est multiplié par trois pour atteindre près de quatre mille agents. La police de Lyon, ville rebelle, a été étatisée dès 1851 et il est décidé, en 1855, que les polices urbaines des chefs-lieux de plus de quarante mille habitants seraient à leur tour étatisées sur le modèle parisien, c’est-à-dire que les préfets concernés seraient dotés pour celles-ci des mêmes pouvoirs que le préfet de police de Paris. L’effort porte aussi sur les campagnes : très vite, le projet d’une brigade de gendarmerie par canton est réalisé, tandis qu’en 1852 et en 1854, le gouvernement décide d’installer un maillage de commissaires centraux, cantonaux et départementaux. Il ne faut pas exagérer la portée de ces politiques : les décisions concernant les commissariats sont abandonnées en 1855. Néanmoins, le nombre des brigades de gendarmerie s’est accru de 51 p. 100 entre 1830 et 1853 (pour une hausse de 10 p. 100 de la population française), et la présence policière s’est renforcée : dans le Puy-de-Dôme par exemple, même si beaucoup ne seront pas maintenus, seize brigades de gendarm [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Paris-XIII

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Quentin DELUERMOZ, « POLICE EN FRANCE DE 1814 À 1870 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-en-france-de-1814-a-1870/