POINT DE VUE, littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'usage du terme et de la notion de point de vue remonte probablement à l'œuvre de Henry James et aux préfaces qu'il écrivit pour un certain nombre de romans dans lesquels il fait un usage systématique et personnel d'un procédé littéraire déjà connu : raconter une histoire entière par le moyen d'un personnage fictif doté d'une existence à l'intérieur même du livre qu'il est en train de contribuer à raconter. James donne à ce personnage le nom de reflector, miroir. Sur ce modèle il élabore l'une des histoires les plus subtiles qui soient : Le Tour d'écrou (The Turn of the Screw, 1898), récit dans lequel le narrateur, par le fait même de sa narration, devient sujet de l'énigme que comporte tout récit. Cette forme de récit élude la question de l'auteur proprement dit, dans la mesure où celui-ci se trouve relayé par un personnage fictif qui assume la responsabilité de la narration. L'exemple le plus caractéristique de cette technique demeure Les Ambassadeurs de James, roman dans lequel tous les événements apparaissent par l'intermédiaire d'un seul personnage ; ou encore Ce que Maisie savait (What Maisie Knew), où la position du reflector est tenue par une enfant, témoin d'un drame.

Henry James

Henry James

photographie

C'est avec Un portrait de femme (1881) que le romancier américain Henry James (1843-1916) inaugure une technique narrative originale, qui privilégie le point de vue des différents personnages. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

On peut envisager d'autres modalités de présentation du récit romanesque : notamment, la position souveraine d'un auteur omniscient, qui connaît non seulement les événements de l'intrigue, mais encore ce qui se passe dans l'âme de chacun de ses personnages (c'est la technique utilisée par les romans classiques ou conventionnels) ; la position du lecteur souverain, qui est faite à tout lecteur d'un roman par lettres, puisqu'il dispose des éléments qu'aucun des personnages fictifs ne possède en leur totalité ; ou encore la position du personnage opaque, c'est-à-dire dont on ne mentionne jamais les pensées parce que le narrateur ne l'appréhende que de l'extérieur, sans savoir à aucun moment ses projets (le meilleur exemple en est sans doute La Clé de verre de D. Hammett).

Ces diverses techniques produisent des effets très différents, de la tranquillité des certitudes acquises (Balzac) à l'anxiété des événements improbables (Chandler, James) : c'est dire l'efficace d'une technique proprement littéraire.

—  Jean-Yves POUILLOUX

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé des lettres classiques, maître de conférences en littérature française à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  POINT DE VUE, littérature  » est également traité dans :

LE BRUIT ET LA FUREUR, William Faulkner - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aurélie GUILLAIN
  •  • 972 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mémoires du Sud »  : […] Le Bruit et la fureur est une œuvre majeure de la fiction contemporaine. En multipliant les points de vue sur une même situation, elle montre que les visions subjectives constituent autant de mythes à usage privé : d'indispensables fictions. Cette forme d'écriture a séduit les lecteurs et les critiques intéressés par une approche psychanalytique du langage ; elle se prête au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-bruit-et-la-fureur/#i_27315

DIÉGÈSE, poétique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 176 mots

« La diégèse est l'univers spatio-temporel désigné par le récit » (Gérard Genette, Figures III ). Dans la terminologie propre à la narratologie, il s'est avéré utile de distinguer le contenu du récit, l'histoire et l'acte par lequel le récit « se narre ». En effet, cette distinction permet de s'interroger sur les rapports entre le narrateur et l'histoire qu'il raconte : il pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diegese-poetique/#i_27315

FLAUBERT GUSTAVE

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 9 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « système » de Flaubert »  : […] La nouvelle poétique inaugurée par Flaubert n'est pas fondée sur les présupposés d'une doctrine ou d'une école littéraire, ni sur une vision du monde singulière qui serait celle de l'auteur. Elle résulterait plutôt d'une série passablement formelle de « contraintes » que Flaubert s'est progressivement donnée pour écrire et qui ont fini par se traduire en termes de méthodes de travail. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-flaubert/#i_27315

GATSBY LE MAGNIFIQUE, Francis Scott Fitzgerald - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 827 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'emblème d'une génération perdue »  : […] L'intrigue qui a pour pivot ces passions amoureuses ne rend pas pleinement compte de la tonalité romantique d'un texte plein d'amertume et de poésie. Or Gatsby le Magnifique est aussi un roman social : l'innocent Gatsby croit en vain au « rêve américain » incarné par la beauté patricienne de Daisy, qu'il a retrouvée l'espace d'un été après des années d'attente. En écrivant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gatsby-le-magnifique/#i_27315

HUDSON STEPHEN (1868 env.-1944)

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 257 mots

Le romancier anglais Stephen Hudson (pseudonyme de Sydney Schiff) est victime de la discrétion dont il a entouré sa vie. La date de sa naissance n'a été révélée qu'en 1962, dans la longue note et l'essai critique de T. E. Boll accompagnant la réimpression, par les soins de sa seconde femme, sa grande inspiratrice, Violet Schiff, de Richard, Myrtle and I . Des deux versions an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-hudson/#i_27315

JAMES HENRY (1843-1916)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 125 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le regard »  : […] Dès l'abord, que ce soit dans ses vingt romans, dans ses nouvelles, qui dépassent la centaine, dans ses trois volumes autobiographiques ou même dans ses textes de réflexion critique, cette œuvre frappe par l'importance du regard. Pour James, en effet, voir c'est connaître, et connaître c'est posséder. Mais ce privilège est réservé à ceux de ses personnages qui acceptent de renoncer aux succès faci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-james/#i_27315

MOTTRAM RALPH HALE (1883-1971)

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 433 mots

Norwich, sa ville natale, fut le véritable centre de la vie professionnelle et intellectuelle de l'écrivain anglais Mottram. Sa carrière obéit à une ambition méthodique et à un optimisme indéfectible qui le conduisirent de la banque Gurney aux hautes fonctions de Lord Mayor of the City of Norwich, en 1953, année du Couronnement, deuxième grande cérémonie nationale riche de significations pour celu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ralph-hale-mottram/#i_27315

PROUST MARCEL (1871-1922)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves TADIÉ
  •  • 7 259 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La destruction des personnages »  : […] À la fin comme au début de la Recherche , le narrateur est seul. Entre-temps, on aura vu apparaître, disparaître, reparaître plus de cinq cents personnages. La variété de leurs milieux sociaux, de leurs professions, de leurs générations (trois, au cours du récit) est plus importante qu'on ne le dit parfois : la place des différentes couches de l'aristocratie est très grande, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-proust/#i_27315

RÉCIT

  • Écrit par 
  • Louis MARIN, 
  • Jean VERRIER
  •  • 8 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Point de vue et voix »  : […] Deux questions peuvent se poser au lecteur d'un récit littéraire : qui voit les événements ? qui les raconte ? L'information transmise au lecteur sur les événements qui constituent l'histoire racontée dépend en effet du point de vue choisi (« vision » chez J. Pouillon, « aspect » chez T. Todorov, « perspective », « focalisation » chez G. Genette). Dans le récit de fiction classique, tout est poss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit/#i_27315

RÉCIT TECHNIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 1 029 mots

Tout récit implique un pacte dans lequel opèrent quatre termes : auteur, lecteur, personnage, langage. Qu'un seul de ces termes fasse défaut et la confiance disparaît, le pacte est rompu. Pour maintenir la cohésion de ces éléments, le narrateur peut assumer plusieurs rôles. Les manières de faire un récit sont extrêmement diverses, de l'anecdote au roman, du passé au présent, de la première à la tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/techniques-du-recit/#i_27315

ROMAN - De Balzac au nouveau roman

  • Écrit par 
  • Michel RAIMOND
  •  • 5 088 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Approche gidienne du roman »  : […] C'est à la veille de la guerre que paraissaient aussi Les Caves du Vatican. Ce n'était encore qu'une sotie, mais elle constituait l'aboutissement provisoire d'une lente et prudente approche du roman. De L'Immoraliste à Isabelle , les récits gidiens mettaient en scène peu de personnages, peu d'événements, ils relataient, de façon sob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-balzac-au-nouveau-roman/#i_27315

SIMENON GEORGES (1903-1989)

  • Écrit par 
  • Pierre DELIGNY, 
  • Michel LEMOINE
  •  • 3 312 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un art de l'écriture servi par la technique »  : […] Cela ne signifie nullement que Simenon ne se préoccupe pas des techniques inhérentes à la forme romanesque. Au contraire, ses fictions sont régies par un art à tel point consommé qu'il fait oublier la technique. L'analyste désireux d'appréhender la prétendue pauvreté de la mise en œuvre simenonienne se rend compte bien vite que le romancier manie avec brio les structures temporelles du récit, ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-simenon/#i_27315

UN PORTRAIT DE FEMME, Henry James - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 1 016 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un roman de l'intériorité »  : […] Il faut la présence rafraîchissante de Henrietta Stackpole, une journaliste américaine qui se veut féministe, pour apporter une note d'humour à ce Portrait de femme . Osmond, en dandy réactionnaire et mesquin, constitue à lui seul une étude de perversité moderne : « Osmond mettait d'ailleurs une coquetterie à paraître prodigieusement impassible. Et sa mine actuelle n'était pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-portrait-de-femme/#i_27315

Pour citer l’article

Jean-Yves POUILLOUX, « POINT DE VUE, littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/point-de-vue-litterature/