POGONOPHORES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Corps du pogonophore

Corps du pogonophore
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Siboglinum : cavités cœlomiques

Siboglinum : cavités cœlomiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tentacules

Tentacules
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pogonophores : développement

Pogonophores : développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Anatomie, physiologie

Le système nerveux, peu distinct de l'épiderme, a une organisation très primitive. Il forme un plexus continu avec des épaississements locaux de cellules ganglionnaires. Dans le protosome, un massif volumineux dorsal de cellules nerveuses unipolaires et multipolaires constitue le « cerveau », relié à un anneau ventral d'où partent les nerfs tentaculaires. Le cerveau envoie en outre un cordon nerveux dorsal qui s'étend jusqu'à l'extrémité postérieure en s'élargissant au niveau d'une bandelette ciliée du métasome.

L'équipement sensoriel se compose surtout de récepteurs disséminés principalement dans le lobe céphalique ; la bandelette ciliée dorsale de la région antérieure du métasome est interprétée comme étant un chimiorécepteur.

L'appareil circulatoire comprend deux vaisseaux longitudinaux principaux, l'un dorsal, l'autre ventral, reliés en circuit fermé en avant par les vaisseaux des tentacules, et en arrière par des anastomoses latérales. La paroi du vaisseau ventral, localement épaissie et renforcée en éléments musculaires au niveau du protosome, joue le rôle de cœur. On manque d'observations sur la circulation sanguine ; on admet que le cœur propulse le sang vers les tentacules. Ainsi la circulation serait postéro-antérieure dans le vaisseau ventral et antéro-postérieure dans le vaisseau dorsal.

La cavité générale des Pogonophores est un vrai cœlome formé de trois parties correspondant aux différents segments du corps. Le cœlome du protosome, ou protocœle, de taille réduite, envoie des diverticules dans les tentacules. Une paire de fins canaux ciliés met en communication la cavité cœlomique avec l'extérieur ; ils ont sans doute un rôle dans l'excrétion et sont interprétés soit comme des cœlomoductes, soit comme des néphridies. Le mésocœle (cœlome du mésosome) est une paire de sacs cœlomiques occupant tout le segment, sans communication avec l'extérieur. Le métacœle est formé aussi de deux sacs pairs s'étendant sur toute la longueur du tronc. Certaines cellules de l'épithélium cœlomique se chargent de [...]

Siboglinum : cavités cœlomiques

Siboglinum : cavités cœlomiques

Dessin

Relations des cavités cœlomiques chez Siboglinum. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  POGONOPHORES  » est également traité dans :

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - L'écosystème marin

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 1 820 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Particularités du monde vivant »  : […] Une particularité des organismes marins est leur gamme de taille très étendue, depuis le picophytoplancton, dont le diamètre est inférieur au micromètre, jusqu'aux plus grands cétacés comme le rorqual bleu qui peut atteindre plus de 30 mètres de longueur et un poids de plus de 130 tonnes. Il en résulte une chaîne alimentaire comportant plusieurs niveaux  : picophytoplancton → microzooplancton → pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-l-ecosysteme-marin/#i_23806

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les simplifications de l'organisation anatomique déduites de la phylogénie »  : […] Une des plus importantes leçons à tirer des avancées récentes sur la phylogénie des Bilateria est la grande fréquence des transformations évolutives aboutissant à simplifier l'organisation. Outre l'exemple de Xenoturbella , évoqué plus haut, un autre cas remarquable est celui du tube digestif à un seul orifice des plathelminthes. Classiquement considéré comme un caractère pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/#i_23806

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, « POGONOPHORES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pogonophores/