POÉTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Domaines d'analyse

Le structuralisme et la sémiotique ont abordé tous les aspects des études littéraires. Mais leurs contributions les plus décisives se situent pour l'essentiel dans quatre domaines :

– L'analyse des techniques narratives (narratologie). Bien que des poéticiens d'obédiences diverses aient apporté des contributions importantes à l'analyse narrative, c'est un travail d'inspiration structuraliste, Le Discours du récit (1972) de Gérard Genette, qui constitue jusqu'à ce jour la référence fondamentale. Il aborde en effet tous les aspects importants de l'activité narrative, qu'il s'agisse des relations entre le temps de l'histoire racontée et le temps du récit qui raconte, de la régulation de l'information narrative (quel est le point de vue adopté ?) ou encore du statut du narrateur. Appliquées originairement au seul récit de fiction, les catégories de la narratologie ont plus tard été mises à l'épreuve dans l'analyse d'autres types de récits – notamment l'autobiographie (chez P. Lejeune) et les récits factuels de type historique – et complétées par l'analyse de la description littéraire (avec P. Hamon).

– L'analyse thématique. Alors que la narratologie se penche sur la narration de l'histoire, l'analyse thématique étudie la structure de l'histoire racontée. Trouvant une source d'inspiration importante dans l'analyse fonctionnelle du conte russe proposée par Vladimir Propp dès 1927, l'analyse thématique a produit de nombreux modèles théoriques essayant de dégager la structure de l'action narrative : Roland Barthes, dans S/Z (1970), a proposé une taxinomie des différents codes régissant la présentation de l'intrigue ; Claude Bremond a tenté de dériver la structure du récit d'une logique (anthropologique) des actions ; Tzvetan Todorov y a vu une projection discursive d'une cellule narrative minimale existant déjà au niveau de la relation propositionnelle entre sujet et prédicat ; l'école d'Algirdas-Julien Greimas a tenté de dériver la « structure de surface » des récits à partir d'une structure sémantique (atemporelle) censée produire la structure actantielle (temporelle) du récit à travers un certain nombre de transformations, conçues en analogie à celles étudiées en grammaire générative. En s'appuyant en partie sur ces divers modèles développés par l'analyse structurale, Paul Ricœur, dans Temps et récit (1983-1985), a proposé une théorie générale du récit visant à éclaircir sa fonction philosophique et existentielle.

– Rhétorique et stylistique. Le romantisme s'était élevé contre la rhétorique, conçue comme théorie d'une expressivité réglée et codée, pour la remplacer par la stylistique, conçue comme étude de l'écart expressif. La poétique structuraliste s'est évertuée à dépasser cette opposition. D'où un renouveau d'intérêt pour la rhétorique, marqué à la fois par de nombreuses études consacrées à la métaphore ou à la métonymie – deux figures jouant un rôle structurant dans la poésie (la métaphore) et dans le récit (la métonymie) – mais aussi par une réactivation du projet taxinomique global des anciennes rhétoriques, dont témoigne le Groupe μ.

– Poésie et métrique. Bien que la poétique structuraliste ait privilégié l'analyse de la littérature narrative sur celle de la poésie, des travaux importants ont été consacrés à l'analyse des structures poétiques : on citera notamment le texte de Jean Cohen, Structure du langage poétique (1966), la description linguistique d'un sonnet de Baudelaire par Roman Jakobson et Claude Lévi-Strauss, ainsi que l'analyse des parallélismes (phonique, syntaxique et sémantique) en poésie due à Nicolas Ruwet. L'analyse métrique a été souvent menée dans le cadre théorique de la grammaire générative : on peut retenir l'analyse de la métrique anglaise par Morris Halle et Kayser et celle de la métrique française par Jacques Roubaud. Les travaux plus récents, comme ceux de Benoît de Cornulier, ont cependant tendance à abandonner le modèle de la grammaire générative, en faveur d'une explication des structures métriques en termes de contraintes cognitives.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  POÉTIQUE  » est également traité dans :

UT PICTURA POESIS

  • Écrit par 
  • Maurice BROCK
  •  • 1 365 mots

Traditionnellement désigné par un apophtegme emprunté au vers 361 de l'Art poétique d'Horace (65-8 av. J.-C.), ut pictura poesis, qui invitait le poète à comparer son art à celui du peintre, l'appariement de la peinture à la littérature a connu une fortune étonnante à partir de la […] Lire la suite

ALAṂKĀRA-ŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 2 034 mots

Le terme alaṃkāra-śāstra , littéralement « enseignement des ornements », désigne, en fait, l'art poétique sanskrit en général. Outre l'étude des figures de style, cette branche importante de la scolastique sanskrite comprend une esthétique de la poésie, une psychologie à l'usage de la littérature, une méthode de critique littéraire, et quelques sujets adventices utiles au poète. […] Lire la suite

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « « Et tout pour moi devient allégorie » (Baudelaire) »  : […] En France, le terme n'a pas connu le même discrédit qu'en Allemagne. Charles Baudelaire écrit, dans ses Paradis artificiels (1860) : « L'allégorie, ce genre si spirituel , que les peintres maladroits nous ont accoutumé à mépriser, mais qui est vraiment l'une des formes primitives et les plus naturelles de la poésie, reprend sa domination légitime dans l'intelligence illuminée par l'ivresse. » Gra […] Lire la suite

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 038 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La question du « merveilleux chrétien » »  : […] Ainsi Marc Fumaroli a montré qu'en France le parti des Modernes est apparu directement dans l'entourage de Richelieu, au service d'un idéal de grandeur nationale lié à l'absolutisme naissant, et qui passait notamment par l'affirmation de la langue française, en lieu et place du latin et des autres langues – à commencer par l'italien – pouvant prétendre à sa succession en Europe. Historiquement […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Délimitation du domaine arabe : les deux rhétoriques »  : […] Il faut commencer par dissiper un malentendu qui pourrait résulter de l'application du terme « grec » de rhétorique au domaine arabe. Rhétorique traduit, en effet, deux mots arabes : khaṭāba et balāgha . Or parler de rhétorique à propos de la balāgha relève beaucoup plus de l'adaptation approximative que de la traduction : les « champs d'observation » de ces deux disciplines ne coïncident, comm […] Lire la suite

RHÉTORIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 669 mots

Dans le chapitre « Le discours contre le vrai »  : […] La rhétorique est, dès le début de son histoire, opposée à la philosophie : dénonçant les sophistes, Platon condamne dans le même geste la rhétorique qui est flatterie, et par là mensonge. Cette condamnation témoigne d'un pouvoir : entre la grammaire qui dit justement et la logique qui dit vrai, la rhétorique, troisième terme du trivium défini par les arts libéraux, élabore les règles du discours […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La poétique »  : […] La Poétique d'Aristote, telle qu'elle nous est parvenue, traite de la tragédie et de l'épopée (un second livre, perdu, devait porter sur la comédie). Cet écrit, dont l'influence sur le théâtre devait être considérable à partir de la Renaissance, n'est pas sans rapport avec l'ensemble de la philosophie d'Aristote. Il représente un aspect de ce que devrait être une théorie générale de la poièsis , o […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esthétique »  : […] Aristote s'est intéressé à deux arts qui avaient de l'importance dans la cité de son temps : la rhétorique (cf. La Rhétorique ), et la poétique. La rhétorique est à la politique ce que la dialectique est à la science, un auxiliaire indispensable. Il s'agit, dans la rhétorique, d'administrer des preuves devant un auditoire, qui est sujet aux passions humaines, et qui est toujours spécifique. C'est […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 918 mots
  •  • 3 médias

Précisons d'emblée en quoi le terme d'art poétique ( ars poetica ) se distingue de la poétique : où celle-ci se veut un discours sur la littérature, voire une science de la littérature, et montre donc une vocation descriptive, l'expression d'art poétique désigne d'abord des traités pratiques, des manuels en prose ou en vers. La notion d'art s'y définit comme un savoir technique, un ensemble de pr […] Lire la suite

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une exploration de l’imaginaire »  : […] Il reste que cette voie de la philosophie des sciences, qui a pris part aux controverses les plus fondamentales avant 1950, ne comble pas Bachelard. Encouragé par des collègues comme Gaston Roupnel, historien des campagnes françaises, à l’université de Dijon, il ne parvient plus à négliger dans son travail académique ce qui l'habite et l'anime en profondeur : l'imagination rêveuse au contact de la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marie SCHAEFFER, Tzvetan TODOROV, « POÉTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique/