POÉTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la théorie des genres à l'unité des arts

Les choses commencent à changer un peu à partir de la Renaissance, et cela à plusieurs égards. Premièrement, on exhume la Poétique d'Aristote et on commence à lui faire jouer un rôle comparable à celui d'un livre saint : les ouvrages de poétique ne seront pour ainsi dire plus que des commentaires de la Poétique. Mais à la vérité ce livre se trouve plutôt desservi par sa gloire qui agit à la manière d'un écran entre lui et ses lecteurs : le texte est si célèbre qu'on n'ose ni le contester, ni, finalement, le lire. On se contente plutôt de le réduire à quelques formules devenues vite clichés, qui, coupées du contexte, trahissent la pensée de leur auteur.

En deuxième lieu s'intensifie la réflexion sur les genres. Celle-ci a une tradition aussi longue que la « théorie littéraire » en général, puisque, on l'a vu, la Poétique décrit déjà les propriétés spécifiques de l'épopée et de la tragédie. Et on n'a pas manqué depuis, dans des ouvrages de nature fort diverse, de poursuivre la même voie. Mais c'est surtout à partir de la Renaissance que ce type d'études établit ses propres traditions : les écrits se suivent sur les « règles » de la tragédie et de la comédie, de l'épopée et du roman, des divers genres lyriques. L'épanouissement de ce discours est certainement lié aux structures idéologiques dominantes et à l'idée même qu'on se fait du genre à l'époque : à savoir, celle d'une norme dont on ne doit pas s'écarter. Les genres appartiennent bien à la littérature (ou à la « poésie », ou aux « belles-lettres »), mais c'est une unité d'un niveau inférieur, obtenue par décomposition à partir du premier, en ce sens comparable aux objets de la « théorie littéraire » antérieure, et pourtant aussi différente : alors que le symbole, ou la représentation, ou le style figuré sont des propriétés abstrait [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  POÉTIQUE  » est également traité dans :

UT PICTURA POESIS

  • Écrit par 
  • Maurice BROCK
  •  • 1 365 mots

Traditionnellement désigné par un apophtegme emprunté au vers 361 de l'Art poétique d'Horace (65-8 av. J.-C.), ut pictura poesis, qui invitait le poète à comparer son art à celui du peintre, l'appariement de la peinture à la littérature a connu une fortune étonnante à partir de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ut-pictura-poesis/#i_7972

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « « Et tout pour moi devient allégorie » (Baudelaire) »  : […] En France, le terme n'a pas connu le même discrédit qu'en Allemagne. Charles Baudelaire écrit, dans ses Paradis artificiels (1860) : « L'allégorie, ce genre si spirituel , que les peintres maladroits nous ont accoutumé à mépriser, mais qui est vraiment l'une des formes primitives et les plus naturelles de la poésie, reprend sa domination légitime dans l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie-notion-d/#i_7972

ALAṂKĀRA-ŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 2 034 mots

Le terme alaṃkāra-śāstra , littéralement « enseignement des ornements », désigne, en fait, l'art poétique sanskrit en général. Outre l'étude des figures de style, cette branche importante de la scolastique sanskrite comprend une esthétique de la poésie, une psychologie à l'usage de la littérature, une méthode de critique littéraire, et quelques sujets adventices utiles au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alamkara-sastra/#i_7972

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 036 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La question du « merveilleux chrétien » »  : […] Ainsi Marc Fumaroli a montré qu'en France le parti des Modernes est apparu directement dans l'entourage de Richelieu, au service d'un idéal de grandeur nationale lié à l'absolutisme naissant, et qui passait notamment par l'affirmation de la langue française, en lieu et place du latin et des autres langues – à commencer par l'italien – pouvant prétendre à sa succession en Europe. Historiquement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anciens-et-modernes/#i_7972

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Délimitation du domaine arabe : les deux rhétoriques »  : […] Il faut commencer par dissiper un malentendu qui pourrait résulter de l'application du terme « grec » de rhétorique au domaine arabe. Rhétorique traduit, en effet, deux mots arabes : khaṭāba et balāgha . Or parler de rhétorique à propos de la balāgha relève beaucoup plus de l'adaptation approximative que de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_7972

RHÉTORIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 669 mots

Dans le chapitre « Le discours contre le vrai »  : […] La rhétorique est, dès le début de son histoire, opposée à la philosophie : dénonçant les sophistes, Platon condamne dans le même geste la rhétorique qui est flatterie, et par là mensonge. Cette condamnation témoigne d'un pouvoir : entre la grammaire qui dit justement et la logique qui dit vrai, la rhétorique, troisième terme du trivium défini par les arts libéraux, élabore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhetorique-notion-de/#i_7972

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La poétique »  : […] La Poétique d'Aristote, telle qu'elle nous est parvenue, traite de la tragédie et de l'épopée (un second livre, perdu, devait porter sur la comédie). Cet écrit, dont l'influence sur le théâtre devait être considérable à partir de la Renaissance, n'est pas sans rapport avec l'ensemble de la philosophie d'Aristote. Il représente un aspect de ce que devrait être une théorie gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_7972

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esthétique »  : […] Aristote s'est intéressé à deux arts qui avaient de l'importance dans la cité de son temps : la rhétorique (cf. La Rhétorique ), et la poétique. La rhétorique est à la politique ce que la dialectique est à la science, un auxiliaire indispensable. Il s'agit, dans la rhétorique, d'administrer des preuves devant un auditoire, qui est sujet aux passions humaines, et qui est touj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme/#i_7972

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Précisons d'emblée en quoi le terme d'art poétique ( ars poetica ) se distingue de la poétique : où celle-ci se veut un discours sur la littérature, voire une science de la littérature, et montre donc une vocation descriptive, l'expression d'art poétique désigne d'abord des traités pratiques, des manuels en prose ou en vers. La notion d'art s'y définit comme un savoir techni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_7972

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une exploration de l’imaginaire »  : […] Il reste que cette voie de la philosophie des sciences, qui a pris part aux controverses les plus fondamentales avant 1950, ne comble pas Bachelard. Encouragé par des collègues comme Gaston Roupnel, historien des campagnes françaises, à l’université de Dijon, il ne parvient plus à négliger dans son travail académique ce qui l'habite et l'anime en profondeur : l'imagination rêveuse au contact de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-bachelard/#i_7972

BAKHTINE MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1975)

  • Écrit par 
  • François POIRIÉ
  •  • 1 060 mots

Né à Orel (Russie) dans une famille de vieille noblesse dont plusieurs membres illustrèrent l'histoire et la culture russes, Mikhaïl Bakhtine fait ses études secondaires au lycée d'Odessa. En 1913, il entre à la faculté d'histoire et de philologie de l'université de Novorossiisk (aujourd'hui université d'Odessa) qu'il quitte ensuite pour celle de Saint-Pétersbourg, où enseignaient notamment l'hell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-mikhailovitch-bakhtine/#i_7972

ARTS POÉTIQUES, notion de

  • Écrit par 
  • Filippo D' ANGELO
  •  • 1 341 mots

On désigne par l'expression « art poétique » les textes qui élaborent une doctrine à la fois descriptive et prescriptive de la création littéraire. L'adjectif « poétique » ne renvoie donc pas ici au genre de la poésie lyrique, comme sa signification courante pourrait le laisser croire, mais à une conception générale de la littérature. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques-notion-de/#i_7972

CONNOTATION

  • Écrit par 
  • Philippe DUBOIS
  •  • 1 034 mots

Si c'est en 1933 seulement que Bloomfield introduisit le terme de connotation parmi les concepts de la linguistique scientifique, l'idée même que véhicule ce mot (emprunté à la logique et à la philosophie, non sans modification de sens) était en fait perçue depuis longtemps. Dans la Logique de Port-Royal, par exemple, il en était déjà question sous la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connotation/#i_7972

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Dans le chapitre « Imitation et imagination (« mímēsis/phantasía ») : la leçon des philosophes »  : […] C'est en effet dans l'interrogation philosophique sur le monde sensible et sur les conditions d'accès à la vérité que les références aux arts figurés, et surtout à la peinture, reviennent fréquemment à titre d'exemples métaphoriques facilitant l'accès au raisonnement plus abstrait. Chez Platon, adversaire de Démocrite qui avait, on l'a vu, théorisé la pratique du trompe-l'œil au théâtre, les référ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-antiquite-greco-romaine/#i_7972

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Histoire et formes »  : […] Dans un premier temps, au tournant des années 1980, le reflux de la vague structuraliste a pu être interprété comme une victoire sans partage de l'histoire littéraire. Cependant, on s'est vite aperçu que la complémentarité des pratiques était devenue essentielle. Dès 1984, un dialogue fructueux réunissait dans les colonnes de la revue Le Débat (n o   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_7972

DAṆḌIN (VIIe s. env.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 341 mots

La littérature sanskrite comprend un très grand nombre d'œuvres poétiques, rédigées en vers, mais connaît peu d'ouvrages en prose, la prose étant, dans l'Inde ancienne, tenue pour facile, donc inférieure. Elle comporte cependant des contes en prose mêlée de vers (le Panchatantra , le Hitopadesha ), quelques traités techniques et même un petit nombre de « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dandin/#i_7972

DIÉGÈSE, poétique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 176 mots

« La diégèse est l'univers spatio-temporel désigné par le récit » (Gérard Genette, Figures III ). Dans la terminologie propre à la narratologie, il s'est avéré utile de distinguer le contenu du récit, l'histoire et l'acte par lequel le récit « se narre ». En effet, cette distinction permet de s'interroger sur les rapports entre le narrateur et l'histoire qu'il raconte : il pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diegese-poetique/#i_7972

ÉPOPÉE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 638 mots

Dans la tradition classique, l'épopée, long poème narratif consacré à glorifier un héros par le récit de ses actions, est considérée comme le grand genre poétique. Les œuvres majeures de la littérature grecque et latine sont des épopées, qui vont devenir le prototype du genre : L'Iliade ( viii e  s. av. J.-C.) d'Homère et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee-notion-d/#i_7972

ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 348 mots

Dans le chapitre « L'esthétique subjectiviste »  : […] L'esthétique subjectiviste est d'abord une réflexion sur la perception esthétique. Au début du xx e  siècle, cette réflexion s'est placée sous l'égide de la psychologie, et le concept clé qu'elle a mis en œuvre est celui d' Einfühlung (à quoi répond alors, en gros, chez Croce, le concept d'intuition). Cette esthétique en effe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-esthetique-et-philosophie/#i_7972

ESTHÉTIQUE - Les catégories esthétiques

  • Écrit par 
  • Anne SOURIAU
  •  • 3 722 mots

Dans le chapitre « L'éthos »  : […] La catégorie se saisit d'abord dans l'expérience esthétique comme une impression affective (émotionnelle ou sentimentale) éprouvée intimement par le contemplateur de l'œuvre d'art. C'est la raison pour laquelle M. Dufrenne, dans sa Phénoménologie de l'expérience esthétique , parle de « catégories affectives ». Ressentie nécessairement dans l'âme d'un sujet, elle a donc, à ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-les-categories-esthetiques/#i_7972

FABLE, notion de

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 096 mots

« Fable », issu du latin fabula , est le terme que le théâtre utilise traditionnellement pour désigner l'histoire racontée – là où le grec, et la Poétique (env. 340 av. J.-C.) d'Aristote tout particulièrement, emploie le terme muthos . Selon Aristote, la fable est le plus important des constituants, « le principe, l'âme pour ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fable-notion-de/#i_7972

FINS DE L'ART (esthétique)

  • Écrit par 
  • Danièle COHN
  •  • 2 830 mots

Dans le chapitre « Autonomie, historicisme et critique des fins »  : […] Les explications internes au système du philosophe ne sont cependant pas la raison du retentissement de la thèse de la fin de l'art. C'est son appropriation et son appauvrissement par une certaine philosophie de l'art – celle de l'Américain Arthur Danto pour nommer son plus célèbre tenant – qui l'a installée au rang de vérité. Selon l'interprétation qu'il propose, en 1986, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fins-de-l-art-esthetique/#i_7972

FORMALISME RUSSE

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une révolution méthodologique »  : […] Avant tout le formalisme marqua en littérature une période de crise méthodologique aiguë. La littérature avait toujours été en Russie soumise au carcan d'une critique sociologisante à sous-entendus politiques et idéologiques. Depuis Vissarion Biélinski, et surtout à l'époque positiviste, le critique exigeait du créateur qu'il interprétât la « réalité ». Le lien causal entre la « vie » et la « lit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme-russe/#i_7972

SUBLIME, littérature

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 351 mots

Dans le chapitre « Une poétique de l'enthousiasme »  : […] Redécouvert par les érudits italiens de la Renaissance, le Traité du sublime atteint un large public européen à partir de sa traduction française due à Nicolas Boileau et publiée à la suite de son Art poétique , en 1674. Le militant de la doctrine classique se faisait ainsi le relais d'une poétique de l'enthousiasme et, se refusant à son tour à identif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime-litterature/#i_7972

GENETTE GÉRARD (1930-2018)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 2 643 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champs et phénomènes méconnus de l'espace littéraire »  : […] Avec Mimologiques (1976), Genette introduit un premier grand tournant dans son travail critique : sans abandonner la poétique, il se confronte aux « jeux », aux territoires inconnus et aux aspects transcendants de l'espace littéraire. Ainsi, dans Mimologiques – sous-titré « Voyage en Cratylie » – Genette reprend l'interrogation pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-genette/#i_7972

MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 558 mots

Dans le chapitre « Dante et le « vulgaire illustre »  »  : […] Le travail d'illustration et la réflexion sur la langue occitane et française menés, aux xii e et xiii e  siècles, par les troubadours d'oc puis par les trouvères, romanciers et chroniqueurs d'oïl ont exercé une influence décisive sur le développement littéraire des langues vernaculaires dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-l-affirmation-des-langues-vulgaires/#i_7972

HORACE (65-8 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 3 197 mots

Dans le chapitre « La sagesse des « Épîtres » »  : […] Parallèlement à cet effort de création qui le rendrait immortel, il le savait bien ( Odes , III, xxx ) , Horace, jusqu'au terme de sa vie, s'est délassé dans des œuvres plus faciles qui continuent ces entretiens qu'avaient été les premières Satires. D'abord un second livre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horace/#i_7972

IBN RASHĪQ (1000-1063 ou 1070)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 484 mots

Poète et théoricien de la poésie qui se range parmi les hommes de lettres les plus célèbres de la littérature arabe. Originaire de Msila, bourgade de la région de Constantine, Ibn Rashīq Abū ‘Ali Ḥasan, pour parfaire ses études, se rend à Kairouan, alors métropole culturelle importante où fleurit une brillante école littéraire. En même temps qu'il reçoit l'enseignement de grands maîtres, il est in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-rashiq/#i_7972

IMITATION, esthétique

  • Écrit par 
  • Danièle COHN, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 3 911 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Littérature »  : […] La notion d'imitation doit sa place centrale dans la tradition critique à la Poétique d'Aristote. Elle traduit en effet le terme grec de mimèsis . Platon caractérisait déjà l'activité artistique comme imitation des choses ou plutôt de leur apparence – et les choses elles-mêmes n'offrant qu'un reflet dégradé de l'Idée, l'œuvre d'art serait une imitation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imitation-esthetique/#i_7972

INTERTEXTUALITÉ THÉORIE DE L'

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 4 301 mots

Dans le chapitre « Années 1980 : productivité et refonte du concept »  : […] Les années 1979-1982, particulièrement riches en nouvelles publications, témoignent de l'entrée du concept d'intertextualité dans sa phase de maturité. Les travaux de Michaël Riffaterre ( La Production du texte , Seuil, 1979 ; « La Syllepse intertextuelle », in Poétique , n o  40, Seuil, nov. 1979 ; « La Trace de l'intertexte », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-intertextualite/#i_7972

JAKOBSON ROMAN (1896-1982)

  • Écrit par 
  • Nicolas RUWET
  •  • 2 295 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les suggestions de Jakobson : grammaire générative, sémiotique et poétique »  : […] L'arrivée de Jakobson à Harvard et au M.I.T. a été décisive pour le développement des études slaves aux États-Unis et pour le renouveau de la linguistique générale dans le monde. Son érudition, son imagination théorique, son ouverture d'esprit, sa chaleur, ont attiré des dizaines d'étudiants, dont beaucoup sont eux-mêmes devenus des maîtres. L'importance qu'il attache au problème des universaux et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-jakobson/#i_7972

JAUSS HANS ROBERT (1921-1997)

  • Écrit par 
  • Karlheinz STIERLE
  •  • 829 mots

Né à Göppingen, Hans Robert Jauss est avec Wolfgang Iser le fondateur d'un groupe de recherche littéraire connu sous le nom d'école de Constance. À la théorie traditionnelle de la production et de l'imitation littéraires, celle-ci oppose une théorie de la réception qui, pour la première fois, fait du lecteur un protagoniste essentiel de la communication littéraire. Hans Robert Jauss, professeur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-robert-jauss/#i_7972

KRISTEVA JULIA (1941- )

  • Écrit par 
  • François POIRIÉ
  •  • 920 mots

Née à Sliven en Bulgarie en 1941, agrégée de lettres modernes de l'institut de littérature de l'Académie des sciences (Sofia), Julia Kristeva travaille en France depuis 1966. Après un doctorat de 3 e  cycle, elle est attachée de recherche au Centre national de la recherche scientifique, secrétaire générale de l'Association internationale de sémiotique, puis rédactrice adjo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julia-kristeva/#i_7972

LACOUE-LABARTHE PHILIPPE (1940-2007)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 004 mots

Né en 1940, tout comme Jean-Luc Nancy, et, comme ce dernier, professeur à l'université Marc-Bloch de Strasbourg, Philippe Lacoue-Labarthe s'inscrit dans la mouvance de Jacques Derrida (à propos duquel il organisa en 1980, avec Jean-Luc Nancy, un colloque à Cerisy-la-Salle publié sous le titre Les Fins de l'homme ). Aux limites de la philosophie, le questionnement serré de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-lacoue-labarthe/#i_7972

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 8 258 mots

Dans le chapitre « La poétique »  : […] La poétique, qui, elle aussi, remonte à Aristote, est l'étude de l'ensemble des procédés constitutifs de l'art poétique (tragédie, épopée, ...) en tant que création verbale. Au cours des siècles, elle s'est trouvée très largement absorbée par la rhétorique, en particulier à travers l'étude des figures. Depuis la fin du xix e  siècle, elle a connu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-le-langage-au-carrefour-des-disciplines/#i_7972

LINGUISTIQUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre KUENTZ
  •  • 5 324 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Poétiques »  : […] C'est une combinaison assez différente de linguistique et de littérature qui s'est organisée dans le domaine de la poétique, sur un système d'échanges plus que de complémentarité. On suppose ici que la réponse à la question « qu'est-ce qui fait qu'un texte littéraire est un texte littéraire ? » doit pouvoir être obtenue à l'aide de critères formels dont la linguistique est censée fournir les princ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-litterature/#i_7972

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « L'insuffisance empirique de la linguistique »  : […] En effet, les jeux de langue ( mot d'esprit, lapsus, etc.), à quoi la psychanalyse prête attention, sont certes constitués à partir du langage et de ses structures. Il n'est pas même impossible que la linguistique avance à leur sujet quelques propositions descriptives. Mais il est douteux que ces propositions éventuelles éclairent beaucoup la psychanalyse. Et cela, pour trois raisons : tout d'abor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-psychanalyse/#i_7972

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 787 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L’essor du lyrisme poétique  »  : […] La poésie connaît au xix e  siècle une paradoxale mutation. Dominante dans les belles-lettres au début du siècle, elle voit son champ se réduire à la poésie lyrique et délaisser les registres narratifs et épiques. Seul genre à perpétuer la domination du vers, elle connaît une invasion de la prose. Incapable de nourrir ceux qui lui vouent une dévo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xixe-s/#i_7972

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un paysage littéraire en mouvement »  : […] Les délimitations multiples de ce que nous nommons « littérature » sont l’œuvre de la critique du xi x e  siècle et de l’institution scolaire. Ce terme désignait au xviii e  siècle des écrits d’érudition critique, jusqu’à ce que Louis Sébastien Mercier ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/#i_7972

MANUSCRITS - La critique génétique

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 13 193 mots

Dans le chapitre « Genèse et poétique »  : […] C'est chez les poéticiens (G. Genette) que l'interrogation sur les rapports entre critique textuelle et critique génétique a été menée avec la plus grande netteté, et avec un profit indéniable dû aux apports notionnels de la narratologie :« La génétique ne détruit pas les principes d'une poétique narrative. Mais elle mine l'assurance que pourrait donner le texte final, plus souvent qu'elle ne la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-la-critique-genetique/#i_7972

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « Pratique et poétique de la métaphore »  : […] Personne sans doute n'a mieux que Proust senti et fait sentir à quel point la métaphore est tout autre chose qu'une figure de rhétorique ; elle est un moyen d'approcher et de retenir la sensation du réel, c'est-à-dire l'événement fugitif au cours duquel nous avons eu un instant le sentiment d'être vraiment au cœur des choses. Pour rejoindre cet instant disparu, pour restituer sa formidable puissa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphore/#i_7972

MOTIF, poétique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 315 mots

Dans l'œuvre littéraire, le motif est « une toile de fond, un concept large, désignant soit une certaine attitude — par exemple la révolte —, soit une situation de base impersonnelle dont les acteurs n'ont pas encore été individualisés » (Raymond Trousson). Ainsi le motif du « cœur mangé » apparaîtra-t-il dans la littérature médiévale dans une série d'œuvres, dont le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motif-poetique/#i_7972

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « Splendeur créatrice de la latinité romane (XIe-XIIe s.) »  : […] Une fois passées les angoisses du ix e et du x e siècle, voici que s'affirme la renaissance romane. Elle avait été préparée par des savants d'esprit encyclopédique, comme le pape Gerbert d'Aurillac (Sylvestre II, 950-1003). On assiste alors à un admirable effort pour l'édition et le commentaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_7972

MUKAŘOVSKY JAN (1896-1975)

  • Écrit par 
  • Vladimir PESKA
  •  • 620 mots

Théoricien littéraire et esthéticien tchèque, Jan Mukařovsky fut professeur des universités de Bratislava et de Prague ; il publie en 1923 une étude sur le vers tchèque. Dès 1926, aux côtés de Mathesius (qui en était le fondateur), de Jakobson, Trnka, Rypka, Vachek, Troubetzkoy, etc., il est membre du cercle linguistique de Prague. Parallèlement aux avancées de la linguistique structurale, la théo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-mukarovsky/#i_7972

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « La « Naturphilosophie » »  : […] Les thèmes de la Naturphilosophie se mettent donc en place, et l'on peut aussitôt donner l'une des définitions qui ont été proposées de ce type de philosophie. Elle est due à Heinrich Schmidt, dans son Philosophisches Wörterbuch  : « Ensemble des tentatives philosophiques d'interprétation et d'explication de la nature, que ce soit directement à partir d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-la-nature/#i_7972

NISHIWAKI JUNZABURŌ (1894-1982)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 462 mots

Après 1920, la poésie japonaise se métamorphose soudain. Les grandes villes s'étendent, le rythme s'accélère. Les sensibilités s'exacerbent. L'avant-garde fascine les esprits. Hirato Renkichi lance en 1921 la Première Déclaration du mouvement futuriste japonais et, en 1923, Takahashi Shinkichi compose Les Poèmes du dadaïste Shinkichi ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nishiwaki/#i_7972

OPITZ MARTIN (1597-1639)

  • Écrit par 
  • Hélène FEYDY
  •  • 781 mots

Théoricien de la poésie baroque, Martin Opitz est considéré comme le « père de la poésie allemande ». Né en 1597 à Bunzlau, en Silésie, il est issu de la petite bourgeoisie luthérienne et fera une carrière brillante d'homme de lettres et de diplomate. Son sens politique lui permettra de traverser la période troublée de la guerre de Trente Ans en tirant habilement parti des circonstances. Avec la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-opitz/#i_7972

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La parodie comme réflexion en acte »  : […] Les formalistes russes, dans les années 1920, jugeront à l'inverse que la parodie, comme toutes les pratiques qui mettent un texte en relation avec un autre texte (relation à laquelle Julia Kristeva donna par la suite le nom d' intertextualité ), témoigne de la vitalité d'une littérature et constitue un facteur de « l'évolution littéraire ». Pour Iouri Tynianov, en « détruisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/#i_7972

PELETIER DU MANS JACQUES (1517-1582)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 637 mots

Poète français, mais aussi grammairien, mathématicien et médecin, esprit mobile et curieux, bouillonnant d'aspirations et d'idées. Un peu plus âgé que Ronsard et que Du Bellay, il fait la connaissance du premier puis du second avant même qu'ils n'entrent au collège de Coqueret, et leur prodigue ses conseils. Il préside ainsi aux origines de la Pléiade ; il sera en contact constant avec le groupe, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-peletier-du-mans/#i_7972

PERSONNIFICATION, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 413 mots

« Figure de pensée », selon la terminologie de la rhétorique, consistant à représenter à l'aide des traits humains, physiques ou moraux, une abstraction ou une chose inanimée : ainsi les vices et les vertus dans la littérature (comme dans la peinture ou la sculpture) médiévale, et les vertus encore dans l'œuvre de Péguy. (Si l'écrivain prête, en outre, la parole à sa création, la personnification […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnification-esthetique/#i_7972

PLÉIADE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 483 mots

Dans le chapitre « Une poétique commune »  : […] Si hétérogène que soit ce groupe d'une quinzaine de personnes, il n'en garde pas moins une certaine unité. Elle est due à l'adhésion, tantôt explicite tantôt implicite, à un projet commun que Peletier du Mans, Du Bellay, Pontus de Tyard et Ronsard ont essayé de définir. Le premier article de foi réside en la croyance qu'une nouvelle littérature française est possible : très différente de l'ancien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pleiade/#i_7972

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'initiative aux mots »  : […] Ce propos célèbre inaugure une des tendances les plus marquantes de la « révolution du langage poétique » (Julia Kristeva) : son émancipation vis-à-vis de ses fonctions expressive et représentative. La poésie participe ainsi d'un mouvement plus général qui porte l'art moderne, en Occident, à rompre avec la mimesis pour exploiter et explorer les ressources de son propre langa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_7972

POÉTIQUE, Aristote - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 909 mots
  •  • 1 média

On a pu dire de la poétique conçue comme discipline que son histoire coïncidait pratiquement avec celle de la réception de la Poétique ( Poiètikè ) d'Aristote (env. 385-env. 322 av. J.-C.) , composée vers 340 avant J.-C. Peu d'ouvrages, en effet, ont ainsi connu une vie autonome, et d'aussi longue durée, au point de devenir, à travers les lectures succe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique-aristote/#i_7972

PUTTENHAM GEORGE (1529 env.-env. 1590)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 550 mots

D'aucuns disent que c'est Richard, son frère, et non George, qui a écrit le célèbre traité de rhétorique The Arte of English Poesie publié sans nom d'auteur en 1589, par Richard Field, l'éditeur des poèmes de Shakespeare. On ne sait rien des Puttenham, sinon que leur mère était la sœur de sir Thomas Elyot, auteur d'un livre d'éducation célèbre, The Governour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-puttenham/#i_7972

ROCHE DENIS (1937-2015)

  • Écrit par 
  • Jude STÉFAN
  •  • 659 mots

Né à Paris le 21 novembre 1937, Denis Roche est directeur littéraire aux éditions Tchou de 1964 à 1970. Il devient par la suite membre du comité éditorial des éditions du Seuil. Si, dans les années 1950, les seuls noms de Bonnefoy, Schehadé ou Pichette avaient été synonymes de renouvellement de la poésie moderne, vers la fin des années 1960 apparaissent plusieurs œuvres réaffirmant la liberté auda […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-roche/#i_7972

SCALIGER JULES CÉSAR (1484-1558)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 664 mots

Né en Italie d'une famille qu'il prétendait illustre et qui fut très vraisemblablement obscure, condottiere de l'épée avant de devenir « gladiateur des lettres » (Nisard), tour à tour étudiant et moine, Jules César Scaliger s'initie à la médecine, qu'il vient exercer en France : il se fixe à Agen, qu'il ne quittera pratiquement plus. Doué d'une force de travail et d'une mémoire exceptionnelles, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-cesar-scaliger/#i_7972

SEBILLET THOMAS (1512?-1589)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 154 mots

Avocat au parlement de Paris, qui s'est fait un nom dans les lettres par plusieurs traductions et quelques opuscules, mais surtout par la publication, un peu moins d'un an avant la Deffence et illustration de la langue françoise de Du Bellay, du premier art poétique de la littérature française : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-sebillet/#i_7972

SPITZER LEO (1887-1960)

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 527 mots

Né à Vienne, cet Autrichien fut, comme Erich Auerbach, professeur à l'université de Marburg avant de s'exiler également à Istanbul puis aux États-Unis. Le livre qui permet le plus facile accès à son œuvre, en France, s'intitule Études de style (Gallimard, 1970) : c'est un recueil d'articles, pour la plupart traduits de l'anglais et de l'allemand, représentatifs de l'ensemble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-spitzer/#i_7972

STYLE

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 5 646 mots

Dans le chapitre « Le discours de la stylistique »  : […] On ne tentera pas d'esquisser l'histoire de la stylistique. D'autant que généralement elle ne porte que sur le style de la langue ou du discours littéraire et non sur l'ensemble des arts. C'est la limite qu'elle s'imposait déjà sous son ancien nom de rhétorique. Car la rhétorique est une technique du langage considéré comme un art. Elle est à la fois descriptive et normative : grammaire de l'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style/#i_7972

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Une approche du discours littéraire »  : […] Comment décrire, après ce parcours théorique, la matière et le champ de la stylistique ? On admettra que la stylistique est une praxis, dont la matière s'identifie au discours littéraire. Celui-ci s'appréhende sous la forme d'un texte, que celui-ci apparaisse restreint à une limite faible (un vers) ou étendu à un espace vaste (une œuvre, un genre), pourvu que cette limite soit posée systématiqueme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/#i_7972

TEXTE THÉORIE DU

  • Écrit par 
  • Roland BARTHES
  •  • 7 503 mots

Dans le chapitre « La crise du signe »  : […] Du point de vue épistémologique, le texte, dans cette acception classique, fait partie d'un ensemble conceptuel dont le centre est le signe. On commence à savoir maintenant que le signe est un concept historique, un artefact analytique (et même idéologique), on sait qu'il y a une civilisation du signe, qui est celle de notre Occident, des stoïciens au milieu du xx […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-du-texte/#i_7972

THÉOLOGIENS ET MYSTIQUES AU MOYEN ÂGE. LA POÉTIQUE DE DIEU, Ve-XVe SIÈCLES, Alain Michel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 1 039 mots

Dans le chapitre « Poétique et théologie »  : […] L'auteur précise en premier lieu les rapports de la poétique à la théologie. Celle-ci traite de la Révélation et elle est donc parole de Dieu et parole sur Dieu. En même temps qu'elle est incluse dans une poétique, c'est-à-dire dans un ensemble de règles et de préceptes qu'on peut interpréter d'après la tradition antique, classique et judéo-chrétienne, elle donne forme et contenu à cette même poét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologiens-et-mystiques-au-moyen-age-la-poetique-de-dieu-ve-xve-siecles/#i_7972

TODOROV TZVETAN (1939-2017)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 917 mots
  •  • 1 média

Cet humaniste sceptique qui a commencé par le structuralisme est devenu un philosophe de la liberté. Tzvetan Todorov est né le 1 er  mars 1939 à Sofia . Dans la Bulgarie communiste, le lycée bilingue russe lui apprend très tôt à se méfier de l’idéologie. En 1956, année du rapport Khrouchtchev et de l’insurrection de Budapest, il entre à l’université. Pour échapper au forma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tzvetan-todorov/#i_7972

UNANIMISME, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 482 mots

Avec le naturisme, l'intégralisme et l'école romane, l'unanimisme est l'un des mouvements poétiques qui s'engouffrent dans le vide ressenti après la disparition du symbolisme et avant l'apparition du surréalisme en France. Jules Romains en fut le promoteur : il racontera à André Cuisenier comment il eut, en 1903, « l'intuition d'un être vaste et élémentaire, dont la rue, les voitures et les passan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/unanimisme-litterature/#i_7972

VALÉRY PAUL (1871-1945)

  • Écrit par 
  • Michel JARRETY
  •  • 7 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Et la lassitude et la gloire »  : […] Les alentours de 1920 marquent ainsi chez Valéry une inflexion existentielle dont témoigne également un nouveau statut d'homme de lettres. La publication des grandes œuvres poétiques, qu'accompagne la réédition par Gaston Gallimard, en 1919, de l' Introduction et de La Soirée , dessine à un large public les contours d'une œuvre jusqu'alors presque confi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valery-paul-1871-1945/#i_7972

VERS LIBRE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 682 mots

Bien avant d'être nommément « vers libre », le vers français s'est souvent autorisé la variabilité métrique. Il s'agissait des « vers irréguliers », ceux dont parle La Fontaine dans un Avertissement à ses premiers contes : « L'auteur a voulu éprouver lequel caractère est le plus propre pour rimer des contes. Il a cru que les vers irréguliers ayant un air qui tient beaucoup d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vers-libre/#i_7972

VILLON FRANÇOIS (1431-apr. 1463)

  • Écrit par 
  • Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET
  •  • 3 062 mots

Dans le chapitre « Un lignage littéraire »  : […] Mais si la figure que le poète construit dans son œuvre s'ancre dans son expérience, elle jaillit aussi du nom dont il se re-nomme : Villon, celui de son « plus que père » ( Le Testament , huitain 87), Guillaume de Villon. Les termes Guillaume et Villon proviennent tous deux du même mot guille qui désigne la ruse, et la langue connaît des dérivés nombre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-villon/#i_7972

ZUKOFSKY LOUIS (1904-1978)

  • Écrit par 
  • Jacques DARRAS
  •  • 747 mots

L'itinéraire de Louis Zukofsky, juif new-yorkais né dans le Lower East Side de Manhattan en 1904, recoupe les tendances de la grande poésie américaine de ce xx e siècle. Héritier de Pound et de William Carlos Williams mais aussi de Cummings, contemporain de Charles Olson mais encore plus de son grand ami du Yorkshire, Basil Bunting, il réussira c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-zukofsky/#i_7972

ZUMTHOR PAUL (1912-1995)

  • Écrit par 
  • Bernard CERQUIGLINI
  •  • 688 mots

Que l'œuvre de Paul Zumthor représente une des plus importantes contributions du xx e siècle à l'étude de la société médiévale, dans ses représentations et ses formes symboliques, dans sa littérature, on n'en saurait douter. Mais ce qui rend cette œuvre tout particulièrement attachante est le fait que, écrite dans la langue admirable d'un romanci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-zumthor/#i_7972

Pour citer l’article

Tzvetan TODOROV, Jean-Marie SCHAEFFER, « POÉTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique/