LYONNAIS POÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une ville humaniste

Lyon jouissait d'une culture locale déjà solidement établie, et la proximité de l'Italie facilitait la pénétration des idées de la Renaissance dans une ville dont la population était dans une grande mesure d'origine italienne. Symphorien Champier (1471 ?-1539), qui se rattachait par certains côtés aux rhétoriqueurs, avait beaucoup fait pour acclimater le platonisme ficinien, et les poètes des années 1540 et 1550 surent à leur tour harmoniser des éléments du Moyen Âge finissant et de la Renaissance. Lyon restait aussi un carrefour poétique : de nombreuses personnalités passaient quelque temps dans la ville et y faisaient souvent imprimer leurs ouvrages qui influençaient à leur tour la Renaissance lyonnaise (ainsi en alla-t-il pour Rabelais, Fontaine, Des Périers, Marot...). Des humanistes d'avant-garde fuyaient les centres moins tolérants : ils se déplaçaient en quête d'un emploi plus satisfaisant, devenaient correcteurs ou précepteurs, et songeaient souvent à faire le voyage d'Italie. Ils étaient en relation avec d'autres humanistes à Vienne, Valence, Carpentras, Avignon ; et, s'il manquait à la ville une université, le collège de la Trinité avait été, lui, fondé en 1527. Il avait pour directeur Barthélemy Aneau. Cet humaniste lyonnais, qui attirait des hommes de valeur et cherchait à introduire une pédagogie plus à jour, était lui-même un écrivain intéressant : il a joué un rôle utile dans l'évolution de la littérature emblématique.

C'est le juriste italien André Alciat qui a inventé ce genre : la première édition de ses Emblemata remonte à 1531 ; d'autres sont sorties par la suite des presses parisiennes ; mais dès 1544 Lyon devient un des centres de la poésie emblématique et didactique. Aneau lui-même traduit les Emblemata, et publie en 1551 sa Picta Poesis, accompagnée de la traduction française (Imagination poétique). La poésie emblémati [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LYONNAIS POÈTES  » est également traité dans :

DÉLIE, Maurice Scève - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 828 mots

Délie objet de plus haute vertu parut en 1544 à Lyon. C'était le premier canzoniere, c'est-à-dire le premier recueil de poèmes amoureux à la manière de Pétrarque publié en France. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delie/#i_2839

HÉROËT ANTOINE (1492 env.-1568)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 275 mots

L'un des poètes les plus importants de l'école lyonnaise. Heroët a une situation de poète officiel et, à ce titre, écrit plusieurs pièces de circonstance, en particulier l'épitaphe de Louise de Savoie et plus tard celle de Marguerite de Navarre, avant d'entrer dans la vie ecclésiastique et de devenir, en 1552, évêque de Digne. Apprécié de la Cour, estimé des écrivains et des humanistes, il est sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-heroet/#i_2839

PÉTRARQUE

  • Écrit par 
  • Vittore BRANCA, 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 5 489 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diffusion du pétrarquisme en France »  : […] Phénomène européen, le pétrarquisme fait montre en Italie, en France ou en Angleterre d'une même complexité. Il se caractérise d'un côté par un succès qui en fait une mode, et qui impose un renouvellement constant – le pétrarquisme assagi des Rime (1530) de Bembo différant par exemple des recherches sophistiquées des quattrocentistes –, et d'un autre côté par des crises d'an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrarque/#i_2839

PONTUS DE TYARD ou THIARD (1521-1605)

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 738 mots

Poète de l'école lyonnaise, ami intime de Maurice Scève, Pontus de Tyard (ou de Thiard) est né dans une riche famille bourguignonne, qui compte plusieurs hauts dignitaires royaux. Destiné dès l'enfance à l'Église — Fernand Mazade écrit « qu'il fut, presque de naissance, chanoine de la cathédrale de Mâcon » —, il commença pourtant de très bonne heure à écrire des poèmes. Ce n'est toutefois qu'en 15 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pontus-de-tyard-thiard/#i_2839

SCÈVE MAURICE (1500 env.-env.1560)

  • Écrit par 
  • Ian Dalrymple McFARLANE
  •  • 2 033 mots

Né à Lyon, Maurice Scève appartenait à une famille qui avait joué un rôle honorable dans la vie de la cité ; son existence reste mal connue. Il a dû faire de solides études ; puis, en 1533, on le trouve à Avignon où il est pour quelque chose dans la « découverte » du tombeau de Laure. Il fréquentait les cercles cultivés de Lyon et a connu les milieux néo-latins où s'épanouissait le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-sceve/#i_2839

Voir aussi

Pour citer l’article

Ian Dalrymple McFARLANE, « LYONNAIS POÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-lyonnais/