SCALDIQUE POÉSIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Variantes

L'âge d'or de la poésie scaldique se situe entre le ixe et le xiie siècle. D'abord purement païenne, elle fait, après la christianisation, un effort pour éliminer des kenningar noms des dieux et références aux mythes, ce qui lui confère, un temps, une plus grande simplicité, puis, au xiie siècle, en vertu d'un mouvement général de retour aux sources, on assiste à une réactivation de l'ancien style. Outre les noms déjà cités, il faut mentionner la Glymdrápa de Thorbjörn hornklofi et le Hákonarmál d'Eyvindr skáldaspillir, tous deux Norvégiens. Parmi les Islandais, il faut nommer Egill Skallagrímsson, le plus grand de ces poètes, capable d'éblouissante virtuosité (Höfud–slausn), de lyrisme bien sonnant (pour déplorer la disparition d'un ami cher : Arinbjarnarkvid–a) et d'un pathétique d'une force tragique poignante dans le Sonatorrek où il lamente la perte irréparable de ses fils ; les scaldes amoureux Kormákr Ögmundarson (xe s.), Hallfred–r Óttarsson (xie s.), Thormód–r Kolbrúnarskáld et Gunnlaugr Ormstunga ; puis, parmi la légion des poètes de cour, avant tout Sighvatr Thórd–arson (env. 995-1045), dont les Strophes lyriques (Bersöglisvísur) sont un des sommets du genre, ainsi que Thjód–ólfr Arnórsson et Arnórr Thórd–arson. Un chrétien, Einarr Skúlason, compose en 1153 un autre chef-d'œuvre à la mémoire de saint Olaf, le Geisli. Le genre entre en décadence dès le xiiie siècle, et, quoique les grands Sturlungar, Snorri Sturluson, Sturla Thórd–arson et son frère Óláfr, et Jón Murti Egilsson soient de bons scaldes, l'esprit de la poésie scaldique semble perdu. Il survivra partiellement dans les rimur, sortes de ballades populaires islandaises qui feront florès jusqu'à la fin du Moyen Âge.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  SCALDIQUE POÉSIE  » est également traité dans :

EDDAS

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 951 mots

Dans le chapitre « « Edda » et « Eddas » »  : […] Il faut d'abord s'interroger sur la signification du mot edda  : les savants n'ont pu s'accorder sur ce point. Le mot peut provenir du substantif ódr ( furor poétique) et signifier tout simplement la « poétique ». Mais il est plus tentant de voir en lui un cas oblique du substantif Oddi , nom du plus brillant centre culturel d'Islande aux xii e  et xiii e  siècles ; il faudrait considérer alors […] Lire la suite

EDDAS (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 855 mots

Dans le chapitre « L'Edda poétique : un creuset de légendes »  : […] On appelle Edda poétique (ce terme admet diverses étymologies, la plus probable renvoyant à l'idée de composer de la poésie) un recueil d'une trentaine de poèmes rédigés selon les règles contraignantes de la poétique scaldique (poésie scandinave), dus à des Islandais mais certainement fondés sur des assises norvégiennes, danoises et pangermaniques. Ces textes rapportent les hauts faits ou les my […] Lire la suite

EGILL SKALLAGRÍMSSON (910 env.-990)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 316 mots

Poète islandais né vers 910 à Borg, mort en 990 à Mosfell. Egill Skallagrímsson est l'un des plus grands scaldes (poètes) islandais. Sa vie mouvementée et son œuvre poétique sont rapportées dans La Saga d'Egill, fils de Grímr le Chauve (vers 1220), attribuée à Snorri Sturluson. Egill y est décrit comme ayant une nature double, héritée de sa double ascendance : d'un côté le caractère franc et ou […] Lire la suite

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 479 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La poésie scaldique »  : […] Née en même temps sans doute que les textes les plus anciens du genre eddique, et qu'elle soit littérature magique, funéraire ou destinée à célébrer un grand de ce monde, la poésie scaldique semble spécifiquement scandinave. Encore qu'elle ait pu exister dès le vi e  siècle, elle n'est attestée pour la première fois qu'au ix e  siècle avec l'œuvre du Norvégien Bragi le Vieux, auteur de la Ragnars […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 019 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la préhistoire à l'âge du fer : la royauté sacrée »  : […] De la préhistoire, on ne peut juger que par reconstitution, à partir de traits obscurs que livrent les textes, islandais surtout, tels que le Landnámabók ou « Livre de colonisation ». Le culte voué aux forces naturelles y éclate et, lorsqu'il se trouve personnifié, c'est sous la forme de géants et de nains, les uns et les autres étant constitutifs des origines du monde, dépositaires de la mémoire […] Lire la suite

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 729 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les débuts, jusqu'à la Réforme »  : […] Les premiers documents « écrits » remontent au iv e  siècle de notre ère : ce sont les inscriptions runiques égaillées sur tout le territoire norvégien. Simplement commémoratives ou obscurément magiques, concises jusqu'à l'énigme ou hautement élaborées, elles témoignent par leur versification évoluée de l'existence d'une poésie primitive orale de qualité, faite sans doute de proverbes, d'énigmes […] Lire la suite

SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Martin Edvard BLINDHEIM, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Nicole PÉRIN, 
  • Jean-Michel QUENARDEL
  •  • 22 100 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Vie intellectuelle »  : […] Comme tout le monde germanique, la Scandinavie avait utilisé, depuis le ii e  siècle, l'écriture runique pour des formules laconiques, marques de propriété, dédicaces, incantations. L'extrême intérêt philologique de ces textes, d'ailleurs peu nombreux, ne masque pas l'inaptitude du système à exprimer une pensée élaborée. Une simplification des runes, au ix e  siècle, apporta peu de changements, ma […] Lire la suite

SNORRI STURLUSON (1179-1241)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 376 mots

Depuis huit siècles qu'elle existe, la littérature islandaise n'a jamais compté d'écrivain comparable à Snorri, fils de Sturla de Hvammr. Mythologue, sagnamadr (compositeur de sagas), poète, pédagogue, historien hors pair, il domine de sa puissante stature non seulement ses compatriotes, mais, on peut oser le dire malgré l'ignorance où l'on reste de son œuvre en France, le xiii e  siècle européen. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Régis BOYER, « SCALDIQUE POÉSIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie-scaldique/