SCALDIQUE POÉSIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les formes

La qualité de la poésie scaldique est avant tout due à la forme dont on ne peut donner ici qu'un rapide aperçu. Comme la poésie eddique, mais de façon plus rigoureuse, elle refuse d'abord le mot propre, lui substituant soit une sorte de synonyme ou heiti (mais cette pratique ne concerne que les substantifs, jamais les adjectifs ou les verbes), soit une périphrase ou métaphore à plusieurs termes, la kenning, l'intelligence de chacun de ces procédés nécessitant une science mythologique très sûre. En second lieu, le vieux norrois étant une langue fortement infléchie, une entière liberté est laissée dans l'agencement des mots, au mépris de la syntaxe. De la sorte, on peut varier à l'infini les mètres et les combinaisons (le Háttatal, Dénombrement des mètres, de Snorri Sturluson, 1222, en recense une centaine) et satisfaire aux règles tyranniques de la versification. Celle-ci repose avant tout sur les principes germaniques de l'allitération et de l'accentuation. Prenons comme exemple le plus célèbre des mètres, le dróttkvaett (ou mètre de la drótt) : chaque vers est composé de six syllabes portant trois accents forts et est toujours terminé par un trochée (dans lequel la syllabe longue peut toutefois être remplacée par deux brèves). Deux vers sont liés par une allitération consonantique ou vocalique à trois temps, les deux premiers dans le premier vers, le troisième sur le premier accent du second vers. En outre, le vers initial doit comporter une assonance interne ou un retour de graphie, et le second, une rime interne complète. Deux lignes allitérées de la sorte constituent ainsi quatre vers ou un helmingr, deux helmingar, une strophe ou vísa. Pour reprendre un exemple cité par P. Hallberg, le scalde Hofgard–a-Refr écrit :

    Opt kom jard–ar leiptra

    es Baldr hniginn skald

    hollr at helgu fulli

    Hrafnásar mér stafna.

On discerne dans ce helmingr : une allitération vocalique (toutes les voyelles allitèrent entre elles) en o, a dans les deux premiers vers (opt, jardar, Baldr), une allitération consonantique en h dans les deux suivants (hollr, helgu, Hrafnásar) ; un retour de graphies dans les vers 1 et 3 (pt et ll) ; une rime interne dans les vers 2 et 4 (-aldet -afna-) ; des terminaisons vocaliques (-i, -a) qui tiennent lieu de rimes au sens que la versification française donne à ce mot. Si l'on restitue l'ordre syntaxique naturel, on obtient : Opt kom mér at helgu fulli Hrafnásar ; stafna jard–ar leiptra Baldr es hniginn skaldi (qui permet de prendre la mesure du bouleversement extraordinaire qu'ont subi les deux phases) où hollr est un heiti pour « père » (= bon, sage), et skaldr pour le poète lui-même qui écrit ; helgu fulli Hrafnásar (la coupe sacrée du dieu aux corbeaux = Odin) est une kenning pour « art scaldique », et stafna jard–ar leiptra Baldr (le Baldr de l'éclair du sol des étraves, soit : le Baldr de l'éclair de la mer, d'où : le Baldr de l'or, et donc : l'homme, ici, mon père), une autre pour « homme ». Le sens sera : « Souvent, mon père m'enseigna l'art des scaldes ; la mort me l'a à présent ravi. » On peut varier et raffiner encore, modifier le nombre des syllabes, ajouter de vraies rimes (hrynhent qui peut s'être inspiré en outre des hymnes latines), répéter le dernier vers (galdralag ou mètre des incantations), etc. Enfin, il existe plusieurs types d'organisation globale de ces strophes, les plus connus étant la drápa caractérisée par la présence d'un refrain (stef) et le flokkr, sans refrain et plus court.

Dernier trait original : la subjectivité règne dans la poésie scaldique, alors que les Eddas et les sagas sont anonymes et impersonnelles. Ce sont des œuvres fortement individualisées où l'auteur dévoile son nom, expose ses sentiments et ses opinions.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  SCALDIQUE POÉSIE  » est également traité dans :

EDDAS

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 951 mots

Dans le chapitre « « Edda » et « Eddas » »  : […] Il faut d'abord s'interroger sur la signification du mot edda  : les savants n'ont pu s'accorder sur ce point. Le mot peut provenir du substantif ódr ( furor poétique) et signifier tout simplement la « poétique ». Mais il est plus tentant de voir en lui un cas oblique du substantif Oddi , nom du plus brillant centre culturel d'Islande aux xii e  et xiii e  siècles ; il faudrait considérer alors […] Lire la suite

EDDAS (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 855 mots

Dans le chapitre « L'Edda poétique : un creuset de légendes »  : […] On appelle Edda poétique (ce terme admet diverses étymologies, la plus probable renvoyant à l'idée de composer de la poésie) un recueil d'une trentaine de poèmes rédigés selon les règles contraignantes de la poétique scaldique (poésie scandinave), dus à des Islandais mais certainement fondés sur des assises norvégiennes, danoises et pangermaniques. Ces textes rapportent les hauts faits ou les my […] Lire la suite

EGILL SKALLAGRÍMSSON (910 env.-990)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 316 mots

Poète islandais né vers 910 à Borg, mort en 990 à Mosfell. Egill Skallagrímsson est l'un des plus grands scaldes (poètes) islandais. Sa vie mouvementée et son œuvre poétique sont rapportées dans La Saga d'Egill, fils de Grímr le Chauve (vers 1220), attribuée à Snorri Sturluson. Egill y est décrit comme ayant une nature double, héritée de sa double ascendance : d'un côté le caractère franc et ou […] Lire la suite

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 479 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La poésie scaldique »  : […] Née en même temps sans doute que les textes les plus anciens du genre eddique, et qu'elle soit littérature magique, funéraire ou destinée à célébrer un grand de ce monde, la poésie scaldique semble spécifiquement scandinave. Encore qu'elle ait pu exister dès le vi e  siècle, elle n'est attestée pour la première fois qu'au ix e  siècle avec l'œuvre du Norvégien Bragi le Vieux, auteur de la Ragnars […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 019 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la préhistoire à l'âge du fer : la royauté sacrée »  : […] De la préhistoire, on ne peut juger que par reconstitution, à partir de traits obscurs que livrent les textes, islandais surtout, tels que le Landnámabók ou « Livre de colonisation ». Le culte voué aux forces naturelles y éclate et, lorsqu'il se trouve personnifié, c'est sous la forme de géants et de nains, les uns et les autres étant constitutifs des origines du monde, dépositaires de la mémoire […] Lire la suite

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 729 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les débuts, jusqu'à la Réforme »  : […] Les premiers documents « écrits » remontent au iv e  siècle de notre ère : ce sont les inscriptions runiques égaillées sur tout le territoire norvégien. Simplement commémoratives ou obscurément magiques, concises jusqu'à l'énigme ou hautement élaborées, elles témoignent par leur versification évoluée de l'existence d'une poésie primitive orale de qualité, faite sans doute de proverbes, d'énigmes […] Lire la suite

SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Martin Edvard BLINDHEIM, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Nicole PÉRIN, 
  • Jean-Michel QUENARDEL
  •  • 22 100 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Vie intellectuelle »  : […] Comme tout le monde germanique, la Scandinavie avait utilisé, depuis le ii e  siècle, l'écriture runique pour des formules laconiques, marques de propriété, dédicaces, incantations. L'extrême intérêt philologique de ces textes, d'ailleurs peu nombreux, ne masque pas l'inaptitude du système à exprimer une pensée élaborée. Une simplification des runes, au ix e  siècle, apporta peu de changements, ma […] Lire la suite

SNORRI STURLUSON (1179-1241)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 376 mots

Depuis huit siècles qu'elle existe, la littérature islandaise n'a jamais compté d'écrivain comparable à Snorri, fils de Sturla de Hvammr. Mythologue, sagnamadr (compositeur de sagas), poète, pédagogue, historien hors pair, il domine de sa puissante stature non seulement ses compatriotes, mais, on peut oser le dire malgré l'ignorance où l'on reste de son œuvre en France, le xiii e  siècle européen. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Régis BOYER, « SCALDIQUE POÉSIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie-scaldique/