POÉSIE DE COUR

ABŪ L-‘ATĀHIYA (747 env.-env. 825)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE
  •  • 1 420 mots

Dans le chapitre « Du libertinage à l'ascétisme »  : […] Abū l-‘Atāhiya tirait son origine de paysans araméens fixés en Babylonie et qui étaient tombés en servage lors de la prise d'‘Ayn Tamr (en 634). Sa famille, après avoir embrassé l'islām, fut affranchie et vint se fixer à Coufa où son père, dit-on, aurait été potier ou poseur de ventouses. Les charmes physiques d'Abū l-‘Atāhiya et la précocité de ses dons poétiques lui épargnèrent toutefois un dest […] Lire la suite

ABŪ TAMMĀM (804-845)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 1 182 mots

Dans le chapitre « De Damas à Mossoul »  : […] Les rares sources qui parlent de Abū Tammām, al-Ḥabīb b.'Aws, le font naître en 804 ou 806 (188/190 de l'hégire) à Djāsim, petit village à quelques lieux de Damas. Sa famille aurait été d'origine byzantine. Son père, chrétien, se serait installé à Damas. Étrange ascendance pour un homme qui arabisa le nom paternel de Thadhus en 'Aws, se rattacha à la tribu des Ṭayyi', et devint un partisan acharné […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le modèle oriental »  : […] En vérité, il était difficile de lutter contre l'influence de Bagdad, qui s'exerçait par l'intermédiaire des pèlerins et des voyageurs d'un côté, des immigrés en Espagne de l'autre. Parmi ces derniers, le plus célèbre est Ziryāb (173-243/789-857) qui, arrivé à Cordoue en 206/821, y introduisit la musique irakienne et, en matière de soins corporels, de vêtements, de cuisine ou d'usages mondains, l […] Lire la suite

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 119 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Sous la dynastie d'Ava (1455-1555) »  : […] Fondée en 1364, la dynastie d'Ava devait durer près de deux siècles ; son fondateur était un Chan, mais il ressuscita, en fait, un empire plus birman que chan par la civilisation : le nouveau roi se laissa, en effet, influencer par ses sujets birmans, qu'il avait besoin de se concilier, et se posa tout de suite en descendant de leurs anciens rois. C'est pourquoi, même s'il exista à Taung-ngu, dès […] Lire la suite

CÉLÉBRATION, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 857 mots

Acte rhétorique par lequel on établit la supériorité de quelqu'un ou de quelque chose. Réelle ou imaginaire, cette supériorité est exprimée dans des termes propres à propager le sentiment d'élévation. Parmi les trois genres du discours répertoriés par Aristote, la célébration (avec le blâme) appartient au genre épidictique (ou démonstratif), codifié déjà par Gorgias de Leontium qui en détermine l […] Lire la suite

CHAULIEU GUILLAUME AMFRYE abbé de (1639-1720)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 298 mots

Poète français. Chaulieu a vécu dans l'entourage de puissants protecteurs : les Vendôme (le duc et surtout son frère, le grand prieur, auprès de qui il s'installe dans l'enclos du Temple, d'où le surnom d'Anacréon du Temple qui lui a été donné), puis les petits-enfants du Grand Condé, le duc d'Enghien et la duchesse du Maine, après qu'un ordre royal eut obligé le duc de Vendôme à se séparer de cel […] Lire la suite

CHRISTINE DE PIZAN (1365-1431)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 336 mots

Fille d'un astrologue italien venu se mettre au service de Charles V, mariée à un secrétaire du roi, veuve dix années plus tard (à vingt-cinq ans), Christine doit lutter pour vivre et faire vivre sa famille. Elle est heureusement protégée par quelques grands princes comme Jean de Berry, le duc de Bourgogne et Louis d'Orléans. Elle compose des poèmes de cour dans tous les genres à la mode, mais ent […] Lire la suite

DESPORTES PHILIPPE (1546-1606)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 807 mots

Le représentant le plus important de la génération qui a suivi celle de Ronsard et précédé celle de Malherbe. Né à Chartres d'une famille de négociants, Desportes fait de solides études classiques et prend la tonsure. Il devient secrétaire de l'évêque du Puy, qui l'emmène à Rome : il s'y accoutume aux mœurs policées et s'y familiarise avec les poètes italiens dont l'influence marquera fortement so […] Lire la suite

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « university wits » »  : […] On désigne sous ce terme un groupe d'écrivains, dramaturges, conteurs et pamphlétaires, issus des universités, qui mirent leur culture au service de l'art populaire du théâtre au lieu de se faire prêtres ou professeurs. Ces intellectuels, ardemment désireux d'accroître le prestige de la poésie et de propager leurs idées, furent les protagonistes d'un théâtre d'avant-garde et donnèrent en quelque […] Lire la suite

FILLEUL NICOLAS (1537?-apr. 1584)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 704 mots

Né à Rouen d'une famille de petite noblesse, Nicolas Filleul est un homme de théâtre. En 1563 il fait représenter au collège d'Harcourt une tragédie intitulée Achille , selon la mode du temps, dans les établissements scolaires. En 1566, le cardinal de Bourbon, archevêque de Rouen et puissant personnage, le charge de composer les Théâtres de Gaillon à l'occasion d'un séjour du roi Charles IX dans […] Lire la suite

FU [FOU], genre littéraire chinois

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 1 603 mots

Dans le chapitre « Le fu des Han »  : […] Tels sont les antécédents de ce genre littéraire qui apparaît sous le nom de fu avec la dynastie des Han (206 av.-220 apr. J.-C.). Le caractère de poésie de cour, avec les effets de vocabulaire et de style qui lui sont propres, est l'élément commun de ces divers antécédents. Des premiers fu des Han, on ne possède que le titre : il est probable qu'ils devaient être encore proches des œuvres des co […] Lire la suite

LAMENTATION, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 877 mots

Composition par laquelle le poète met en forme le topos du regret et du deuil à l'occasion d'un départ, d'une mort ou d'une calamité publique. Qu'il parle en son nom ou au nom de la communauté entière, il doit convertir l'émotion en mots, sans cesse renouvelés et cependant conformes à la tradition, car la douleur, elle, est toujours identique à elle-même. Cette « habitude poétique » (P. Zumthor) […] Lire la suite

L'ATTAIGNANT GABRIEL CHARLES DE (1697-1779)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 83 mots

Poète français, né et mort à Paris. Il fut chanoine de Reims et l'un de ces abbés de salons et de cabarets en vogue comme il en existait au xviii e siècle. À la fin de sa vie, il se retira chez les pères de la Doctrine chrétienne. Il a laissé quatre volumes d'épigrammes, de pages légères, de lettres. Sa langue est aisée, fort bien venue et évite la préciosité. Il est l'auteur d'une chanson toujou […] Lire la suite

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux sources du lyrisme »  : […] L'histoire du lyrisme apparaît liée à celle de la subjectivité. Dès la Grèce antique, l'épanouissement du lyrisme a accompagné la prise de conscience de la valeur de la vie individuelle. Les fragments d'Archiloque (env. vii e  s. av. J.-C.) ne chantent encore que des désirs furtifs et des fortunes de guerre, tandis que la poésie de Saphô (qui passe pour avoir dirigé une « maison de servantes des m […] Lire la suite

MALHERBE FRANÇOIS DE (1555-1628)

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM
  •  • 1 604 mots

Dans le chapitre « Le « poète du Louvre » »  : […] La vie de Malherbe explique la différence que l'on décèle entre les quelques poésies qu'il compose avant 1605 et tout ce qui est postérieur à cette date. En fait, l'œuvre véritable de Malherbe, celle qui le caractérise et a marqué l'histoire de notre poésie, ce sont les pièces de vers qu'il a composées comme poète de cour, ou, comme on disait plus précisément, comme « poète du Louvre ». Ce sont, d […] Lire la suite

MANRIQUE GÓMEZ (1412?-? 1490)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 70 mots

Neveu du marquis de Santillana, dont il subit l'influence, le poète espagnol Gómez Manrique traite les thèmes et les genres en vogue (l'amour, la moquerie, les allégories, les pièces de circonstance), en les teintant fortement de didactisme et de moralisme. Son œuvre reflète cette forme de stoïcisme qui sera l'un des caractères distinctifs de la poésie du Siècle d'or espagnol. […] Lire la suite

MANRIQUE JORGE (1440-1478)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 417 mots

Neveu de Gómez Manrique, fils du comte Rodrigo de Paredes, qui fut maître de l'ordre de Calatrava, Jorge Manrique participa, sous le règne du roi Henri IV, aux luttes politiques contre les ennemis d'Isabelle la Catholique. Hernando del Pulgar a laissé le récit de sa mort glorieuse devant le château de Garci-Muñoz (Cuenca). Son Cancionero est assez réduit ; il contient des poésies amoureuses, souv […] Lire la suite

MARINO GIOVANNI BATTISTA dit LE CAVALIER MARIN (1569-1625)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 2 733 mots

Dans le chapitre « Misère et splendeur d'un courtisan »  : […] Né à Naples en 1569, Giovanni Battista Marino, surnommé le Cavalier Marin, illustre d'une manière exemplaire la condition de l'homme de lettres au début du xvii e siècle. Très jeune, il manifeste une invincible répugnance pour le droit auquel son père le destinait et un penchant non moins invincible pour les femmes, les dettes et la poésie. D'emblée il plaît : sa poésie sur le baiser et ses dive […] Lire la suite

MENA JUAN DE (1411-1456)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 570 mots

Juan de Mena est un poète espagnol du xv e siècle intégrant, avec Santillana et Jorge Manrique, la triade des lettrés les plus importants de cette époque marquée par l'épanouissement de la poésie courtisane sous l'égide de Jean II de Castille. Les données biographiques de Mena ne sont pas excessivement abondantes : on sait qu'il naquit à Cordoue en 1411, qu'il resta orphelin de très bonne heure, […] Lire la suite

MILÁN LUIS (1490 env.-apr. 1561)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 151 mots

Vihueliste, compositeur et écrivain espagnol, qui vécut principalement à la cour de Ferdinand d'Aragon et, vraisemblablement, pendant quelque temps à la cour de Portugal, près de Jean III, auquel fut dédié son ouvrage principal, Libro de música de vihuela de mano, intitulado « El Maestro » (Valence, 1535-1536). Cet ouvrage, première tablature espagnole de vihuela (luth), contient à la fois des œ […] Lire la suite

MONCRIF FRANÇOIS DE (1687-1770)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 160 mots

L'œuvre de Moncrif, auteur de second plan, est un aimable pot-pourri de tous les genres. Homme du monde, courtisan accompli, Moncrif fit une carrière prudente, mais réussie au point d'entrer à l'Académie française et de passer pour un écrivain important du siècle de Louis XV. Il contait, il rimait. Lecteur de Marie Leszczynśka, il publia des Poésies chrétiennes composées par ordre de la reine (17 […] Lire la suite

ŒUVRES POÉTIQUES, François de Malherbe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 570 mots

François de Malherbe (1555-1628) , poète officiel de Henri IV et de Louis XIII, fit paraître, de son vivant, différentes pièces poétiques dans des éditions collectives, des livrets de ballets, des livres d'airs de cour, ou sous forme de feuilles volantes, de manuscrits recopiés, de plaquettes. Il n'était pas encore nécessaire, pour un poète de cour, d'être le titulaire, ni « l'auteur » d'une œuvr […] Lire la suite

POLITIEN ANGELO AMBROGINI dit ANGE, ou POLIZIANO (1454-1494)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 602 mots
  •  • 1 média

Originaire de Montepulciano (d'où il tire son nom de lettres : il Poliziano, que nous francisons en Politien), Angelo Ambrogini est bien l'une des figures les plus représentatives et en même temps les plus originales du Quattrocento italien, et plus spécifiquement florentin. En une génération plus tournée vers la spéculation philosophique que vers le lyrisme, il unit des dons de poète à une vaste […] Lire la suite

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Poésie amoureuse et épopée »  : […] Vers la fin du xiv e  siècle, la poésie de cour, en honneur sous le roi Denis, se réfugie en Castille avec la noblesse exilée, pour refleurir sous les règnes d'Alphonse V, de Jean II et de D. Manuel. Ce sont les œuvres produites à cette période ainsi que les poèmes portugais écrits en Castille qui forment le fond du Cancioneiro compilé par Garcia de Resende, et publié à Lisbonne en 1516. L'essent […] Lire la suite

RÉGNIER MATHURIN (1573-1613)

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 784 mots

La vie de Mathurin Régnier est assez mal connue, ou du moins avec assez peu de certitude. Il est né à Chartres ; sa mère était la sœur du poète Philippe Desportes ; son père, un notable bourgeois, tenait sur la place des Halles un jeu de paume appelé le Tripot Régnier. Il semble bien que le jeune Mathurin ait hanté de bonne heure des lieux fort peu recommandables. Destiné cependant aux ordres, Rég […] Lire la suite

ROCHESTER JOHN WILMOT DE (1647-1680)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 713 mots

John Wilmot, deuxième comte de Rochester (son père avait été anobli par Charles II pour le rôle qu'il avait joué en protégeant le roi à la bataille perdue de Worcester, en septembre 1651), naquit à Ditchley, près de Woodstock dans l'Oxfordshire. Il fut inscrit au Wadham College, à Oxford (d'où devait sortir la Royal Society) en 1659-1660, l'année de la Restauration. Charles II, reconnaissant enver […] Lire la suite

SAINT-GELAIS MELLIN DE (1491-1558)

  • Écrit par 
  • Catherine TRESSON
  •  • 360 mots

Fils naturel ou neveu du rhétoriqueur Octavien de Saint-Gelais, évêque d'Angoulême, Mellin de Saint-Gelais fit dans sa jeunesse un voyage en Italie (Bologne, Padoue) et fut un des introducteurs de l'italianisme en France. Ordonné prêtre, il devint aumônier du dauphin et bibliothécaire de François I er . Poète de circonstance, favori du roi, organisateur des plaisirs de la Cour, Mellin de Saint-Gel […] Lire la suite

SARASIN JEAN-FRANÇOIS (1615-1654)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 394 mots

L'un des plus brillants représentants de la poésie précieuse. Au service de plusieurs grands — Chavigny, puis le cardinal de Retz —, assez mêlé aux affaires publiques pour que Mazarin songe à lui confier une mission importante en 1643 et lance contre lui une lettre de cachet en 1647, il entre dans la maison de Conti avec le titre de « secrétaire des commandements » ; il suivra dès lors le prince e […] Lire la suite

SCHELANDRE JEAN DE (1584-1635)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 423 mots

Poète et dramaturge français. Né d'une famille de noblesse militaire et calviniste, Schelandre fait ses premières armes en Hollande, en même temps qu'il compose ses premiers vers (en particulier des pièces célébrant Maurice de Nassau). Il consacre des loisirs forcés (notamment à Avignon) à la littérature et devient poète de salon et de circonstance. En 1608, il est en Angleterre : il y dédie à Jac […] Lire la suite

SHI JING [CHE KING]

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 1 188 mots

Dans le chapitre « Étude chronologique des pièces »  : […] Nous étudierons ces pièces dans leur ordre chronologique, c'est-à-dire dans l'ordre inverse du précédent. Les chants religieux sont en effet les textes les plus anciens ; ces poèmes étaient chantés lors des danses religieuses ou des sacrifices offerts aux grands rois de la dynastie des Zhou, ainsi qu'à certaines divinités naturelles. Ils ont une forme assez primitive ; le style est simple, sans o […] Lire la suite

TEBALDEO ANTONIO TEBALDI dit (1463-1537)

  • Écrit par 
  • Adelin Charles FIORATO
  •  • 304 mots

Poète de cour ferrarais, Tebaldeo est, avec Serafino Aquilano, un des représentants les plus caractéristiques de la poésie maniérée du xv e siècle. On le trouve tour à tour au service des Bentivoglio à Bologne, des Este à Ferrare, des Gonzague à Mantoue, de Léon X à Rome. Il fut précepteur d'Isabelle d'Este, puis secrétaire de Lucrèce Borgia qu'il célèbre dans ses poésies. Il jouit de l'amitié d' […] Lire la suite

TROUBADOURS ET TROUVÈRES

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 3 403 mots

Dans le chapitre « Thèmes »  : […] Poésie de cour, en un temps où la cour était le siège des pouvoirs politiques dans le cadre de la basse féodalité, le grand chant courtois est lié de façon étroite à l'existence que l'on y mène, aux conflits qui s'y déroulent et à l'idéologie qui y prévaut. Les travaux d'E. Köhler ont fortement démontré la profondeur de cet enracinement. Le troubadour fait figure de porte-parole du clan seigneuria […] Lire la suite

<!-- <script language="javascript" type="text/javascript"> if (isMobile.any() === null) { document.write('<ins class="adsbygoogle" id="adsense_text3" style="display:block" data-ad-format="fluid" data-ad-layout-key="-g8+17+6z-bd+5p" data-ad-client="ca-pub-6024595326767178" data-ad-slot="5515571784"></ins>'); (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); } </script> -->