PLURILINGUISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les processus intersystémiques

La question que se pose le linguiste est la suivante : que se passe-t-il au niveau de la langue en tant que système quand deux ou plusieurs langues sont employées par un même individu ou par un groupe ? D'où une analyse et l'emploi de termes propres à la linguistique : les études linguistiques des plurilinguismes ont donc un caractère à la fois technique et abstrait.

Langues en contact

L'introduction, vers 1950, de la notion de contact dans le domaine de la linguistique a manifesté le propos délibéré d'étudier les bilinguismes du point de vue de la linguistique moderne, par contraste avec celui de la linguistique traditionnelle, science historique préoccupée surtout de l'étude des changements. Dans cette perspective, l'influence qu'une langue peut avoir sur une autre, avant tout par les emprunts que celle-ci lui fait, est l'objet d'une étude à long terme, au fur et à mesure de changements que l'on répertorie et dont on s'efforce de déduire des lois à partir de la succession d'états différents. Or, parler de contact revient à mettre l'accent sur le processus même du contact et sur son explication. C'est affirmer que ce processus doit s'observer dans le fonctionnement même de l'activité linguistique, que c'est là que se situe le moment du contact. Alors, le lieu de contact ne peut être autre que le locuteur. L'observation courante montre que tout individu bilingue, à un moment ou à un autre et de manière plus ou moins marquée, parle l'une de ses deux langues, voire toutes les deux, avec quelques particularités. Généralement, c'est le cas de la langue qu'il connaît le moins bien et qu'il pratique le moins fréquemment. Ces particularités ne ressemblent à aucune autre observée dans l'usage courant de cette langue par les gens dont elle est la première et la seule langue. L'homme de la rue dit d'un Italien ou d'un Anglais qui parle français qu'ils parlent français avec l'accent italien ou avec l'accent anglais ; il y reconnaît des traits qu'il suppose venir de l'italien ou de l'anglais. L'hypothèse d'un processus de contact signifie que cette contagion ne se fait pas au hasard mais dans un ordre qui est commandé par les modes d'organisation des deux langues en contact et, pour le dire en termes techniques, par leurs structures. Quels que soient le bilingue, les conditions de son bilinguisme et la situation où il parle, le matériau linguistique se comporte d'une façon qui lui est propre et que son emploi traduit nécessairement.

Le principe du déterminisme structural qui vient d'être énoncé a pu être mis en question dans deux types de situations. Les unes où, dans une communauté largement bilingue, des locuteurs, qui pratiquent avec aisance les deux langues, font couramment appel au sein d'un même discours, d'une même proposition, à des alternances réitérées, comme si elles constituaient un mode de parler différencié des emplois de chacune des deux langues ; une telle situation peut être observée en Alsace actuellement. L'autre type de situations est celui-ci : dans des conditions sociales extrêmes (captivité, déportation...), des locuteurs de langues diverses se trouvent contraints à employer une langue commune qui n'est celle d'aucun d'entre eux ; ce fut le cas des esclaves exportés vers les Amériques. Un système pidgin se forme alors qui éventuellement deviendra une langue, pidgin ou créole selon le cas.

Diversité et complexité

Sauf cas exceptionnel de purisme, l'emploi de deux ou de plusieurs langues par un même individu, et a fortiori par un groupe, aboutit à la présence, dans un système linguistique donné, d'unités, de modalités d'agencement ou de fonctionnement propres à un autre système. C'est ce type d'interaction que l'on appelle interférence linguistique. Par exemple, un unilingue français entend parler l'allemand qu'il essaie de reproduire oralement. La réception par la voie auditive et l'émission par la voie orale sont ainsi mises en jeu. L'interférence repose sur l'infrastructure psychophysiologique de la parole et s'explique fondamentalement par ce double défilé où ce qui est entendu, l'allemand, n'est pas exactement ce qui a été prononcé mais seulement ce que l'unilingue français en distingue, et où l'allemand reproduit ne l'est qu'imparfaitement, avec les moyens linguistiques propres à l'emploi du français. Ce qui apparaît au profane comme une imperfection, le linguiste l'étudie comme un résultat de l'interférence de l'emploi d'un système ling [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PLURILINGUISME  » est également traité dans :

BILINGUISME INDIVIDUEL

  • Écrit par 
  • François GROSJEAN
  •  • 4 267 mots

De nombreux facteurs favorisent le bilinguisme tels que le contact de langues à l'intérieur d'un pays ou d'une région, la nécessité d'utiliser une langue de communication ( lingua franca ) en plus d'une langue première, la présence d'une langue parlée différente de la langue écrite au sein d'une même population, la migration politique, économique ou religieuse, le commerce international, les cursu […] Lire la suite

BELGIQUE - Géographie

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 6 518 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un petit pays densément peuplé »  : […] Avec 11,3 millions d'habitants en 2015 sur 30 528 km 2 , la Belgique est le deuxième pays le plus dense d'Europe, après les Pays-Bas. La région flamande (13 522 km 2 ), au nord, et Bruxelles (161 km 2 ) rassemblent 65 p. 100 de la population sur 45 p. 100 du territoire (560 hab./km 2 ), alors que la région wallonne (16 844 km 2 ), au sud, ne compte que 213 hab./km 2 . Le pays est au contact, […] Lire la suite

CANADA - Espace et société

  • Écrit par 
  • Anne GILBERT
  •  • 12 629 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les territoires autochtones »  : […] Lors des premiers contacts soutenus avec les Européens, les Autochtones formaient déjà des sociétés complexes, bien implantées un peu partout sur le territoire canadien. L'hypothèse la plus probable est qu’ils sont entrés sur le continent nord-américain depuis la Sibérie orientale et l’Alaska, il y a environ 15 000 ans. Parce qu’ils ont été inclus tardivement dans les comptes officiels de la popu […] Lire la suite

CERVEAU ET BILINGUISME

  • Écrit par 
  • Jean-Marie ANNONI
  •  • 802 mots
  •  • 1 média

On sait, depuis les découvertes de Paul Broca en 1861 et de Carl Wernicke en 1874, et des recherches successives, que le système langagier chez le droitier monolingue repose essentiellement sur un réseau fronto-temporo-pariétal gauche. Ce constat est vrai pour plus de 90 p. 100 des sujets droitiers et environ 75 p. 100 des gauchers. En ce qui concerne les bilingues ou multilingues, deux questions […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une langue plurielle »  : […] L 'évolution de la langue française depuis l'origine est généralement dessinée comme une marche vers l'unité. À l'origine, selon l'expression proposée par Alain Rey dans L'Amour du français , on a affaire à une « langue métissée » de latin, savant et populaire, et de diverses langues germaniques. Son unité commence à se configurer dès le viii e - ix e  siècle, plus tardivement si on considère seu […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Les langues régionales

  • Écrit par 
  • Jean SIBILLE
  •  • 3 695 mots
  •  • 1 média

Depuis des siècles, la France est un État centralisé ; l'identification de la langue à la nation y est particulièrement nette. Elle est pourtant plurilingue et pluriculturelle. C'est même l'un des pays d'Europe occidentale qui présente la plus grande diversité linguistique. La situation des différentes langues autochtones de France métropolitaine et d'outre-mer est très diversifiée : certaines so […] Lire la suite

FRANCOPHONIE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 3 361 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Géographie de la francophonie »  : […] La réalité francophone est mouvante. Dans un certain nombre de pays réputés francophones, le français est une langue occasionnelle, utilisée dans des circonstances de communication particulières et qu'on abandonne ensuite pour revenir à la langue maternelle ou pour passer à une autre langue d'usage. En France même, il serait illusoire d'imaginer une uniformité linguistique. Malgré la politique lin […] Lire la suite

INDO-EUROPÉENS (archéologie)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 5 145 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Modèles alternatifs »  : […] Dès le xix e  siècle, des linguistes, certes minoritaires, ont mis en doute la pertinence du modèle en arbre, tels le linguiste allemand Johann Schmidt, avec sa « théorie des vagues » concentriques issues d'origines différentes et se mélangeant progressivement, ou encore le linguiste autrichien Hugo Schuchardt, le premier à s'intéresser aux créoles et aux mélanges de langues. En 1938, le linguist […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 10 045 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La dialectologie et la géolinguistique »  : […] Si elle intéresse la sociolinguistique, la diversité des parlers est également objet d'étude pour la géolinguistique, branche de la linguistique qui cherche à caractériser cette diversité (dite « diatopique ») dans l'espace géographique. Une même langue présente des variétés différentes selon les aires géographiques ou les pays. Certains chercheurs s’intéressent, par exemple, aux variétés du fran […] Lire la suite

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 388 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Pologne, un pays écartelé »  : […] Pour la majorité des Polonais, le souvenir de la Mitteleuropa évoque surtout les partages successifs de la Pologne entre trois empires. La Pologne de l'entre-deux-guerres n'aura cure de restaurer une fédération centre-européenne et puisera dans ses propres références historiques nationales l'inspiration d'une politique de grande puissance régionale, contestant bien sûr les enclaves allemandes mai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Penelope GARDNER-CHLOROS, Andrée TABOURET-KELLER, « PLURILINGUISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/plurilinguisme/