PLOMB

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Principaux composés

Le plomb possède à l'état fondamental la structure électronique 6 s2, 6 p2. Comme le germanium et l'étain, il peut donner naissance à des ions divalents par perte des seuls électrons p ou à des ions tétravalents par arrachement de la totalité des électrons périphériques. Le degré d'oxydation + II (à l'inverse de ce qui était observé dans le cas des éléments supérieurs de la colonne IV du tableau périodique) présente une stabilité très supérieure à celle du degré + IV. Pour traduire la résistance que manifestent les électrons 6 s2 à participer à une liaison, on les désigne souvent par l'expression « doublet inerte ».

Les potentiels normaux d'oxydoréduction correspondant aux couples Pb2+/Pb et Pb4+/Pb2+ sont respectivement — 0,13 et 1,8 V à pH = 0.

Degré d'oxydation + IV

Le caractère oxydant de l'oxyde PbO2 est fortement abaissé en milieu basique. Il peut être obtenu par oxydation des ions plombites par le chlore ou les ions hypochlorites :

on le prépare également par électrolyse.

L'oxyde PbO2 présente toujours un déficit en oxygène. Cet écart à la stœchiométrie explique sa coloration brun-noir et sa conductivité électrique (104 Ω—1 ( cm—1). Il possède sous pression normale la structure rutile. Par accroissement de pression, il acquiert successivement la structure de la colombite (FeNb2O6), puis celle de la fluorine (CaF2), la coordinence s'élevant de 6 à 8 au cours de cette seconde transformation. La seconde variété se forme dans les accumulateurs.

L'oxyde PbO2 est utilisé dans les accumulateurs au plomb. Ceux-ci sont constitués d'une anode en plomb et d'une cathode en oxyde PbO2, plongées dans une solution aqueuse d'acide sulfurique. Au cours de la décharge se produisent les réactions suivantes à l'anode :

et à la cathode :
e est la charge de l'électron.

Le sulfate de plomb insoluble PbSO4 qui se forme aux électrodes y adhère. Pendant la charge, les réactions sont inversées.

L'oxyde PbO2 se dissout dans les solutions de soude ou de potasse concentrées avec formation d'ions plombates PbO32— et PbO44—. Par refroi [...]


Médias de l’article

Minerais du plomb

Minerais du plomb
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Plomb : caractéristiques physico-chimiques

Plomb : caractéristiques physico-chimiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, docteur ès sciences, directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : professeur à l'université de Bordeaux-I, directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : ingénieur géologue
  • : professeur d'université à l'I.U.F.M. de Créteil, chercheur au Centre d'études de chimie métallurgique (C.N.R.S.)

Classification


Autres références

«  PLOMB  » est également traité dans :

PLOMB, toxicologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 497 mots

Encore appelée saturnisme, l'intoxication au plomb résulte de l'accumulation de ce dernier dans les tissus humains, à la suite de l'exposition répétée aux objets ou aux aliments contenant ce métal.À la maison, il s'agit des peintures recelant du plomb et de l'eau de boisson ayant séjourné dans des canalisations en plo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plomb-toxicologie/#i_2940

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La rigueur de la physique »  : […] La lointaine origine de ce débat remontait à des réflexions de Georges Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788), qui s’était lui-même inspiré de René Descartes (1596-1650) et de Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) pour postuler que la Terre avait initialement été une masse en fusion arrachée du Soleil lors de l’impact d’une comète. L’idée de Buffon fut alors de mesurer les vitesses de refroid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/age-de-la-terre/#i_2940

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Contaminations accidentelles »  : […] La présence de produits chimiques nocifs à une concentration élevée dans l'eau de boisson ou les aliments est toujours accidentelle. Citons pour mémoire les contaminations par l'arsenic, le fluor, le sélénium et autres composés minéraux. Un cas particulier, remis en lumière par des intoxications graves, est celui de la contamination mercurielle liée à des déversements en mer de déchets industrie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-aliments-risques-alimentaires/#i_2940

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 350 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diagrammes d'équilibres de phases »  : […] La description et l'étude des alliages binaires passent par un type de représentation classique : les diagrammes d'équilibres de phases. Quelques cas peuvent servir d'exemples. La figure concerne le système cuivre (Cu)- tungstène (W). L'axe des abscisses représente la teneur de l'alliage en tungstène exprimée en atomes pour cent ou en poids pour cent ; la première échelle est utilisée dans les l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliages/#i_2940

ANTIMOINE

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  • , Universalis
  •  • 3 892 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Emploi dans les alliages »  : […] Près de la moitié de la production mondiale annuelle (qui s'élève à 70 000 t environ) est consommée comme élément durcissant dans les alliages à base d' étain et surtout de plomb. Les plaques des batteries d'accumulateurs, qui doivent présenter une grande résistance, sont constituées de plomb allié à environ 6 p. 100 d'antimoine. Ce dernier confère en plus une meilleure coulabilité et une meille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimoine/#i_2940

BISMUTH

  • Écrit par 
  • Anne-Marie TRISTANT
  •  • 2 944 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « À partir de lingots de plomb »  : […] Mis à part ceux qui proviennent essentiellement de la fusion de minerais américains (Missouri, Kansas, Oklahoma) et australiens, les autres lingots doivent être débarrassés de leur bismuth (quelques pour-cent), qui, en raison du prix élevé de cet élément, constitue un sous-produit non négligeable de la purification du plomb. Le procédé électrolytique « Betts » utilise la méthode de l'anode solub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bismuth/#i_2940

CARBONATES

  • Écrit par 
  • Marc DARDENNE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 5 064 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Cérusite »  : […] Son nom vient du mot latin qui signifie « plomb blanc ». Les cristaux sont de formes variées : tabulaires, réticulés, pyramidaux. Ce carbonate se reconnaît à sa densité très élevée (6,55), sa couleur blanche, son éclat adamantin, et son effervescence dans l'acide nitrique dilué à chaud. La cérusite, caractéristique de la zone d'oxydation des gisements sulfurés de plomb, est donc d'origine supergèn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbonates/#i_2940

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 523 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Types d'essences disponibles »  : […] Trois types d'essences d'indices d'octane différents peuvent être principalement proposés en Europe (tabl. 2 )  : – Le supercarburant classique est caractérisé par des valeurs minimales de RON et de MON, respectivement, de 98 et 87. Avant le 1 er  janvier 2000, il contenait de faibles quantités d'alkyles de plomb (0,15 g de métal par litre), ce qui permettait d'atteindre commodément et au moindre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carburants/#i_2940

CUIVRE

  • Écrit par 
  • C.I.C.L.A., 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 8 199 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Bronzes complexes »  : […] Les principaux éléments d'addition sont le phosphore, le zinc et le plomb. Le phosphore, sous la forme de phosphure de cuivre, est utilisé pour désoxyder les bronzes, qui en renferment donc toujours un peu. À des teneurs plus élevées (de 0,1 à 0,2 p. 100), il forme avec le cuivre un composé Cu 3 P, dur et fragile, qui augmente la dureté et surtout améliore les qualités de frottement. L' incorporat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuivre/#i_2940

ÉTAIN

  • Écrit par 
  • Claude FOUASSIER, 
  • Michel PÉREYRE
  •  • 3 422 mots

Dans le chapitre « Alliages de l'étain »  : […] Les alliages cuivre-étain qui constituent les bronzes, et les alliages plomb-étain, utilisés comme soudures, sont parmi les plus importants alliages de l'étain. L'addition d'étain au cuivre augmente rapidement la résistance mécanique et la dureté, diminue la température de fusion, la densité, les conductivités électriques et thermiques. Elle améliore également la résistance à la corrosion, notamm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etain/#i_2940

HEVESY DE HEVES GEORGE (1885-1966)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 499 mots

Chimiste suédois d'origine hongroise né à Budapest et mort à Fribourg-en-Brisgau, lauréat du prix Nobel de chimie (1943) « pour ses travaux sur l'emploi des isotopes comme indicateurs dans l'étude des processus chimiques ». Hevesy de Heves fait ses études secondaires au gymnase de sa ville natale, entre ensuite à l'université de Budapest, continue à l'École polytechnique de Berlin et obtient son d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-hevesy-de-heves/#i_2940

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 119 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le plomb »  : […] Le plomb, quant à lui, est utilisé pour ses qualités isolantes et pratiques plutôt que pour ses qualités artistiques. Du fait de son poids, qui le rend fragile, sa conservation est difficile et l'usage que l'on en faisait, principalement dans l'architecture, le vouait à la destruction et nécessitait des remplacement réguliers. Des fouilles, tant dans les maisons de Pompéi que dans d'autres villas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-du-metal/#i_2940

MÉTALLURGIE

  • Écrit par 
  • Adrienne R. WEILL
  •  • 6 882 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'industrie à l'époque classique »  : […] En Grèce, l'exploitation des mines du Laurium est la seule industrie indépendante des métiers d'art, encore que l' argent soit extrait du plomb par le procédé déjà connu de la coupellation. À l'époque gréco-romaine, les ponts des navires sont recouverts de plomb pour protéger le bois, et le plomb, utilisé pour les poids, servira aussi à faire les ancres. La monnaie d'argent frappée et non plus co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallurgie/#i_2940

MINES, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Claude DOMERGUE
  •  • 12 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les techniques de la métallurgie extractive »  : […] Un certain nombre d'opérations s'insèrent entre la sortie du minerai de la mine et la phase chimique de l'extraction même. À sa sortie de la mine, le minerai est dans son état brut, mêlé le plus souvent à la gangue filonienne. Il faut l'en séparer par concassage, broyage et lavage. Pour le concassage, des enclumes en pierre ont été utilisées, comme aux époques précédentes : on en trouve au Laurio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mines-antiquite-greco-romaine/#i_2940

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Noyau atomique

  • Écrit par 
  • Luc VALENTIN
  •  • 10 308 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Modèle vibrationnel »  : […] La situation est très différente pour les noyaux sphériques qui, en raison même de leur symétrie, ne manifestent pas d'états de rotation (fig. 14) . Les spectres que cette figure représente ne suivent pas la loi en J ( J  + 1) : leur premier niveau excité, lui aussi en état 2 + , se trouve à une énergie au moins dix fois plus grande que le premier 2 + des noyaux déformés ; et au-dessus de lui, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-noyau-atomique/#i_2940

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Notion d'oligoélément »  : […] Les progrès de l'analyse chimique conduisirent à la mise en évidence de nombreux autres éléments et à leur détermination quantitative. La question s'est donc posée de savoir quels étaient ceux dont l'existence dans tous les organismes, végétaux et animaux, permettrait de les envisager comme des constituants normaux. Dès 1937, Gabriel Bertrand considérait comme démontré qu'en plus des onze élément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_2940

ORGANOMÉTALLIQUES COMPOSÉS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 4 235 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Groupe IV »  : […] Les organostanniques , symétriques ou mixtes, résultent de l'action de SnCl 4 sur les organomagnésiens. Ils sont relativement peu actifs. Les organoplombiques se forment, en particulier, dans l'action du chlorure plombeux PbCl 2 sur les organomagnésiens : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/composes-organometalliques/#i_2940

RADIOPROTECTION

  • Écrit par 
  • Claude LÉVY
  •  • 2 470 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Moyens de protection »  : […] La protection proprement dite se fait : –  par le temps  : pour les déchets, par exemple, on attend la décroissance radio-active ; –  par la distance  : pour une source ponctuelle, le débit de dose décroît à peu près en raison inverse du carré de la distance ; autour des grosses installations nucléaires, on définit les zones de travail (interdites et protégées) signalées par des balisages réglemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioprotection/#i_2940

SATURNISME

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 425 mots

Intoxication par le plomb faisant toujours suite à une exposition prolongée, professionnelle (peintres, zingueurs, imprimeurs de l'ancien temps) ou non (adduction d'eau pauvre en carbonates par tuyaux de plomb, écaillage de vieilles peintures au plomb, habitat en zone industrielle polluée, alimentation). Dans l'intoxication chronique, la seule rencontrée actuellement, on peut noter, isolés ou ass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saturnisme/#i_2940

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 119 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Semseyite »  : […] La semseyite Pb 9 Sb 8 S 21 , monoclinique (C  2 / c ), peut former des cristaux tabulaires ou prismatiques, mais on la trouve surtout en masses fibro-radiées ; elle est gris noir, avec un éclat métallique ternissant rapidement, et possède un clivage parfait. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfures-et-sulfosels-naturels/#i_2940

URANIUM-THORIUM-PLOMB DATATION PAR L'

  • Écrit par 
  • Hervé BELLON
  •  • 352 mots

Les isotopes 238 et 235 de l'uranium et le thorium 232 sont radioactifs. Dans les trois cas, les produits radiogéniques formés sont des isotopes du plomb : 238 U donne 206 Pb + 8 4 He (T = 4,51 × 10 9 ans), 235 U donne 207 Pb + 7 4 He (T = 7,13 × 10 8 ans), 232 U donne 208 Pb + 6 2 He (T = 1,39 × 10 10 ans) Ces trois réactions nucléaires sont à l'origine de l'accumulation d'hélium 4 dans les mi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/datation-par-l-uranium-thorium-plomb/#i_2940

VERRE

  • Écrit par 
  • Pierre PIGANIOL, 
  • Micheline PROD'HOMME, 
  • Aniuta WINTER
  •  • 12 529 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Compositions spéciales »  : […] Le domaine de composition qui permet la vitrification est très large, d'autant plus large même que l'on multiplie le nombre de composants. On ne reste donc attaché à une assez forte teneur en silice que dans la mesure où le coût deviendrait prohibitif pour l'usage considéré. Ce n'est pas le cas de l'optique, et les verres d'optique présentent un spectre de composition considérable tout en satisfai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verre/#i_2940

WULFÉNITE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 413 mots
  •  • 1 média

Molybdate anhydre de plomb, la wulfénite (du nom du minéralogiste autrichien Xavier von Wulfen qui la découvrit en 1785) est très recherchée par les collectionneurs en raison de la beauté de ses cristaux. Ces derniers se présentent le plus souvent en tables carrées et biseautées en bordure ; leurs couleurs se déclinent dans les teintes du jaune (jaune brun, jaune miel, jaune orangé) et, plus rare […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wulfenite/#i_2940

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude FOUASSIER, Michel PÉREYRE, Michel RABINOVITCH, Jean-Louis VIGNES, « PLOMB », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plomb/