PLOÏDIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Reproduction sexuée des polyploïdes

Le déroulement de la méiose est toujours plus ou moins perturbé chez les polyploïdes. Lorsque plus de deux éléments homologues sont présents, la tendance des chromosomes à s'apparier par deux, par rapprochement de leurs régions homologues, et à former des chiasmas conduit en effet, à la métaphase de la première division, à des dispositions variées. Les quatre chromosomes homologues d'un tétraploïde, par exemple, peuvent soit rester associés en un seul groupe de quatre (tétravalent), soit former deux bivalents, soit, plus rarement un trivalent et un monovalent. À l'anaphase, les structures polyvalentes se dissocient de manière variée, d'où toute une gamme possible de garnitures chromosomiques pour les gamètes.

Méiose : disjonction irrégulière

Diaporama : Méiose : disjonction irrégulière

Diaporama

Exemple schématique de disjonction irrégulière lors de la méiose dans une cellule tétraploïde. L'appariement irrégulier de 3 lots chromosomiques tétraploïdes conduit à diverses dispositions des 4 chromosomes homologues. Au moment de la métaphase I, ceux-ci se répartissent en 2... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ce comportement de chromosomes a une répercussion directe sur la fertilité et la stabilité génétique des polyploïdes. Les triploïdes, et d'une manière générale les polyploïdes impairs, sont toujours fortement stériles. Chacun des groupes de trois chromosomes se dissocie en effet normalement en deux et un, d'où la production de gamètes à garniture presque toujours aneuploïde, avec un effectif de chromosomes intermédiaire entre le nombre haploïde et le nombre diploïde. Les polyploïdes pairs sont, au contraire, généralement assez fertiles. Chez les tétraploïdes, par exemple, les groupes de quatre se dissocient fréquemment en deux et deux, d'où des gamètes diploïdes et des zygotes tétraploïdes comme leurs parents.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PLOÏDIE  » est également traité dans :

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Contenu du noyau »  : […] Les cellules méristématiques décrivent un cycle de divisions au cours duquel elles doublent leurs matériaux et entrent en mitoses. La période de synthèse de l'ADN au cours de ce cycle s'appelle conventionnellement la phase S, précédée par la phase de présynthèse G 1 et suivie par la phase de postsynthèse G 2 . Lorsque les cellules s'engagent dans la voie de la différenciation, elles sortent de ce […] Lire la suite

PHYTOGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Yves DEMARLY
  •  • 4 517 mots

Dans le chapitre « Maîtrise du niveau de ploïdie »  : […] Un des principes de base de la génétique repose sur la continuité des nombres et des formes chromosomiques. Chaque groupe biologique possède, en effet, un nombre de chromosomes caractéristiques qui peut être considéré comme celui de l'ancêtre commun du genre et qui est d'ailleurs appelé le nombre basal  x . Beaucoup de variations se produisent à partir de ce nombre basal ; généralement, ce sont d […] Lire la suite

VARIATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 9 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Caractères directement liés à l'isolement reproductif »  : […] Chez beaucoup d'espèces animales, l'accouplement est la phase ultime d'une succession de stimulus et de réponses spécifiques. Toute variation portant sur ce comportement introduit un facteur d'isolement sexuel. C'est pourquoi les caractères de comportement de formation du couple sont souvent très peu variables à l'intérieur d'une espèce, mais nettement différents entre espèces, même fortement appa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe L'HÉRITIER, « PLOÏDIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ploidie/