PLÈVRE

AMIANTE ou ASBESTE

  • Écrit par 
  • Laurence FOLLÉA, 
  • Henri PÉZERAT
  • , Universalis
  •  • 3 473 mots

Dans le chapitre « Cancers »  : […] L'exposition à l'amiante entraîne, par ordre de fréquence décroissante, des cancers broncho-pulmonaires, des mésothéliomes et d'autres tumeurs primitives de la plèvre et, avec une moins grande certitude, des cancers gastro-intestinaux, en particulier des cancers de l'estomac. Les premières publications sur la relation amiante-cancer broncho-pulmonaire datent des années 1930 puis des années 1940. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amiante-asbeste/#i_40404

PNEUMOTHORAX SPONTANÉ

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 341 mots

Présence d'air dans la cavité pleurale, normalement virtuelle, en dehors de tout traumatisme ou de tout geste médical. Le pneumothorax fait suite à une rupture brutale et localisée de l'arbre aérien broncho- alvéolaire, qui se produit au niveau d'une lésion rendant la couche corticale des alvéoles pulmonaires plus fragile qu'elle ne l'est normalement ; il se traduit par un point de côté brutal et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pneumothorax-spontane/#i_40404

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Anatomie

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • René PIÉRON, 
  • Albert POLICARD
  •  • 4 564 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Poumons et plèvre »  : […] Le poumon est un viscère de consistance molle, élastique, comparable à une éponge gorgée d'air et de sang. Il a la forme d'un demi-cône, avec une face médiale, dite médiastinale, à peu près plane, et une face périphérique convexe, ou costo-vertébrale. La base, fortement excavée, s'appuie sur la coupole diaphragmatique. Le sommet, ou dôme, atteint la base du cou, au-dessus de la première côte et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-anatomie/#i_40404

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Physiologie

  • Écrit par 
  • Roland LEFRANÇOIS
  • , Universalis
  •  • 7 265 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Élasticité thoracique »  : […] Le thorax est une cavité déformable, schématiquement divisible en deux formations élastiques. La paroi externe est formée des os, des muscles, de la peau, etc. Sa face interne est tapissée par le feuillet pariétal de la plèvre. À l'intérieur, les poumons sont tapissés à leur partie superficielle du feuillet viscéral de la plèvre. De fait, les deux feuillets pleuraux sont accolés et représentent l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-physiologie/#i_40404

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Facteurs topographiques »  : […] Si le cancer naît loin des canaux bronchiques et des vaisseaux, et à distance de la plèvre, aucun signe ne viendra donner l'alerte pendant des mois. Le souffle sera normal, il n'y aura ni toux ni expectoration. La radiographie était alors le seul moyen de détecter ces cancers silencieux. C'est pourquoi on utilise pour le cancer l'organisation systématique de dépistage aux rayons X et éventuellemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/#i_40404

THORAX

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 2 861 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le contenu du thorax »  : […] Le thorax est occupé par les deux poumons, enveloppés par leur séreuse pleurale et séparés par un couloir médian, antéropostérieur, le médiastin. Un poumon représente un demi-cône, dont la face interne ou médiastinale est à peu près plane ; la face externe, convexe, est moulée sur les côtes et les muscles intercostaux. La base, inférieure, fortement excavée, repose sur la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thorax/#i_40404

TUBERCULOSE

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Charles COURY
  •  • 10 009 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des « écrouelles » et « scrofules » aux tuberculoses extrapulmonaires »  : […] Les tuberculoses extrapulmonaires paraissent aussi anciennes que la phtisie pulmonaire proprement dite. Mais leurs rapports étiologiques avec celle-ci n'ont été soupçonnés ou confirmés que très tardivement : pendant très longtemps, chacune d'entre elles a été considérée comme une entité pathologique propre et distincte. Les localisations les plus fréquentes portaient apparemment sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuberculose/#i_40404