PLÉIADE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une nouvelle idée de la littérature

Avec la Pléiade, un nouveau type de littérature est né, une littérature de lettrés sans contact avec le peuple et ne désirant que rester entre eux, quitte à élargir leur public par la communication du savoir et des lumières. Car, dès ce moment, la métaphore des lumières est utilisée, en opposition avec les ténèbres de l'ignorance. Il ne peut plus s'agir de s'abaisser au niveau du public, mais de hausser le public jusqu'à soi. La Pléiade va donc donner le premier exemple d'une littérature d'avant-garde. Là encore, on retrouve l'image chez Ronsard, dans sa Préface de 1560 qui parle de « s'acheminer par un sentier inconnu », et surtout chez Baïf, dans son Épître à Charles IX qui évoque le « nouveau sentier », le « passage inconnu » que les jeunes explorateurs ont ouvert à travers un paysage de friches, « tout de halliers et de buissons couvert ».

Comme la plupart des avant-gardes qui lui succéderont au cours des siècles suivants, la Pléiade ne sera pas suivie par une grande armée. Si l'on veut s'en tenir aux métaphores militaires, celle de patrouille de reconnaissance serait moins infidèle. Encore ne faut-il pas sous-estimer les efforts des hommes de la Pléiade pour hausser jusqu'à leur niveau un plus large auditoire. Le supplément musical de 1552 avait déjà fait des Amours de Ronsard un chansonnier, comme l'avait été, vingt ans plus tôt, l'Adolescence clémentine de Marot ; et la réédition de 1553 est augmentée d'un commentaire de Muret qui élucide les difficultés de lecture, les allusions mythologiques, les références italiennes. Pour le moindre gentilhomme sans lettres, sachant tout juste lire et écrire, Muret faisait ainsi de la lecture des Amours une initiation sans larmes à l'univers mental de la culture nouvelle. Pontus de Tyard, de son côté, faisait œuvre de vulgarisateur philosophique et scientifique dans ses Solitaires (1552 et 1555), ses Curieux et L'Univers, ou Discours des parties et de la nature du monde (1557).

Ajoutons qu'à partir du moment où le complot d'Amboise (1560) met au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : ancien professeur à l'université de Berkeley, professeur émérite à l'université de Manchester, fondateur de l'Institut collégial européen

Classification

Autres références

«  PLÉIADE  » est également traité dans :

LES AMOURS, Pierre de Ronsard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 890 mots

Le titre Les Amours désigne chez Ronsard une série de publications qui vont de ses débuts littéraires à la fin de sa vie. Célébrant Cassandre, Marie, puis Hélène, il invente un lyrisme qui renouvelle la poésie amoureuse. […] Lire la suite

ANAGRAMME, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 346 mots

Les avatars de l'anagramme fournissent le paradigme des changements de fonction de nombreux artifices linguistiques : désacralisée par les auteurs antiques, elle devient plus tard un jeu littéraire, recouvre sa nature ésotérique, puis recommence une nouvelle carrière littéraire. La transposition des éléments constitutifs d'un segment de la langue doué de sens en vue de la production d'un autre seg […] Lire la suite

BAÏF JEAN ANTOINE DE (1532-1589)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 646 mots

Poète français qui fit partie de la Pléiade. Dans Défense et illustration de la langue française , Joachim du Bellay cite « ces deux lumières françoyses, Guillaume Budé et Lazare de Baïf ». Fils naturel de ce dernier, Jean Antoine bénéficia d'une éducation humaniste hors pair. Il fut confié dès le berceau à Ange Vergèce et à Charles Estienne, à huit ans à Jacques Toussaint, professeur de grec au C […] Lire la suite

BELLAY JOACHIM DU (1522-1560)

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 527 mots

Joachim du Bellay n'a jamais eu à subir, comme Ronsard et Villon, un purgatoire de trois siècles avant d'être réhabilité en grande pompe. Il n'a jamais tout à fait cessé d'avoir des lecteurs, même à l'époque où tout ce qui était antérieur à Malherbe paraissait a priori suspect aux gens de goût. Mais on peut se demander s'il a été servi ou desservi par ce privilège insolite. Car l'absence de contes […] Lire la suite

BELLEAU RÉMY ou REMI (1528-1577)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 437 mots

Poète français appartenant à la Pléiade. Né à Nogent-le-Rotrou dans un site champêtre, Rémy Belleau vint à Paris comme précepteur de Charles de Lorraine et résida jusqu'à sa mort en l'hôtel de Guise. Intelligent sans surcharge d'érudition, il était avant tout « un homme qui plaisait ». Il fut l'ami sans nuage de Ronsard et l'on sait que Belleau et Ronsard n'estaient qu'un / Et que tous deux avaie […] Lire la suite

BLASON, littérature

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 535 mots

Courant dès le xii e siècle, le terme de blason s'emploie à l'origine avec la signification de : discours, conversation, description, explication, propos. Vers la fin du xv e siècle, c'est aussi une sorte de poésie, qui décrit minutieusement, sur le mode de l'éloge ou de la satire, un être ou un objet. Le genre du blason connut, dans la première moitié du xvi e siècle, une vogue extraordinaire. […] Lire la suite

COQUERET COLLÈGE DE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 336 mots

Fondé en 1418 sur la montagne Sainte-Geneviève à Paris par Nicolas Coquerel ou Coqueret, le collège de Coqueret reste obscur jusqu'à ce que, à la rentrée de 1547, Jean Dorat y soit nommé professeur, et sans doute principal : il devient dès lors le berceau de ce qu'on appellera la Pléiade. Autour de Dorat sont rassemblés un grand nombre d'étudiants, et surtout un petit groupe d'internes, parmi lesq […] Lire la suite

DES MASURES LOUIS (1515 env.-1574)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 646 mots

Auteur de tragédies sacrées, Louis Des Masures précède Ronsard de quelque dix années, et sa jeunesse se déroule grâce à son protecteur Jean de Lorraine dans le milieu humaniste de la cour de François I er , où gravitent des poètes traducteurs de textes anciens. Il travaille lui-même à une translation de L'Énéide , et ses premiers essais poétiques se situent en partie dans la tradition néo-latine ( […] Lire la suite

DORAT ou DAURAT JEAN DINEMANDI dit JEAN (1508-1588)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 371 mots

Humaniste et poète français. D'origine limousine, il abandonnera le nom familial de Dinemandi (dîne-matin) pour celui de Dorat (ou en latin auratus , d'où les innombrables jeux de mots sur sa bouche d'or et ses vers dorés). Il fait de solides études à Paris, devient l'un des meilleurs hellénistes de l'époque et l'un des poètes néo-latins les plus appréciés. En 1544, Lazare de Baïf lui confie l'édu […] Lire la suite

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 694 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Le collège de Coqueret : la lecture des Anciens à la lumière de l'esprit nouveau »  : […] Arrêtons-nous d'abord sur l'exemple du collège universitaire du xvi e  siècle, véhicule d'idées nouvelles à l'intérieur d'une institution conservatrice. Non que l'autonomie du collège à l'intérieur de l'université ait été une innovation : l'hypertrophie du collège aux dépens de la Faculté a commencé dès le xiv e  siècle. Il faut voir aujourd'hui même des universités fondées, à cette époque, à l'im […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert GADOFFRE, « PLÉIADE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pleiade/