PLÉIADE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une nouvelle idée de la littérature

Avec la Pléiade, un nouveau type de littérature est né, une littérature de lettrés sans contact avec le peuple et ne désirant que rester entre eux, quitte à élargir leur public par la communication du savoir et des lumières. Car, dès ce moment, la métaphore des lumières est utilisée, en opposition avec les ténèbres de l'ignorance. Il ne peut plus s'agir de s'abaisser au niveau du public, mais de hausser le public jusqu'à soi. La Pléiade va donc donner le premier exemple d'une littérature d'avant-garde. Là encore, on retrouve l'image chez Ronsard, dans sa Préface de 1560 qui parle de « s'acheminer par un sentier inconnu », et surtout chez Baïf, dans son Épître à Charles IX qui évoque le « nouveau sentier », le « passage inconnu » que les jeunes explorateurs ont ouvert à travers un paysage de friches, « tout de halliers et de buissons couvert ».

Comme la plupart des avant-gardes qui lui succéderont au cours des siècles suivants, la Pléiade ne sera pas suivie par une grande armée. Si l'on veut s'en tenir aux métaphores militaires, celle de patrouille de reconnaissance serait moins infidèle. Encore ne faut-il pas sous-estimer les efforts des hommes de la Pléiade pour hausser jusqu'à leur niveau un plus large auditoire. Le supplément musical de 1552 avait déjà fait des Amours de Ronsard un chansonnier, comme l'avait été, vingt ans plus tôt, l'Adolescence clémentine de Marot ; et la réédition de 1553 est augmentée d'un commentaire de Muret qui élucide les difficultés de lecture, les allusions mythologiques, les références italiennes. Pour le moindre gentilhomme sans lettres, sachant tout juste lire et écrire, Muret faisait ainsi de la lecture des Amours une initiation sans larmes à l'univers mental de la culture nouvelle. Pontus de Tyard, de son côté, faisait œuvre de vulgarisateur philosophique et scientifique dans ses Solitaires (1552 et 1555), ses Curieux et L'Univers, ou Discours des parties et de la nature du monde (1557).

Ajoutons qu'à partir du moment où le complot d'Amboise (1560) met au grand jour la transformation du parti huguenot en armée clandestine encadrée par des princes de sang candidats au pouvoir, l'union sacrée contre l'ennemi commun se réalise entre gallicans et ultramontains jusqu'alors adversaires. C'est Ronsard, assisté par le Lyonnais Guillaume des Autels, qui prendra en main les relations publiques de la nouvelle coalition. Il va devenir le porte-parole du pouvoir aux prises avec la guerre civile tandis que Baïf, comme l'a montré Frances Yates, s'efforce de faire de son Académie de musique et de poésie une école de cadres de jeunes nobles. Il faudra l'action conjuguée du Parlement et de l'Université pour saborder l'entreprise, en dépit du soutien royal.

Plus on suit de près la courbe de carrière des complices de Ronsard, plus s'efface le stéréotype de la Pléiade-tour d'ivoire. Les métaphores d'exploration, de guerre, de conquête que ces poètes affectionnaient pour exprimer leur action traduisent une réalité d'autant plus importante qu'elle n'est pas immédiatement perceptible. Ces intellectuels remuants à l'affût de la gloire et de l'influence, et pas seulement de prébendes, qui ont joué des rôles et laissé des traces, annoncent une phénomène qui marquera désormais la vie française : la présence d'un pouvoir intellectuel.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : ancien professeur à l'université de Berkeley, professeur émérite à l'université de Manchester, fondateur de l'Institut collégial européen

Classification

Autres références

«  PLÉIADE  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 835 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Pléiade »  : […] La Pléiade , d’abord nommée la Brigade, marque une rupture. En 1549 est donc publiée la Défense et illustration de la langue française de Joachim du Bellay , qui souhaite que la France « enfante bientôt un Poète, dont le Luth bien résonnant fasse taire ces enrouées Cornemuses ». Le manifeste de du Bellay instaure la prépondérance des genres non lyriques. En effet, sur dix genres proposés à l’ému […] Lire la suite

PÉTRARQUE

  • Écrit par 
  • Vittore BRANCA, 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 5 490 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diffusion du pétrarquisme en France »  : […] Phénomène européen, le pétrarquisme fait montre en Italie, en France ou en Angleterre d'une même complexité. Il se caractérise d'un côté par un succès qui en fait une mode, et qui impose un renouvellement constant – le pétrarquisme assagi des Rime (1530) de Bembo différant par exemple des recherches sophistiquées des quattrocentistes –, et d'un autre côté par des crises d'antipétrarquisme, dont t […] Lire la suite

BELLEAU RÉMY ou REMI (1528-1577)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 437 mots

Poète français appartenant à la Pléiade. Né à Nogent-le-Rotrou dans un site champêtre, Rémy Belleau vint à Paris comme précepteur de Charles de Lorraine et résida jusqu'à sa mort en l'hôtel de Guise. Intelligent sans surcharge d'érudition, il était avant tout « un homme qui plaisait ». Il fut l'ami sans nuage de Ronsard et l'on sait que Belleau et Ronsard n'estaient qu'un / Et que tous deux avaie […] Lire la suite

BAÏF JEAN ANTOINE DE (1532-1589)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 646 mots

Poète français qui fit partie de la Pléiade. Dans Défense et illustration de la langue française , Joachim du Bellay cite « ces deux lumières françoyses, Guillaume Budé et Lazare de Baïf ». Fils naturel de ce dernier, Jean Antoine bénéficia d'une éducation humaniste hors pair. Il fut confié dès le berceau à Ange Vergèce et à Charles Estienne, à huit ans à Jacques Toussaint, professeur de grec au C […] Lire la suite

COQUERET COLLÈGE DE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 336 mots

Fondé en 1418 sur la montagne Sainte-Geneviève à Paris par Nicolas Coquerel ou Coqueret, le collège de Coqueret reste obscur jusqu'à ce que, à la rentrée de 1547, Jean Dorat y soit nommé professeur, et sans doute principal : il devient dès lors le berceau de ce qu'on appellera la Pléiade. Autour de Dorat sont rassemblés un grand nombre d'étudiants, et surtout un petit groupe d'internes, parmi lesq […] Lire la suite

DORAT ou DAURAT JEAN DINEMANDI dit JEAN (1508-1588)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 371 mots

Humaniste et poète français. D'origine limousine, il abandonnera le nom familial de Dinemandi (dîne-matin) pour celui de Dorat (ou en latin auratus , d'où les innombrables jeux de mots sur sa bouche d'or et ses vers dorés). Il fait de solides études à Paris, devient l'un des meilleurs hellénistes de l'époque et l'un des poètes néo-latins les plus appréciés. En 1544, Lazare de Baïf lui confie l'édu […] Lire la suite

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 696 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Le collège de Coqueret : la lecture des Anciens à la lumière de l'esprit nouveau »  : […] Arrêtons-nous d'abord sur l'exemple du collège universitaire du xvi e  siècle, véhicule d'idées nouvelles à l'intérieur d'une institution conservatrice. Non que l'autonomie du collège à l'intérieur de l'université ait été une innovation : l'hypertrophie du collège aux dépens de la Faculté a commencé dès le xiv e  siècle. Il faut voir aujourd'hui même des universités fondées, à cette époque, à l'im […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les conquêtes du langage »  : […] Évoquer l'étape médiévale de cette vaste carrière, c'est déjà embrasser une période fort longue, riche et complexe, et se prêtant mal à des mises en facteur commun. La poésie épique avait non point seulement ses règles de prosodie, mais ses canons de lexique, de tours et de figures. De même la poésie lyrique : toutefois, si nombreux qu'en soient les fruits, on n'a guère le droit d'avancer que leur […] Lire la suite

JODELLE ÉTIENNE (1532-1573)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 507 mots

Poète et dramaturge français, l'une des gloires — mais la plus méconnue — de la Pléiade, Jodelle est aussi musicien, peintre, architecte, orateur et « vaillant aux armes ». Élève de Muret au collège de Boncourt, il fait jouer dès l'âge de vingt ans une pièce, Eugène , première tentative pour créer une comédie nationale. Jodelle semble avoir écrit une autre comédie, La Rencontre , qui, elle, est pe […] Lire la suite

LYONNAIS POÈTES

  • Écrit par 
  • Ian Dalrymple McFARLANE
  •  • 2 110 mots

Dans le chapitre « Du pétrarquisme à la poésie amoureuse »  : […] Les circonstances n'étaient pas propices à la survivance de ce groupe ; en outre, à Lyon, la poésie en langue maternelle allait prendre les devants, et cela grâce à des écrivains qui appartenaient à la ville ou à la région. Le premier et le plus grand est sans doute Maurice Scève. Mais, jusqu'à un certain point, les débuts de la Pléiade s'associent également à Lyon : Pontus de Tyard y publie des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert GADOFFRE, « PLÉIADE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pleiade/