PLATINE ET PLATINOÏDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Minéralogie et propriétés

Le platine est considéré comme un élément natif quoiqu'il ne soit jamais pur à 100 p. 100. Sa forme brute contient normalement des quantités d'autres éléments. Les cristaux de platine pur sont très rares, et en général, le platine se trouve sous forme de pépites. La source la plus répandue de platine provient de dépôts « placers » (zones d’alluvions). La variété habituelle de platine natif est le polyxène. Il se compose de 80 à 90 p. 100 de platine, de 3 à 11 p. 100 de fer, ainsi que d'autres métaux tels que l'or, le cuivre et le nickel. Le platine natif est le principal minerai de platine. Cependant, il peut être trouvé combiné avec de l'arsenic comme le minerai de sperrylite et avec du soufre tel que dans le minerai de cooperite, étant également associé aux minerais de chromite et à l'olivine.

Les platinoïdes ont des propriétés chimiques très voisines, ce qui rend leur séparation difficile. Leur caractère le plus apparent est leur inaltérabilité. Le platine (caractéristiques au tableau 1) peut être chauffé au-delà de son point de fusion sans que sa surface se ternisse. La mise en solution de ces métaux est donc très laborieuse et exige l'utilisation de réactifs spéciaux, particulièrement agressifs.

Platine : caractéristiques physico-chimiques

Platine : caractéristiques physico-chimiques

Tableau

Caractéristiques physico-chimiques du platine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Une fois en solution, les platinoïdes peuvent former d'innombrables sels « complexes ». Ces métaux facilitent ou orientent de très nombreuses réactions chimiques par leur simple présence (pouvoir catalytique).

Les platinoïdes sont des métaux réfractaires. Leurs points de fusion vont de 1 554 0C pour le palladium à 3 056 0C pour l'osmium. Le platine fond à 1 769 0C. Par leurs densités, les platinoïdes se divisent en deux sous-groupes : des densités comprises entre 12 et 12,45 pour le ruthénium, le rhodium et le palladium, d'une part, et des densités respectives de 21,45, 22,61 et 22,64 pour le platine, l'osmium et l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Platine

Platine
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Platine : caractéristiques physico-chimiques

Platine : caractéristiques physico-chimiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Producteurs de platine, palladium et rhodium

Producteurs de platine, palladium et rhodium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Platine : offre et demande

Platine : offre et demande
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 8 médias de l'article





Écrit par :

  • : ingénieur E.N.S.C.P., docteur ès sciences physiques, directeur des recherches au comptoir Lyon-Alemand-Louyot
  • : ingénieur chimiste, chef du laboratoire de recherches au comptoir Lyon-Alemand-Louyot
  • : professeur d'université à l'I.U.F.M. de Créteil, chercheur au Centre d'études de chimie métallurgique (C.N.R.S.)

Classification


Autres références

«  PLATINE ET PLATINOÏDES  » est également traité dans :

ÉLÉMENTS NATIFS

  • Écrit par 
  • Guy ROGER
  •  • 2 059 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Platine »  : […] Le platine existe presque toujours à l'état natif, mais non pur, car il forme des alliages, essentiellement avec d'autres métaux de la famille du platine (surtout l'iridium) et avec le fer. Le platine est parfois « camouflé » sous forme de très fines inclusions dans des cristaux de sulfures de fer ou de nickel. Les gîtes de platine économiquement importants sont liés à des roches magmatiques basi […] Lire la suite

NEWJANSKITE & SYSSERTSKITE

  • Écrit par 
  • Guy TAMAIN
  •  • 208 mots

Minéraux du groupe de l'iridosmine composés principalement d'osmium et d'iridium en solution solide, la newjanskite et la syssertskite (découvertes dans l'Oural, à Neviansk et à Syssert respectivement) cristallisent dans le système hexagonal et se présentent sous forme de lamelles ou grains tabulaires. La newjanskite représente le pôle riche en iridium, avec possibilité de remplacement par du rhod […] Lire la suite

POLYXÈNE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 423 mots

Solution solide formée de nombreux complexes isomorphes, qui contient en moyenne 83 p. 100 de platine, 10 p. 100 de fer, jusqu'à 7 p. 100 d'iridium, et des traces de palladium, de rhodium, de cuivre et de nickel ; on nomme souvent platine natif ce système minéral. Le polyxène cristallise dans le système cubique à faces centrées. Les cristaux sont peu fréquents et s'observent habituellement sous fo […] Lire la suite

SAINTE-CLAIRE DEVILLE HENRI (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 271 mots

Chimiste français né à l'île Saint-Thomas (Antilles) et mort à Boulogne-sur-Seine. Fils d'un consul de France, Henri Étienne Sainte-Claire Deville obtient, en 1844, deux doctorats, en médecine et en sciences ; il est alors chargé de l'organisation de la nouvelle faculté des sciences de Besançon (1844), où il est aussi professeur de chimie puis doyen (1845-1851). En 1851, il succède à A. J. Balard […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul GUERLET, Roger LACROIX, Jean-Louis VIGNES, « PLATINE ET PLATINOÏDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/platine-et-platinoides/