PLAIN-CHANT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

État actuel

L'ampleur du répertoire, la variété des formes, la richesse mélodique, l'accord profond de la vie spirituelle et du style musical qui se veut à son service, tout cela souligne l'importance historique, culturelle et spirituelle du plain-chant. On s'explique que la Constitution conciliaire sur la liturgie (deuxième concile du Vatican, art. 112 et 116) le réaffirme « chant propre de la liturgie romaine, [...] de valeur inestimable, [...] digne de la première place ». Or, malgré ces affirmations, ce chant a subi, dans le culte catholique, un déclin considérable. Le retour pour tout chant à la langue populaire, au message intelligible, a éloigné de la musique (que l'on estime jeu ou hédonisme ?) et, à plus forte raison, du latin et d'une musique issue du latin. C'est, en fait, une rupture avec une séculaire tradition de méditation musicale. En revanche, dans les milieux scientifiques, au lieu d'un déclin, on a constaté plutôt un progrès : au-delà des polémiques, une synthèse solide s'est imposée à l'étude musicologique. Une édition critique du Graduel est en cours à Solesmes ; les théories modales (J. Claire) et une synthèse « verbale modale » rendent compte de la composition ; la sémiologie (E. Cardine) amène toujours de nouvelles découvertes, celle, par exemple, primordiale, de la « coupure expressive » des neumes. La rythmoscopie (J. Jeanneteau) analyse scientifiquement l'interprétation inscrite dans les enregistrements de chant grégorien, comme cela pourrait se faire avec n'importe quelle autre mélodie. Grâce à l'électronique et à l'informatique, le signal musical est dépouillé des variations mélodiques et des paroles qui sont l'information à interpréter ; seules les moindres nuances de la dynamique apparaissent sur une courbe appelée rythmogramme ; on y voit la forme propre de chaque interprète, sa connaissance du détail neumatique, les relations entre l'accent et la finale, sa recherche des pôles d'intensité, la maîtrise de son propre tonus, les nuances de son agogique ; en somme, le rythmogramme est une radiographie scientifique de l'interprétation. O [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Les modes grecs

Les modes grecs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Les modes authentes

Les modes authentes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Les modes plagaux

Les modes plagaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Modes grecs et byzantino-grégoriens

Modes grecs et byzantino-grégoriens
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article





Écrit par :

  • : vice-recteur honoraire de l'université catholique de l'Ouest, directeur du Centre de recherche de musique médiévale et de rythmographie
  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  PLAIN-CHANT  » est également traité dans :

AMBITUS

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 177 mots

Tessiture d'une mélodie ou étendue de l'échelle sonore — du grave à l'aigu — à l'intérieur de laquelle se déploie une mélodie. L'ambitus sert aussi à différencier le mode authente (ou authentique) du mode plagal, en plain-chant grégorien. En effet, les modes authentes sont ceux qui, à l'époque byzantine, correspondaient au dorien ( ré ), au phrygien ( mi ), au lydien ( fa ) et au myxolydien ( sol […] Lire la suite

BERMUDO JUAN (1510 env.-?)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 395 mots

Compositeur, théoricien et l'un des trois organistes les plus réputés du Siècle d'or espagnol, avec Antonio de Cabezón et Tomás de Santa María. Il étudie à l'université d'Alcalá de Henares ; en 1549, il est au service du duc d'Arcos, où il côtoie Luis de Morales. Franciscain, il fut aussi attaché à l'archevêque de Séville. Son œuvre principale est la Declaración de instrumentos musicales (Osuna, […] Lire la suite

CHORAL

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Développement du choral hors de l'Église luthérienne »  : […] En France, ainsi qu'on l'a vu, le psaume devient l'analogue du choral, sans en avoir pourtant la valeur liturgique. Contrairement à Luther, en effet, Calvin n'était pas partisan des cérémonies liturgiques, mais des réunions de prières. Le psaume n'a donc pas le développement formel et organistique du choral ; tout au plus est-il harmonisé en vue des réunions pieuses, principalement par Loys Bourg […] Lire la suite

GALLICANS RITE & CHANT NÉO-

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 098 mots

Mouvement liturgique du xvii e siècle, surtout français. Bien qu'il faille éviter d'établir un parallèle trop étroit avec le gallicanisme politique, on constatera une certaine ressemblance d'attitude ici et là en raison du fait que les évêques revendiquaient une certaine autonomie et s'estimaient les seuls juges des adaptations à effectuer sur les pièces ou les rites non romains, après les réform […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean JEANNETEAU, Pierre-Paul LACAS, « PLAIN-CHANT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plain-chant/