PLAIN-CHANT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Esthétique et caractères musicaux

On donne habituellement à l'originalité du chant grégorien les caractères suivants : le diatonisme, de modalité antique, sans chromatisme véritable, ni sensible (émotivité moindre) ; l'indivisibilité du temps premier (rythmique calme) ; une métrique libre qu'on appelle à tort « rythme libre », dans la succession binaire ou ternaire (il y a quelques théories « mensuralistes » dont les interprétations sont assez divergentes) ; l'importance de l'accentuation latine ; une certaine indépendance de la rythmique vis-à-vis de l'intensité (contrairement aux habitudes de la musique occidentale, dans laquelle la métrique est liée à l'existence de temps forts et de temps faibles) ; l'importance relative de la mélodie et du texte montre, en une première vision, trois styles : le syllabique, le semi-orné et le mélismatique (très fleuri) ; le répertoire se classe en huit modes. Ces énoncés des grammaires usuelles sont une description extérieure du plain-chant, mais ne rendent compte ni de la composition, ni de l'histoire. En fait, cette musique, issue d'une méditation biblique, s'appuie d'abord sur une lecture rythmée. La monodie grégorienne est vraiment issue de la technique du récitatif des siècles précédents ; le mot latin, en partant de son propre rythme, dans le respect et l'utilisation de la relation accent-finale, fleurit en musique. L'instinct verbal fait chanter l'accent du mot et poser sa finale sur une corde mère de la modalité future. Puis l'usage de trois cordes récitatives amène la naissance des ornements, des formules, les extensions de l'échelle au grave et à l'aigu, le développement de la neumatique, les formes diverses, enfin l'achèvement dans des « types modaux ». Un type modal grégorien est un ensemble de haute rythmique, où sont utilisés, soit simultanément, soit un par un, en liberté organisée, les procédés suivants : la présence d'une ou de plusieurs cordes compositionnelles, d'esthétique définie, de dynamique propre ; la présence de formules (intonation, médianes, finales) soit prop [...]

Les modes grecs

Vidéo : Les modes grecs

Modes dorien, phrygien, lydien, mixolydien, hypodorien, hypophrygien, hypolydien. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les modes authentes

Vidéo : Les modes authentes

1) Mode protus authente. 2) Mode deuterus authente. 3) Mode tritus authente. 4) Mode tetrardus authente. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les modes plagaux

Vidéo : Les modes plagaux

1) Mode protus plagal. 2) Mode deuterus plagal. 3) Mode tritus plagal. 4) Mode tetrardus plagal. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Modes grecs et byzantino-grégoriens

Dessin : Modes grecs et byzantino-grégoriens

Comparaison entre modes grecs et modes byzantino-grégoriens 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Les modes grecs

Les modes grecs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Les modes authentes

Les modes authentes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Les modes plagaux

Les modes plagaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Modes grecs et byzantino-grégoriens

Modes grecs et byzantino-grégoriens
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : vice-recteur honoraire de l'université catholique de l'Ouest, directeur du Centre de recherche de musique médiévale et de rythmographie
  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification

Autres références

«  PLAIN-CHANT  » est également traité dans :

AMBITUS

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 177 mots

Tessiture d'une mélodie ou étendue de l'échelle sonore — du grave à l'aigu — à l'intérieur de laquelle se déploie une mélodie. L'ambitus sert aussi à différencier le mode authente (ou authentique) du mode plagal, en plain-chant grégorien. En effet, les modes authentes sont ceux qui, à l'époque byzantine, correspondaient au dorien ( ré ), au phrygien ( mi ), au lydien ( fa ) et au myxolydien ( sol […] Lire la suite

BERMUDO JUAN (1510 env.-?)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 395 mots

Compositeur, théoricien et l'un des trois organistes les plus réputés du Siècle d'or espagnol, avec Antonio de Cabezón et Tomás de Santa María. Il étudie à l'université d'Alcalá de Henares ; en 1549, il est au service du duc d'Arcos, où il côtoie Luis de Morales. Franciscain, il fut aussi attaché à l'archevêque de Séville. Son œuvre principale est la Declaración de instrumentos musicales (Osuna, […] Lire la suite

CHORAL

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Développement du choral hors de l'Église luthérienne »  : […] En France, ainsi qu'on l'a vu, le psaume devient l'analogue du choral, sans en avoir pourtant la valeur liturgique. Contrairement à Luther, en effet, Calvin n'était pas partisan des cérémonies liturgiques, mais des réunions de prières. Le psaume n'a donc pas le développement formel et organistique du choral ; tout au plus est-il harmonisé en vue des réunions pieuses, principalement par Loys Bourg […] Lire la suite

GALLICANS RITE & CHANT NÉO-

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 098 mots

Mouvement liturgique du xvii e siècle, surtout français. Bien qu'il faille éviter d'établir un parallèle trop étroit avec le gallicanisme politique, on constatera une certaine ressemblance d'attitude ici et là en raison du fait que les évêques revendiquaient une certaine autonomie et s'estimaient les seuls juges des adaptations à effectuer sur les pièces ou les rites non romains, après les réform […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean JEANNETEAU, Pierre-Paul LACAS, « PLAIN-CHANT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/plain-chant/