BRUEGEL L'ANCIEN PIETER (1525 env.-1569)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conciliation des contraires

Imaginaire de Bosch, paysage de Patenier, « mois » des livres d'heures, paysanneries de petits maîtres : l'art de Bruegel a ses antécédents dans la peinture du Nord ; mais il métamorphose tout ce dont il s'inspire. Et s'il doit sans doute à l'Italie l'ampleur de son regard, l'amour de la vaste lumière, la forte simplicité de la composition, il ne doit qu'à lui-même, et à l'esprit de la Renaissance, ce goût de la liberté créatrice par quoi il s'apparente aux grands peintres italiens, et se distingue de tous.

Son art est par excellence une conciliation des « contraires » : Moyen Âge et Renaissance, Italie et Flandres ; dessin, couleur, et volume ; couleur franche et couleur « impressionniste » ; scène et paysage ; immobilité et mouvement des figures ; espace ouvert sur les lointains et monde clos et global ; vision grandiose et miniature.

Il accorde le familier et l'éternel, le fantastique et le véritable, et le naturel avec l'imaginaire : car ses plus beaux paysages unissent souvent, comme peuvent le faire les songes, les cimes des Alpes, ou bien les clartés de Sicile, et les labours et les glaces de la Campine.

Il unit le plaisir de la pensée et celui du sensible. Plaisir du sensible : le plus enfantin, qui est d'aimer inlassablement les belles images du monde ; le plus savant : quand la peinture est comme une pure musique visible. Cette triple coïncidence est la clef de notre inépuisable bonheur devant une œuvre de Bruegel. L'intelligence s'enchante de connaître humblement et souverainement la vie ; le regard se délecte d'un monde de couleurs vives, fortes, subtiles, et de tant d'équilibres, de courbes et de plans si justement accordés ; la rêverie nous mène au cœur des choses peintes, comme si elles étaient vraies : nous marchons pour toujours en compagnie de ces chasseurs dans la neige, parmi les arbres nus et les fourrés délicats ; et notre regard découvre, très loin, très bas, le petit monde des hommes. Nous parcourons toutes les galeries de cette t [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

La Moisson, Bruegel l'Ancien

La Moisson, Bruegel l'Ancien
Crédits : AKG

photographie

La Rentrée des troupeaux, Bruegel l'Ancien

La Rentrée des troupeaux, Bruegel l'Ancien
Crédits : AKG

photographie

Le Triomphe de la mort, Bruegel l'Ancien

Le Triomphe de la mort, Bruegel l'Ancien
Crédits : AKG

photographie

La Danse des paysans, Bruegel l'Ancien

La Danse des paysans, Bruegel l'Ancien
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BRUEGEL L'ANCIEN PIETER (1525 env.-1569)  » est également traité dans :

ANVERS

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN, 
  • Carl VAN DE VELDE
  •  • 8 126 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] Le peintre le plus important de la première moitié du siècle est sans doute Quentin Metsys (1465 ou 1466-1530), qui travailla à Anvers de 1491 jusqu'à sa mort. Son style est fait d'une fusion de l'esprit religieux des primitifs et du goût de la beauté terrestre et de l'individualisme humain, qui sont les acquisitions de la Renaissance. Le sfumato dans les paysages démontre sa profonde connaissa […] Lire la suite

BRUEGEL PIETER II, dit BRUEGEL D'ENFER (1564-1638)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 787 mots

Fils aîné de Pieter I Bruegel (le plus grand et le plus connu des Bruegel), tôt fixé à Anvers, Bruegel d'Enfer se forme chez un certain Gillis van Coninxloo qui ne serait pas, selon Marlier, le paysagiste, mais un peintre homonyme étroitement apparenté à la famille de Pieter Coecke dont Pieter II était le petit-fils. Dès 1585, il est reçu maître ; dès 1588, il a des élèves et il en aura en grand n […] Lire la suite

MARINE, genre pictural

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 891 mots
  •  • 1 média

La peinture de marine, en tant que genre indépendant, se définit lentement dans la peinture occidentale, plus tard que le paysage et bien après le portrait ou la nature morte. Elle se développe pourtant à la faveur de la même évolution — naissance du tableau de chevalet, intérêt progressif pour les thèmes profanes — à laquelle s'ajoutent des facteurs spécifiques, de caractères historique, social […] Lire la suite

MOMPER JOOS DE (1564-1635)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 170 mots

Fils et élève du peintre et marchand d'art Bartholomeus Momper, franc-maître en 1581, puis doyen de la guilde des peintres en 1611, Joos de Momper dit Joos II le Jeune (lui-même petit-fils d'un peintre de Bruges, Joos I) paraît bien avoir mené presque toute sa carrière à Anvers où la présence d'apprentis dans son atelier est attestée dès 1591. L'hypothèse d'un séjour de Joos de Momper en Italie, q […] Lire la suite

PEINTURE DE GENRE

  • Écrit par 
  • Anne le PAS de SÉCHEVAL
  •  • 3 543 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'invention de la peinture de genre au XVIe siècle »  : […] L'intérêt de l'art occidental pour le naturalisme, qui va croissant au cours des xiv e et xv e  siècles, n'aboutit pas immédiatement à la naissance de la peinture de genre. Il faut attendre le début du xvi e  siècle pour que les sujets domestiques accèdent au statut de genre autonome, à la fois dans le sud et dans le nord de l'Europe, mais de façon inégale. Pendant cette phase de son histoire, l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude-Henri ROCQUET, « BRUEGEL L'ANCIEN PIETER (1525 env.-1569) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-bruegel-l-ancien/