REVERDY PIERRE (1889-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la révolte à la nature

Il y eut bien l'âge de la révolte, au temps où le jeune Pierre Reverdy, trop sensible à la pesanteur d'un monde qui est cage et prison, plutôt que nature, tente de se servir de la poésie pour en briser les barreaux. Venu de Narbonne, où il était né, à Paris en 1910, le voici à Montmartre, dans cette rue Ravignan immortalisée par Max Jacob, engagé dans la « merveilleuse aventure » du Bateau-Lavoir. Lorsqu'en 1917 il fonde sa revue Nord-Sud, il précède et annonce le surréalisme qui le consacrera bientôt comme un des siens. C'est le temps de La Guitare endormie (1919). Mais, déjà, Étoiles peintes (1921) et, plus encore, Épaves du ciel (1924) s'éloignent de la révolte pure : Reverdy ne sera pas un nouveau Lautréamont ; la poésie cesse d'être un moyen, elle devient une fin, elle retrouve un objet spirituel, elle démontre sa propre raison d'être, qui est bien de rejoindre la vie – celle des profondeurs – par l'intimité quotidienne avec les secrets de la nature et de sa vérité.

Pour cette fin, il fallait un acte poétique et vital, une conversion de la vie pour que se fonde la juste orientation de la poésie, un acte de double retour à la vérité de la nature et à la vérité de la conscience ; un acte de silence enfin pour fonder la pureté de la parole, et... « il ne faut pas aller trop vite / Crainte de tout casser en faisant trop de bruit » (« Sur la pointe des pieds », Sources du vent, 1947).

En 1926, le poète quitte Paris où il ne sera plus que très brièvement de passage ; il s'installe à Solesme, à l'ombre de la célèbre abbaye bénédictine, un peu comme Max Jacob à Saint-Benoît-sur-Loire ; avec cependant cette différence qu'il n'y a pas eu, semble-t-il, pour Reverdy, de « conversion » au sens religieux du terme, plutôt une conversion poétique.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, docteur ès lettres

Classification


Autres références

«  REVERDY PIERRE (1889-1960)  » est également traité dans :

PLUPART DU TEMPS, Pierre Reverdy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 995 mots

Lorsque Pierre Reverdy (1889-1960) réunit en 1945 aux éditions Gallimard un ensemble de ses poèmes parus entre 1915 et 1922, après les avoir un à un relus, corrigés et définitivement établis – selon la terminologie d'usage qui prend ici un sens plus précis et presque testamentaire –, il les fait précéder d'un pri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plupart-du-temps/#i_39554

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Bilan et survie du romantisme »  : […] On a vainement essayé d'assigner des dates à la fin de la poussée romantique en divers pays d'Europe. On a fait état de diverses condamnations qui ont souligné, dès 1830 ou 1840 selon les pays, les excès, les faiblesses, les ridicules du romantisme. Matthew Arnold a voulu persuader les Anglais de se détourner du byronisme pour lire Goethe, ou pour se mettre à l'école des Grecs ou de la France de S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_39554

Pour citer l’article

Henri LEMAÎTRE, « REVERDY PIERRE - (1889-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-reverdy/