MILZA PIERRE (1932-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spécialiste de l’Italie contemporaine, et plus précisément du fascisme, historien des relations internationales, Pierre Milza a suivi un parcours original, produit une œuvre prolifique, multiplié les entreprises éditoriales et enseigné à des générations d’étudiants.

Pierre Milza

Pierre Milza

Photographie

Enfant d'immigré italien devenu historien, entre autres domaines, de l'immigration italienne, Pierre Milza était un exemple parfait de la méritocratie républicaine. 

Crédits : Effigie/ Leemage

Afficher

Né à Paris le 16 avril 1932 d’un père immigré italien, Pierre Milza est orphelin très jeune. Il devient instituteur, passe ensuite l’agrégation d’histoire dont il sort premier à trente-deux ans. Après avoir enseigné en collège puis en lycée, il entre au CNRS. Il arrive en 1968 à l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po) où il restera jusqu’à sa retraite, en 2000, s’imposant comme l’un des grands professeurs de cette institution. Sa trajectoire de travailleur acharné s’avère à la fois assez exceptionnelle – à l’image de celle de son grand ami, l’historien Serge Berstein – et emblématique de la méritocratie républicaine.

Pierre Milza fait partie de ces historiens qui ne se limitent pas à investir un seul filon de recherche, mais explorent diverses pistes, de l’histoire généraliste aux biographies, en passant par des essais interprétatifs et des explorations de sujets bien circonscrits. Sa thèse d’État réalisée en 1977 sous l’autorité de Jean-Baptiste Duroselle et intitulée Français et Italiens à la fin du xixe siècle. Aux origines du rapprochement franco-italien de 1900 à 1902, publiée à l’École française de Rome en 1981, fait de lui non seulement un spécialiste éminent des relations bilatérales franco-italiennes, mais plus largement un historien des relations internationales. Il consacrera à cette thématique un ouvrage remarqué, Le Nouveau Désordre mondial (1983) et pas moins de trois manuels qui font autorité.

Le deuxième grand chantier qu’il ouvre de façon pionnière en France concerne le fascisme italien. Il assimile la production des historiens italiens spécialist [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de sociologie politique à Sciences Po, Paris

Classification


Autres références

«  MILZA PIERRE (1932-2018)  » est également traité dans :

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire politique

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 645 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La résurrection de l'histoire politique »  : […] C'est précisément dans la brèche abandonnée par ces courants dominants que va se renouveler l'histoire politique au milieu des années 1970. Plusieurs phénomènes concomitants rendent compte de ce phénomène, dont certains dépassent très largement le cadre de la recherche historique. En premier lieu, la perte de prestige du modèle communiste en Europe entraîne une crise de l'approche marxiste dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-histoire-politique/#i_57247

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire des relations internationales

  • Écrit par 
  • Robert FRANK
  •  • 4 386 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'école française »  : […] Depuis 1964, les historiens français des relations internationales ont, pour l'essentiel, vécu sur l'héritage de Renouvin et de Duroselle, tout en renouvelant certaines problématiques. Du côté des « forces profondes », ce sont les facteurs économiques qui, dans les années 1960 et 1970, ont le plus retenu l'attention des chercheurs. Il s'agissait de mesurer leur rôle dans la formation des hégémoni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-histoire-des-relations-internationales/#i_57247

Pour citer l’article

Marc LAZAR, « MILZA PIERRE - (1932-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-milza/