MICHON PIERRE (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mythe personnel

Né en 1945 dans un hameau de la Creuse (les « Cards », à côté de Chatelus-le-Marcheix), fils d'une institutrice suppléante, Pierre Michon est privé d'un père dès l'âge de deux ans. Il a laissé localement le souvenir d'un garçon gentil et appliqué, interne au lycée Pierre-Bourdan à Guéret pendant sept ans. Il engage ensuite des études de lettres à la faculté de Clermont-Ferrand, tout en s'essayant au travail de comédien dans la troupe des frères Kersaki. Cette image un peu fade s'efface à la lecture des textes postérieurs qui disent les tourments de l'adolescence, le traumatisme de ce qui, en 1968, aurait pu être une révolution, l'errance et toutes les dérives, les flirts avec la déraison, la drogue, l'alcool et la mort. La grandeur de l'œuvre de Michon est précisément de ne pas céder à la facilité d'une autobiographie réduite à un reportage sur le cauchemar d'exister ou aux discours tenus sur le divan du psychanalyste. Soleil noir qui a explosé dans la mélancolie de la mémoire blessée, l'identité se reconstitue tragiquement dans le mythe personnel qu'à partir des années 1980 l'écrivain va substituer à une vie déjà à moitié parcourue.

Les personnages de Pierre Michon ont d'abord été les petites gens qui ont entraîné son existence. Des êtres obscurs au demeurant fort orgueilleux dont lui a parlé sa grand-mère Élise quand il était enfant, ou qu'il a croisés au cours de ses innombrables lectures. Au fur et à mesure que l'œuvre s'est élaborée, on a compris que ces portraits résultaient d'étranges glissements de l'être, de potentialités ignorées de l'écrivain lui-même, où miroite un moment la possibilité d'exister.

Avec le recul et après la mort de sa mère, Michon constate que ces personnages sont un peu sortis de lui et qu'il a dépassé l'étape d'une écriture qu'il juge aujourd'hui trop sentimentale. Si on l'interroge sur les textes de lui qu'il préfère, il élit son essai Corps du roi (2002), mais ne renie pas pour autant Vies minuscules, dont il ne retient aujourd'hu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MICHON PIERRE (1945- )  » est également traité dans :

LES ONZE (P. Michon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 044 mots

Depuis longtemps, Pierre Michon souhaitait écrire sur la Révolution, et le bicentenaire de 1989 avait ravivé cette envie. C'est en lisant un livre sur le peintre Giambattista Tiepolo, un des derniers représentants de la « douceur de vivre » célébrée par Voltaire, qu'il eut l'idée de jeter un pont entre deux époques et d'imaginer la figure d'un autre pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-onze/#i_97805

LE ROI DU BOIS et LA GRANDE BEUNE (P. Michon)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 949 mots

Depuis la publication de son premier livre, Vies minuscules (Gallimard, Paris, 1984), Pierre Michon a élaboré une œuvre particulière ; il rend le lecteur sensible à des figures mystérieuses et violentes par le moyen de notations brèves, froides, disjointes. Les récits qu'il a publiés en décembre 1995 sont différents dans leurs coule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roi-du-bois-la-grande-beune/#i_97805

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 085 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Fictions biographiques »  : […] Avec Annie Ernaux, et sous une forme bien différente, Pierre Michon fut l'un des premiers écrivains à accomplir cette remontée amont. Vies minuscules (1984) magnifie dans le trajet d'ascendants ou de proches la puissance d'un désir souvent échoué, où le narrateur voit la préfiguration de la pulsion qui le pousse à devenir écrivain. En redécouvrant le genre oublié des vitae , qu'il dégage du mod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-roman-francais-contemporain/#i_97805

VIES MINUSCULES, Pierre Michon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 1 148 mots

Du Bartleby de Melville au Champion de jeûne de Kafka, sans oublier le Sous-Sol de Dostoïevski et le Jakob von Guten de Robert Walser, la littérature moderne a fait une large place à une forme paradoxale de l'héroïsme : au destin qu'on se crée à force d'actions exemplaires, elle a substitué l'échec volontaire, le retrait pratiqué comme une ascèse. Celle-ci se traduit alors aussi bien par un prog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vies-minuscules/#i_97805

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « MICHON PIERRE (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-michon/