LEGENDRE PIERRE (1930- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'héritage romain et médiéval

Qui plus est, en choisissant, en 1957, de passer l'agrégation de droit romain et d'histoire du droit et en soutenant une thèse de doctorat consacrée à la Pénétration du droit romain dans le droit canonique classique, Pierre Legendre initiait une carrière professorale à l'enseigne d'une spécialité qui le singularisait au sein même de sa discipline. Rappelons que c'est en 1961 que le ministère de l'Éducation convertit l'enseignement du droit romain, jusque-là obligatoire, en une simple option du programme de licence. Cet oubli programmé, dans l'Université française, des sources du droit communes aux Occidentaux, encore souvent enseignées chez nos voisins, parachevait logiquement ce patient travail d'amnésie qui marque la mythologie française de l'État depuis la Révolution. Ce « refoulement », imposé doctement dans tous les domaines du savoir au nom de la Raison annoncée au siècle des Lumières, a permis de rejeter dans les ténèbres de l'« obscurantisme », de la « superstition » et du « féodalisme » tout le trésor du droit classique et médiéval.

Dans le premier de ses livres, publié en 1968, un manuel à l'usage des étudiants sur L'Histoire de l'administration de 1750 à nos jours, Pierre Legendre faisait un sort à ce credo facile en montrant, à partir d'un découpage historique peu orthodoxe, l'étonnante pérennité des visées et des références du pouvoir administratif d'État en France. S'appuyant toujours sur les textes, son étude comprenait des développements fort instructifs sur un domaine négligé par les historiens du droit : le droit colonial. En pleine période de décolonisation (1959-1965), sa connaissance de l'Afrique, en tant qu'expert des Nations unies et conseiller d'organismes privés de développement, lui avait [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEGENDRE PIERRE (1930- )  » est également traité dans :

CIVIL DROIT

  • Écrit par 
  • Muriel FABRE-MAGNAN
  •  • 9 088 mots

Dans le chapitre « Les enjeux du droit civil »  : […] L'attitude largement majoritaire chez les juristes consiste à se considérer comme de purs positivistes, maniant une technique et des catégories qui seraient neutres d'un point de vue anthropologique. La question des fondements est ainsi largement ignorée, beaucoup de civilistes se contentant – au mieux – de souligner que le droit véhicule des valeurs (morales ou éthiques) qui doivent le guider. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-civil/#i_85757

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian HERMANSEN, « LEGENDRE PIERRE (1930- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-legendre/