JOUVE PIERRE JEAN (1887-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Femmes

Les Noces (1931) inaugurent l'œuvre nouvelle. Jouve écrit « le mot du premier mot du livre » qui scelle l'alliance entre la poésie et les valeurs spirituelles. Le poète s'est libéré du monde pour s'abandonner, en de mystérieuses noces mystiques, aux volontés du Père. Poème de la soumission et de la naissance, Les Noces mûrissent lentement, de 1925 à 1931. Dans le même temps, Jouve travaille à un Paradis perdu (1927), où apparaît le thème de la Faute, et surtout à son œuvre romanesque. Pendant dix ans, la création romanesque et l'inspiration poétique vont s'entrecroiser. En 1925, paraît Paulina 1880, roman du déchirement de la foi par la volupté, qui marque déjà le rapport dialectique étroit entre l'Amour et la Faute. La jeune Paulina essaie d'échapper à son amant Michele et se réfugie dans un couvent de visitandines où elle devient vite indésirable. Elle se redonnera donc à Michele, mais – scène capitale – le tuera. Si Florence sert de cadre à Paulina 1880, Genève est le centre du Monde désert où le conflit à deux devient un drame à trois personnages. Pour n'avoir éprouvé qu'un amour filial à l'égard de la sensuelle Baladine, Jacques de Todi est supplanté par Luc Pascal. En possédant Baladine, Luc provoque la mort de Jacques. Mais, au lendemain de leur mariage, Luc est abandonné par Baladine. « Pas de grande vie sans grande mutilation. » Luc se réfugiera donc dans la poésie, née pour lui d'un manque. Le Monde désert est le récit d'une ascension vers la poésie qui, seule, parvient à réaliser l'unité désirée, par-delà la vie et la mort. Des poèmes de Luc Pascal seront plus tard insérés dans Les Noces. En ce sens, l'expérience romanesque est une invite à la création poétique. Hécate (1928) et Vagadu (1931) content l'histoire de Catherine Crachat qui, elle aussi, aime et donne la mort. Dans Vagadu, Jouve s'est inspiré d'une véritable expérience de psychanalyse pour approfondir son personnage fictif.

Si les destins féminins fascinent l'écrivain, c'est que la vie lui a offert d'étranges rencontres et des « amours bizarres ». Lisbé apparaît à Jouve en 1909 ; il la r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur de littérature contemporaine à l'université de Tours

Classification


Autres références

«  JOUVE PIERRE JEAN (1887-1976)  » est également traité dans :

LA BEAUTÉ DU MONDE (J. Starobinski) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 043 mots

Dans le chapitre « Poésie et vérité »  : […] L’introduction, à partir d’une page de Marcel Proust, définit sa conception des rapports entre « la littérature et la beauté du monde » en accordant la seule dimension esthétique à l’impératif éthique et au désir de vérité. Viennent ensuite, dans l’ordre chronologique, une centaine d’études articulées en deux grands ensembles, le premier traitant de la littérature et le second de la peinture et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-beaute-du-monde/#i_5485

Pour citer l’article

Daniel LEUWERS, « JOUVE PIERRE JEAN - (1887-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-jean-jouve/