JOUVE PIERRE JEAN (1887-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'entrée en poésie

C'est à Arras que Jouve voit le jour en 1887 et qu'il passe une enfance bourgeoise, assombrie déjà par la maladie. Seule, la musique – qui occupera toujours une place importante dans sa vie – offre à l'adolescent une source d'évasion. Il n'a que mépris pour la littérature jusqu'au jour où il découvre Mallarmé. L'appel est tout-puissant, et Jouve ne tarde pas à entrer en poésie. Ses premiers vers sont influencés par les derniers symbolistes. Bientôt, Jouve fait connaissance avec le groupe de l'Abbaye et devient un chantre passionné de l'unanimisme.

Mais, au-delà de vagues appels à une « participation humaine », il rêve déjà d'une poésie-acte de connaissance. Lorsque survient la Première Guerre mondiale, obéissant à son généreux idéal, Jouve s'engage comme infirmier volontaire dans un hôpital militaire. Il y contracte de graves maladies infectieuses qu'il va soigner en Suisse où il se lie de forte amitié avec Romain Rolland. Il écrit alors ce qu'il appellera plus tard des œuvres de bonne conscience. Mais Jouve sent soudain qu'il se fourvoie, qu'il fait œuvre inauthentique. Il sait que son génie ne réside pas dans un élan de généreux altruisme, mais bien plus dans un profond retirement en soi. À la catastrophe extérieure représentée par la guerre correspond donc, pour lui, le début d'une libération intérieure. Au sortir de l'épreuve, le poète se réfugie dans la solitude, se recueille et médite les grands mystiques ; François d'Assise, Thérèse d'Avila, Ruysbroeck l'Admirable. En 1921, il se rend à Florence, puis à Salzbourg, ses lieux de prédilection. Son mariage avec une psychanalyste, Blanche Reverchon, hâte encore l'évolution spirituelle du poète. En 1928, il décide de rejeter en bloc toute l'œuvre publiée avant 1924, parce qu'elle n'obéit aucunement aux deux objectifs qu'il vient de se fixer : « obtenir une langue de poésie qui se justifiât entièrement comme chant [...] et trouver dans l'acte poétique une perspective religieuse – seule réponse au néant du temps ».


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur de littérature contemporaine à l'université de Tours

Classification


Autres références

«  JOUVE PIERRE JEAN (1887-1976)  » est également traité dans :

LA BEAUTÉ DU MONDE (J. Starobinski) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 043 mots

Dans le chapitre « Poésie et vérité »  : […] L’introduction, à partir d’une page de Marcel Proust, définit sa conception des rapports entre « la littérature et la beauté du monde » en accordant la seule dimension esthétique à l’impératif éthique et au désir de vérité. Viennent ensuite, dans l’ordre chronologique, une centaine d’études articulées en deux grands ensembles, le premier traitant de la littérature et le second de la peinture et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-beaute-du-monde/#i_5485

Pour citer l’article

Daniel LEUWERS, « JOUVE PIERRE JEAN - (1887-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-jean-jouve/