HOLBACH PIERRE HENRI DIETRICH baron d' (1723-1789)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe et savant français, l'un des collaborateurs de l'Encyclopédie de Diderot. D'origine allemande (du Palatinat, région frontière bilingue), le baron d'Holbach fait ses études à Leyde, en Hollande, et s'y lie d'amitié avec le poète anglais Akenside et avec le politicien whig John Wilkes. Il rentre en France lors de la paix d'Aix-la-Chapelle et retrouve à Paris la famille de son oncle ; il épouse sa cousine Basile d'Aine, puis, après sa mort en 1754, la sœur de celle-ci, Charlotte. Possesseur d'une bonne fortune, qu'accroissent encore les héritages de son oncle et beau-père, d'Holbach se livre d'abord à des recherches scientifiques. Son intérêt pour la chimie et la minéralogie le fait traduire en français d'importants ouvrages latins ou allemands (1750-1754).

Il collabore surtout, pour plusieurs centaines d'articles scientifiques, à l'Encyclopédie de Diderot. L'interdiction encourue par celle-ci va lancer le baron dans la lutte antireligieuse : publications d'auteurs posthumes (Boulanger, Fréret), traductions d'auteurs anglais (Toland), composition d'œuvres originales (Le Christianisme dévoilé, 1761). Sa maison de la rue Royale-Saint-Roch (l'actuelle rue des Moulins) et son domaine du Grandval deviennent un « atelier philosophique », où Diderot vient souvent se retirer pour travailler. D'Holbach tient table ouverte pour les philosophes, collaborateurs de l'Encyclopédie ou amis étrangers. Il réagit, lors d'un voyage en Angleterre, à l'anglomanie du temps. Rejetant le modèle anglais comme corrompu, partisan des Insurgents d'Amérique (et, sur ses vieux jours, ami de Franklin), le baron va pouvoir développer une philosophie politique nouvelle, conforme au développement systématique de sa pensée, dont il donne la mesure dans son Système de la nature (1770), lequel sera complété, jusqu'en 1776, par des essais de morale et de politique (Le Système social, La Politique naturelle, L'Éthocratie, La Morale universelle).

D'Holbach veut construire une explication du monde globale, encyclopédique, à base de matière et de mouvement. Dans l'univers, tout est lié, mais cette nécessité n'exclut pas le désir, condition du bonheur humain. L'application sociale du principe physique de l'effort (conatus) aboutit à un pacte social fondé sur le bonheur et le bien-être pour le plus grand nombre. La critique holbachienne de la religion n'est que l'extension de ce principe au domaine de l'imagination.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOLBACH PIERRE HENRI DIETRICH baron d' (1723-1789)  » est également traité dans :

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ordre politique, Lumières et « Kultur » »  : […] Au regard de Hobbes, la satisfaction que l'individu trouve dans la société ne consacre pas la jouissance de certains biens, mais l'assurance d'en pouvoir éventuellement disposer. Ainsi entre l'impulsion et le pouvoir politique n'y a-t-il pas incompatibilité. Le désir de puissance s'est converti en une puissance garante du désir – à la limite la puissance de l'État – et la rationalité du pacte tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_63

ENCYCLOPÉDIE DE DIDEROT (1751-1772)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 2 376 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entreprise »  : […] En 1745, à la suggestion d'un Anglais (John Mills) et d'un Allemand (Sellius) avec lesquels il se fâche, le libraire Le Breton annonce le projet de publier en français la Cyclopaedia de Chambers ; le 27 juin 1746, par-devant d'Alembert et Diderot, témoins, l'entreprise est confiée à l'abbé Gua de Malves, qui abandonne au bout de treize mois ; la main passe aux témoins, nommé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie-de-diderot/#i_63

MATÉRIALISME

  • Écrit par 
  • Georges GUSDORF
  •  • 3 916 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Matérialisme et philosophie de la nature au XVIIIe siècle »  : […] Le mot matérialiste apparaît, semble-t-il, pour la première fois en 1675, sous la plume de Boyle (1627-1691). Savant, physicien et chimiste, celui-ci est un des créateurs de la science expérimentale ; les Anglais appellent loi de Boyle ce qu'en France on nomme loi de Mariotte, découverte simultanément par les deux hommes de science. En même temps qu'un savant, Boyle est aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/materialisme/#i_63

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle : la lutte antireligieuse, la formation du matérialisme et la pensée révolutionnaire »  : […] À l'entrée du xviii e  siècle, on note à la fois la sympathie et les prudences de Bayle. Exilé dès 1681, en Hollande, le philosophe de Rotterdam fait pendant au philosophe de La Haye ; pour toute sa vie, il est lié à ce dernier, qu'il avait commencé de lire à Sedan, mais dont il acquiert, dans le Refuge, une connaissance complète. En 1682 paraiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_63

SUPERSTITION

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 5 378 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la Renaissance aux Lumières »  : […] La définition thomiste de la superstition devint la définition courante de la scolastique. C'est elle que l'on rencontre chez Gerson ou Denys le Chartreux. En la commentant, Cajetan, comme ensuite Suarez, insistera sur la spécificité psychologique du superstitieux, qui se signale par une attitude cultuelle où il apparaît « tout occupé des cérémonies, sans y mettre de sainteté ». Surtout, cette déf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superstition/#i_63

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « HOLBACH PIERRE HENRI DIETRICH baron d' (1723-1789) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-henri-holbach/